Changer d'édition

Les chats peuvent désormais aller au bar

  • Bienvenue au «Chalon de thé»
  • «Etendre la famille féline au Luxembourg»
  • Un phénomène venu du Japon
  • «C'est le paradis»
  • Bienvenue au «Chalon de thé» 1/4
  • «Etendre la famille féline au Luxembourg» 2/4
  • Un phénomène venu du Japon 3/4
  • «C'est le paradis» 4/4

Les chats peuvent désormais aller au bar

Les chats peuvent désormais aller au bar

Les chats peuvent désormais aller au bar


22.07.2019

Photo: Steve Eastwood

Un établissement un peu spécial a ouvert Rue des Capucins, dans la capitale. Le «Chalon de thé» propose à ses clients boissons et gourmandises, comme dans un café, mais surtout une dizaine de chats venant ronronner à leurs côtés. Une première dans le pays.

1

Bienvenue au «Chalon de thé»
Copier le lien

Photo: Steve Eastwood

Amélie Pérardot - Chats typés européens, Maine coon, Toyger et bientôt Sphinx, se baladent dans les allées du «Chalon de thé» depuis le 10 juillet dernier. Un établissement pas comme les autres puisque les clients peuvent siroter leur cocktail en caressant ces adorables chats. 

Prudence avant de pénétrer dans le royaume des chats. Il faut entrer dans le sas d'entrée et se désinfecter les mains avec un gel hydroalcoolique. Le petit coup d'œil attentif sur les règles accrochées à la porte informe les clients : «Les chats ne doivent pas être réveillés, nourris, être forcés à rester quelque part ou portés».

«Il y a toute une réglementation assez stricte. Nous restons intransigeants : ici les chats, ce sont nos bébés donc nous faisons vraiment attention», affirme Mehdi Mimèche, gérant de l'établissement.

Les dix chats proviennent tous d'associations, refuges et de particuliers. Mais Mehdi Mimèche se veut rassurant, avant d'intégrer le café tous les animaux sont observés méticuleusement.  «On étudie le comportement des chats avant de les intégrer ici, et voir si la bête est sociabilisée, si elle ne porte pas de maladie et si elle n'est pas craintive. Il faut que les félidés soient heureux ici.»

Le patron, qui possède également la casquette d'éducateur félin, précise qu'il faut attendre de 15 jours à un mois avant que le chat s'adapte à son nouvel environnement. Comme les chats sont des animaux de territoire, l'équipe du «Chalon» a fait le choix d'intégrer les matous avant que le café n'ouvre pour qu'ils s'habituent. 


2

«Etendre la famille féline au Luxembourg»
Copier le lien

Photo: Steve Eastwood

La «ronronthérapie» a opéré sur Mehdi Mimèche depuis son plus jeune âge. Et voilà maintenant un an déjà que le jeune homme a ouvert  son premier bar à chats, à Metz. «Nous avions déjà beaucoup de clientèle luxembourgeoise qui venait nous rendre visite en Moselle. Alors, avec mes associés, nous avons décidé d'étendre le bonheur procuré par la présence des chats directement au Grand-Duché.» 

Mais avant d'ouvrir un tel établissement, il a fallu se former. Mehdi Mimèche a donc passé un certificat de capacité animaux domestiques spécialisé en chiens et chats.

Un café comme celui-ci nécessite également le respect de normes d'hygiène et sanitaires strictes. «Nous proposons de la nourriture aux clients. On doit tout couvrir. On met donc les gourmandises en vitrine et sous cloche.»

Jusqu'au plafond

Tout est mis en place pour le bien-être des clients mais aussi, et surtout, des animaux. «Nous sommes obligés d'avoir un sas d'entrée et une pièce où les clients ne peuvent pas aller. Y sont entreposées les litières, leurs croquettes et leur eau. C'est leur endroit. Nous faisons également attention à la température ambiante.»

