Changer d'édition

Les chèques-services accessibles aux frontaliers
Luxembourg 10.02.2015 Cet article est archivé
Projet de loi sur la jeunesse

Les chèques-services accessibles aux frontaliers

Projet de loi sur la jeunesse

Les chèques-services accessibles aux frontaliers

Photo: Shutterstock
Luxembourg 10.02.2015 Cet article est archivé
Projet de loi sur la jeunesse

Les chèques-services accessibles aux frontaliers

Les chèques-services deviennent accessibles aux frontaliers. C’est ce que le ministre de l’Education nationale, Claude Meisch, vient d’annoncer ce mardi.

Les chèques-services pour les gardes d'enfant deviennent accessibles aux frontaliers. C’est ce que le ministre de l’Education nationale, Claude Meisch, vient d’annoncer ce mardi.

Claude Meisch et Corinne Cahen avaient déjà annoncé en octobre dernier la possibilité d’ouvrir les chèques-services pour les gardes d'enfant aux frontaliers. Ce qui à ce moment n’était qu’une idée devient donc réalité.

Les frontaliers pourront placer leurs enfants dans des crèches luxembourgeoises ou celles de la Grande Région. Cependant, les crèches devront à chaque fois répondre aux exigences des normes définies par le ministère luxembourgeois.

Le fait d’ouvrir le mécanisme des chèques-services aux frontaliers est aussi la résultante des derniers jugements quant aux subsides pour les étudiants. Pour rappel : le Luxembourg avait été condamné pour non-respect des dispositions européennes à verser les subsides pour étudiants également aux familles de frontaliers et non seulement aux familles de Luxembourgeois.

Autre changement concernant le chèques-services : afin de donner davantage de cohérence au dispositif, l'aide accordée pour les activités sportives ou musicales est supprimée. La notion de "rang de l'enfant" a également été supprimée et remplacée par celle de "nombre d'enfants faisant partie du ménage du représentant légal et adhérant au dispositif du CSA".

En place depuis le 1er mars 2009, les chèques-services étaient jusqu'à présent réservés aux résidents. Les modalités et notamment les montant alloués aux familles ont changé continuellement.


Sur le même sujet

Pour mieux préparer les enfants à l'Ecole
Des crèches bilingues et gratuites. Voilà ce que vise Claude Meisch. Avec l'objectif de "donner à chaque enfant (de 0 à 3 ans) la meilleure chance de départ dans la vie scolaire". Pour l'instant, "on fait tout faux", estime le ministre de l'Education nationale.
"Nous voulons rendre l'accueil des jeunes enfants gratuit car il s'agit de donner les mêmes chances à tous les enfants. Que leurs parents travaillent ou pas", explique Claude Meisch, ministre de l'Education nationale et de l'Enfance.