Changer d'édition

Les chenilles processionnaires font leur retour
Luxembourg 2 min. 16.06.2020 Cet article est archivé

Les chenilles processionnaires font leur retour

Les poils des chenilles contiennent une substance qui peut provoquer des  inflammations et des démangeaisons cutanées importantes.

Les chenilles processionnaires font leur retour

Les poils des chenilles contiennent une substance qui peut provoquer des inflammations et des démangeaisons cutanées importantes.
Photo: SIP/Céline Salcher
Luxembourg 2 min. 16.06.2020 Cet article est archivé

Les chenilles processionnaires font leur retour

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Le ministère de l'Environnement, du Climat et du Développement durable met en garde contre la présence de la teigne du chêne. Outre le fait qu'elles nuisent aux arbres, leurs poils constituent une nuisance pour la santé des hommes et des animaux.

La teigne processionnaire du chêne (Thaumetopoea processionea) est à nouveau active au pays. Et comme c'est le cas ces dernières années, elle s'installe de plus en plus dans les zones de loisirs et d'habitation. Les larves s'accumulent dans la cime des arbres pour former des nids, qui sont entourés de toiles de fil et des poils piquants. Si le développement du papillon se termine vers la mi-juillet, les nids vides où on retrouve des poils urticants peuvent présenter un danger pour les humains et les animaux.

Le poison qui est contenu dans les poils provoque en effet des démangeaisons mais aussi une irritation des voies respiratoires ou des yeux. Dans certains cas extrêmes, cela peut même aller jusqu'à une réaction allergique. Les animaux sont également affectés par ce poison.


Il est important que le biocide employé contre les chenilles processionnaires ne nuise pas aux autres espèces d'insectes.
La lutte contre la chenille processionnaire s'organise
Afin de lutter contre l'insecte urticant, le ministère de l'Environnement étudie plusieurs pistes. Parmi elles, figure l'emploi de drones pour disperser un biocide sur les arbres envahis.

En cas de présence de larves de pyrale du chêne, les services du ministère de l'Environnement rappellent qu'il est nécessaire de garder une certaine distance. L'enlèvement des nids de pyrale du chêne doit être effectué par des entreprises spécialisées. En cas de contact avec les poils urticants des larves, la peau doit être immédiatement lavée et une pommade antiallergique appliquée. Les vêtements doivent également être nettoyés. En cas de problèmes de santé majeurs, il est d'ailleurs préférable de consulter un médecin.  

Alors que le Parc merveilleux de Bettembourg s'apprête à rouvrir ses portes, le 1er juillet, il a dû faire face à ces indésirables qui ont colonisé les 25 hectares de forêt. «Nous avons dû faire appel à une société  qui utilise du matériel pour aspirer les nids», indiquait Marc Neu, le chargé de direction du parc de loisirs et zoologique, au début du mois. «Pas moyen de faire autrement pour s'en débarrasser car on ne peut pas y aller par la voie des airs sous peine de détruire toute vie dans les arbres.» 


Moustique tigre et chenille urticante comme à la maison
La météo favorise la prolifération de la processionnaire du chêne tandis que le tourisme facilite l'arrivée du moustique tigre dans nos régions. Le point sur les risques pour la santé et la prise en compte de ces phénomènes par les autorités en cinq questions.

Outre le Luxembourg, des communes françaises sont également touchées par ce phénomène. La municipalité de Guénange a choisi d'employer un drone pour stopper la progression des chenilles processionnaires.   

De plus amples informations sur la chenille processionnaire du chêne sont disponibles dans une brochure en français et en allemand auprès de l'administration de la nature et téléchargeable sur les sites www.emwelt.lu et www.sante.lu. Pour plus d'informations et d'aide, l'administration de la nature est à votre service à l'adresse mail eps@anf.etat.lu.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les néonicotinoïdes interdits à partir de samedi en France
Après des années de controverses, les pesticides néonicotinoïdes (neurotoxiques) seront bannis à partir de samedi en France, une interdiction destinée à protéger les colonies d'abeilles en déclin mais dénoncée par les agriculteurs qui réclament du temps pour développer des alternatives.
Ces pesticides neurotoxiques seraient responsables du déclin de nombreux insectes, dont les abeilles.