Mehdi a même pensé à créer avec son père et ses associés un véritable parcours mural pour ses protégés. Ils peuvent même grimper jusqu'au plafond. L'idée? Que le chat puisse se réfugier s'il en ressent le besoin.


3

Un phénomène venu du Japon
Copier le lien

Photo: Steve Eastwood

«En voyant des reportages sur les bars à chats au Japon, je me suis dis dommage qu'il n'y en ait pas ici... parce que j'aurais postulé. Et là l'idée m'est venue d'en créer un. C'est comme ça que la belle histoire a commencé», sourit Mehdi.

Le concept a aussi séduit Alexandra Bru, française installée à Shanghai avec son mari luxembourgeois et leurs deux enfants. La famille de retour au Grand-Duché a immédiatement pris ses habitudes au «Chalon de thé» de la capitale.

Habitant tout le restant de l'année en Asie, Alexandra s'est déjà rendue dans les célèbres «neko cafés» au Japon. Pour entrer dans ces bars à chats, les amateurs n'hésitent pas à payer un ticket d'entrée. 

«Au Japon, par exemple, les poils des animaux sont teints; certains patrons habillent même les bêtes. Nous n'avons pas du tout le même rapport à l'animal», explique Alexandra. «Les établissements comme le «Chalon de thé» sont plus accueillants et chaleureux.»

Sa fille de 7 ans, Louise, a d'ailleurs bien l'intention d'ouvrir son bar à chats. «Je mettrai des fiches sur chaque table où l'on peut voir des photos des chats, leur nom. Je vendrai aussi des bonbons pour chats, comme au Japon, pour qu'ils viennent vers les clients.»

4

«C'est le paradis»
Copier le lien

Photo: Steve Eastwood

Si la capacité du «Chalon de thé» compte une trentaine de places pour les clients, les chaises trouvent rapidement preneur dès l'ouverture. Le salon affiche souvent complet, et petits et grands doivent attendre leur tour dans la rue. 

Une fois à l'intérieur, «c'est le paradis» affirme Tasmin, 21 ans. Petite pause goûter avec son amie Léna, un chaton sur les genoux. «Ils sont si mignons. J'avais déjà vu des bars à chats à l'étranger mais je n'étais pas rentrée.»

Privatisable si besoin

Côté étranger, le phénomène s'exporte et intrigue tout autant. «Quand j'étais en Ecosse, les bars à chats étaient plus grands, les chats étaient tous déjà adultes. Ce n'était pas du tout la même chose. J'ai vu sur les réseaux que celui-ci allait ouvrir... Je suis donc ici» explique Lisa, 24ans, aussi venue pour quelques minutes de détente avec une amie. 

Alors, avis aux amoureux des chats, le «Chalon» peut être privatisé. Et Mehdi Mimèche assure même qu'il est possible de chanter «Joyeux anniversaire» en chat. «Cela donne quelque chose comme... miaou, miaou, miaou».  



Sur le même sujet

Le Chat de Geluck aura son musée à Bruxelles
Le dessinateur belge Philippe Geluck a présenté jeudi son projet de Musée du Chat, qui doit ouvrir à Bruxelles en 2023 pour célébrer son personnage fétiche dont les albums se sont écoulés à des millions d'exemplaires.
(FILES) In this file photo taken on September 11, 2017, Belgian cartoonist Philippe Geluck poses during a photo session in Paris. - Geluck presented on November 22, 2018, his project to create a "Musee du Chat" (Cat Museum) which will open in Brussels in 2023 to celebrate his famous character "Le Chat" (The Cat), of which the albums have sold millions of copies. (Photo by JOEL SAGET / AFP)
A Esch, le rat chasse le chat
"A bon chat, bon rat?" C'est ce que démontre cette vidéo tournée au centre d'Esch-sur-Alzette, où un rat met un chat en déroute.
Tapfer: Diese Escher Ratte hatte etwas gegen den Übergriff einer Katze.