Changer d'édition

Les chauffeurs TICE sont de plus en plus exposés à des agressions
Luxembourg 7 min. 04.03.2022 Cet article est archivé
Agressions à Esch

Les chauffeurs TICE sont de plus en plus exposés à des agressions

Sven Roob conduit un bus depuis 14 ans. Il aime son métier, mais pour combien de temps encore ?
Agressions à Esch

Les chauffeurs TICE sont de plus en plus exposés à des agressions

Sven Roob conduit un bus depuis 14 ans. Il aime son métier, mais pour combien de temps encore ?
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 7 min. 04.03.2022 Cet article est archivé
Agressions à Esch

Les chauffeurs TICE sont de plus en plus exposés à des agressions

La violence à l'égard de chauffeurs de bus du TICE n'est plus seulement verbale depuis longtemps. Ils demandent désormais aux politiques d'agir.

(S.MN. avec Franziska JÄGER) Lorsque Sven Roob monte dans son bus, il a depuis peu ce sentiment de malaise. Est-ce que ça va rester calme aujourd'hui ? Est-ce que cela reste un commentaire impertinent qu'il peut ignorer ? Ou quelqu'un va-t-il «péter un câble» ? Depuis 14 ans, Roob sillonne les routes du sud du pays pour le TICE (Transport intercommunal de personnes dans le canton d'Esch-sur-Alzette). Jusqu'à présent, il l'a toujours fait avec plaisir. Mais depuis quelques mois, la situation s'est envenimée en raison de la lâche agression d'un chauffeur. 


Drogen, Dreck und Dauerlärm: Viele Anwohner des Parc Gerlache wollen nur noch weg.
«La ville de Differdange a échoué»
Drogue, saleté et bruit permanent : les riverains du parc Gerlache n'en peuvent plus. Beaucoup veulent s'en aller au plus vite.

C'était un mardi soir, vers 21 heures, à la gare routière du boulevard Kennedy à Esch, trois jeunes hommes ont eu envie de se battre et ont bloqué la porte du bus. Le chauffeur a tenté de garder la situation sous contrôle et de la régler, demandant poliment mais fermement : «Veuillez quitter le bus». Le chauffeur avait dû quitter sa place au volant pour tenter de ramener le groupe à la raison. Ce qui s'est passé ensuite est surtout connu des clients qui se trouvaient dans le bus à ce moment-là et qui attendaient le départ. Les agresseurs ont poussé le chauffeur du bus à terre et lui ont donné des coups de pied. 

Un concentré de violence

A plusieurs reprises. La victime a dû subir ce concentré d'agressivité sur tout son corps. Les passagers qui ont assisté à la scène n'ont pas pu quitter le bus, car seule la porte avant était ouverte. Ils ont crié si fort qu'à un moment donné, les secours sont arrivés de l'extérieur. Les agresseurs ont pris la fuite, le chauffeur de bus a eu le visage tuméfié, ses lunettes cassées et n'a pas pu venir travailler pendant un mois. Les blessures psychologiques sont encore loin d'être guéries. 

Les conditions de travail à Esch sont aussi mauvaises qu'à Luxembourg-Ville. 

Théo Schickes, président de la délégation du personnel TICE 

«J'ai proposé au chauffeur de se soigner encore plus longtemps, mais entre-temps, il a repris le volant», explique Théo Schickes, président de la délégation du personnel de TICE. Le chauffeur avait répondu qu'il ne fallait pas s'absenter trop longtemps, sinon le retour au volant serait d'autant plus difficile. Lorsqu'il raconte cette histoire dans son bureau du Tramsschapp, Sven Roob doit déglutir. «Entre-temps, les conditions à Esch sont aussi mauvaises qu'à Luxembourg-Ville», déclare Théo Schickes. 


Immer wieder in den Schlagzeilen, das Café Eclat sportif in der Rue Michel Rodange in Differdingen. Damit soll bald Schluss sein.
A Differdange, le café Eclat Sportif baisse le rideau
Après de nouveaux incidents autour du parc Gerlache, le conseil communal de Differdange a convoqué une réunion d'urgence sur la sécurité.

Ce dernier est consterné par l'agressivité croissante et s'inquiète pour ses employés, car les agressions contre les chauffeurs de bus se sont multipliées ces derniers temps. Fin février, un nouvel incident s'est produit lorsqu'un chauffeur de bus d'une autre entreprise a été agressé. Roob affirme qu'auparavant, conduire un bus était encore «correct», mais qu'entre-temps, le respect a disparu. C'est surtout sur les lignes de bus 4 en direction de Dudelange, 2 en direction de Differdange et 13 en direction de Rodange que l'on rencontre plus souvent des passagers bruyants. Les chauffeurs de bus sont régulièrement confrontés à de «petits désagréments». La fumée de cigarette dans le bus, par exemple. «Vous n'imaginez pas combien de fois cela arrive», dit Sven Roob.

«Ils roulent leur joint dans le bus et n'attendent pas d'être dehors, par exemple». Roob doit alors allumer son micro. Toujours dans l'espoir que les mots aident. 

Traité de «raciste»

Depuis la crise du covid-19, un autre problème s'est ajouté avec le port du masque. Certains ne veulent tout simplement pas porter de protection et n'y voient sans doute qu'une peccadille. Des chaussures se retrouvent également sur les sièges ou des passagers parlent bruyamment dans leur téléphone portable avec le kit mains libres allumé, ce qui dérange les autres passagers et oblige le conducteur à lutter pour se concentrer. «On se demande parfois si on doit dire quelque chose ou détourner le regard», admet Roob. Une fois, il a demandé le silence et s'est fait traiter de raciste. 

La situation est également critique autour de la salle de séjour qui sert de salle de pause aux chauffeurs TICE à la gare routière. L'été dernier, à l'occasion de l'année culturelle, la ville a embelli la zone d'attente des quais de bus avec beaucoup de couleurs et de créativité. Des bacs à fleurs ont été accrochés aux murs et des bancs en bois invitent à la détente. «Malheureusement, il arrive souvent que des jeunes mal élevés se rassemblent autour du banc et bloquent l'entrée de la salle de pause pour nos conducteurs. Ils se font alors rabrouer lorsqu'ils demandent à s'asseoir et cela peut très vite monter en flèche», explique Schickes. Récemment, plusieurs jeunes ont pénétré dans la salle de repos. Des deals de drogue se déroulent également sur les quais de bus en plein jour, sans aucune retenue. 


Drug addicted woman getting heroin injection in the room,Drug abuse, substance abuse
Les toxicos en manque... de lieux
Des sites de consommation encadrée de stupéfiants en trop petit nombre, un manque criant de logements pour des consommateurs souhaitant sortir de la marginalité : le Plan d'action drogues 2020-24 tarde à trouver des sites.

Roob et ses passagers se sentent souvent en insécurité lorsqu'ils veulent prendre la pause tant attendue, qu'ils se dirigent vers l'entrée et qu'ils doivent d'abord la «dégager». «Régulièrement, des jeunes se rassemblent aussi derrière le présentoir «Urban Art» à côté du bâtiment de la gare et s'y installent confortablement avec de l'alcool. Je pense que certaines personnes prennent plaisir à créer des problèmes et à nous rendre la vie difficile. Je le vois sur leurs visages, ils se sont acharnés sur nous», dit Roob. 

«La situation actuelle est critique»

Schickes ajoute : «Je suis choqué par certains jeunes de 13 ou 14 ans. Dans ma génération, même les pires n'étaient pas aussi agressifs que les jeunes d'aujourd'hui». Avec les adultes, il n'y a en général pas de conflits, renseignent-ils. «La situation actuelle est critique», estime Théo Schickes. «Une limite a été franchie». C'est pourquoi Schickes a demandé une réunion commune avec la police, les CFL et le maire d'Esch, Georges Mischo (CSV). La rencontre devrait avoir lieu le 14 mars. «En tant que représentants du personnel, nous sentons un soutien, les responsables politiques ont immédiatement réagi. Mais nous voulons que quelque chose se passe maintenant». 

Des revendications concrètes 

Schickes veut que la ville enlève le banc devant la salle de pause du TICE et demande également une surveillance par caméra à la gare routière ainsi que plus de policiers qui patrouillent sur place, surtout entre 18 et 24 heures. «Le problème, c'est que la police ne circule qu'en voiture dans la rue de l'Alzette, mais nous avons besoin de patrouilles à pied chez nous, sur place. Nous sommes conscients du manque de personnel dans la police, mais il faut alors plus d'agents de sécurité».   

Actuellement, deux employés d'une société de sécurité privée patrouillent en haut du quai, dans et devant le bâtiment de la gare ainsi que sur les quais de bus. «Cela ne suffit pas, nous avons besoin de six agents de sécurité, surtout la nuit et le week-end. Il y a certes un bouton d'alarme dans le bus, mais le temps que les agents de sécurité d'en haut arrivent au bus, il peut être déjà trop tard», explique Schickes. 


Lokales,Mit der Polizei auf Patrouille,Police,Bahnhofsviertel,Sicherheit Polizeipräsenz.Foto: Gerry Huberty/luxemburger Wort
La visibilité policière accrue, cette recette déjà testée
Afin de lutter contre le sentiment d'insécurité dans certaines parties de la capitale, le ministre de la Sécurité intérieure a présenté lundi une nouvelle stratégie destinée à rassurer. Sauf que cette approche était déjà appliquée, il y a 30 ans...

Le numéro de sécurité mis en place en octobre dernier n'est pas non plus un point lumineux pour les chauffeurs de bus. «Un voyou n'attend pas aussi longtemps que les secours arrivent», dit Schickes. Milena Steinmetzer comprend les inquiétudes au sein de la branche. Elle est responsable des transports publics à l'OGBL et réclame des cabines de conduite fermées. «La sécurité ressentie par les conducteurs d'autobus serait ainsi beaucoup plus grande, d'autres entreprises d'autobus au Luxembourg sont déjà en train de l'installer». En ce qui concerne les dénonciations à la police, il y aurait plutôt un consensus parmi les entreprises de bus privées pour préférer ne pas signaler certains incidents à la police. «Certains responsables de bus veulent dissimuler les problèmes parce qu'ils ne veulent pas risquer de perdre des contrats privés sur les différentes lignes».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A l'heure où le gouvernement parle d'autoriser la culture du cannabis, des statistiques viennent pointer l'implication des consommateurs de stupéfiants dans une partie des accidents de la circulation.
Face au sentiment d'insécurité d'une partie de la population, le ministre de la Sécurité intérieure a présenté lundi la nouvelle organisation des forces de l'ordre qui doit aboutir à une plus forte présence policière. Un dispositif qui entre en application dès ce lundi dans la capitale.
Lokales,Mit der Polizei auf Patrouille,Police,Bahnhofsviertel,Sicherheit Polizeipräsenz.Foto: Gerry Huberty/luxemburger Wort