Changer d'édition

«Les chantiers sont aussi un danger pour les malvoyants»
Luxembourg 2 4 min. 31.07.2019 Cet article est archivé

«Les chantiers sont aussi un danger pour les malvoyants»

Alain Brever, le chargé de direction à la Berodung, Betreiung a Fräizäit, expose les problèmes actuellement rencontrés par les aveugles et malvoyants au Luxembourg.

«Les chantiers sont aussi un danger pour les malvoyants»

Alain Brever, le chargé de direction à la Berodung, Betreiung a Fräizäit, expose les problèmes actuellement rencontrés par les aveugles et malvoyants au Luxembourg.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 2 4 min. 31.07.2019 Cet article est archivé

«Les chantiers sont aussi un danger pour les malvoyants»

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Si les incivilités à l’égard des aveugles ou malvoyants ne sont pas légion au Luxembourg, les personnes à handicap visuel doivent slalomer entre les problèmes quotidiens.

Un automobiliste vient d'être condamné en France à des amendes et à une suspension de permis pour avoir agressé un aveugle et son frère à qui il avait refusé la priorité à un passage piéton, à Paris en juin dernier. Un acte d’incivilité qui a permis de mettre en lumière d’autres actes plus bénins et certains contextes dangereux pour les malvoyants. Tour d'horizon sur la situation au Luxembourg avec Alain Brever, chargé de direction à la Berodung, Betreiung a Fräizäit, un service de la Fondation Lëtzebuerger Blannevereenegung.

Alain Brever: «Les voitures électriques sont aussi un problème».
Alain Brever: «Les voitures électriques sont aussi un problème».
Photo: Gerry Huberty

M. Brever, avez-vous eu communication de tels actes d'incivilité?

Alain Brever - «Nous n’avons heureusement pas eu de pareil cas. Je me suis renseigné auprès de nos entraîneurs de mobilité en milieu urbain, ils n’ont pas connaissance de telles agressions. Mais il reste que pour les personnes aveugles la ville constitue un danger.

Ce n’est pas en raison d’une certaine agressivité ou le fait que les autres ne fassent pas attention aux personnes handicapées. Nous avons constaté que les chantiers mobiles représentent le principal danger pour les malvoyants ou les aveugles. Ces personnes, qui possèdent une certaine autonomie, qui prenaient quotidiennement les transports en commun pour se rendre à leur travail sont obligées de changer leurs habitudes faute de repères suffisants.

Vélos et trottinettes qui empruntent les trottoirs sont-ils un problème?

Le souci avec les vélos est que nous ne les entendons pas venir, mais à ce niveau, tous les piétons sont logés à la même enseigne. Nous rencontrons aussi ce tracas avec les voitures électriques. Ce dernier devrait être réglé puisque la loi, l’an prochain, va obliger les véhicules électriques à émettre un son même en dessous de dix kilomètres/heure.

Exemple d'un système d’avertissement acoustique des véhicules électriques ou hybride

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Je voudrais aussi signaler qu'une personne malvoyante qui veut traverser une rue a besoin d’un système de clic sonore. Avec tous les travaux actuels, les feux tricolores n’en sont pas équipés. La personne ne peut pas non plus se fier aux autres piétons parce qu'ils traversent parfois au rouge.

Mis à part cela, nos grandes villes sont presque toutes bien adaptées. C’est un minimum, mais ce n’est pas effectif partout.

Comment procédez-vous pour rendre les communes attentives à ce problème?

Si une personne nous informe qu’elle doit utiliser un autre trajet pour se rendre à son travail, nous prenons contact avec les responsables communaux pour leur demander d’installer des clics sonores aux croisements empruntés. Mais ce serait désormais judicieux que les nouveaux feux tricolores qui sont, ou seront, installés soient équipés d’office de ce système.

Êtes-vous régulièrement consultés pour les questions d’aménagements de voirie ou de bâtiments publics?

Pour la Ville de Luxembourg, par exemple, nous travaillons au sein de groupes qui demandent quels sont les besoins des personnes handicapées, quel que soit le handicap, pas seulement les déficients visuels. Nous travaillons avec l’ADAPTH qui est un bureau d’expertise spécialisé dans l’accessibilité pour tout ce qui concerne les logements, les bâtiments et les moyens de transport.

A partir de 2020, la Convention européenne pour les personnes handicapées entrera en application. Cela concerne, par exemple, l'installation de lignes de guidage au sol, mais ce n’est pas toujours facile à implanter partout. Et pour les personnes aveugles ou malvoyantes cela demande beaucoup de concentration, ce qui est quasiment impossible à assurer sur de longs trajets.

Une ligne de guidage.
Une ligne de guidage.


D’autres moyens que les lignes de guidage sont aujourd’hui utilisés, pouvez-vous nous en dire deux mots?

Les handicapés visuels peuvent utiliser Google Maps avec la fonction piéton ainsi que le GPS sur leur téléphone. Comme dans d’autres domaines, ce sont les plus jeunes qui utilisent le mieux ces fonctionnalités. Des ceintures abdominales qui détectent les obstacles existent aussi. Elles disposent d'un avantage sur la canne blanche: elles détectent les obstacles en hauteur.

D’autres types de ceinture indiquent, elles, par vibrations, de quel côté il faut aller. Les jeunes, nés aveugles, disposent généralement de davantage de mobilité donc ils les utilisent mieux.

Enfin, un Danois malvoyant a conçu une application qui met en contact gratuitement des malvoyants avec des voyants afin d’obtenir une aide rapide dans les gestes du quotidien pour lesquels la vue est indispensable.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.


Quels sont les domaines pour lesquels vous attendez des améliorations?

Je dois d’abord dire que nous sommes bien lotis au Luxembourg, mais je me demande toujours pourquoi certaines banques n’ont pas mis en place certaines choses. Je prends par exemple le fait de devoir payer les virements au guichet. Une personne aveugle ne peut pas utiliser le Bancontact seule.

Certes, des Bancontacts sont équipés pour une version audio… mais n’ont pas le logiciel. Souvent, les écrans tactiles ne sont pas adaptés. Cela commence souvent à l’entrée des administrations ou des hôpitaux lorsqu’il s’agit de prendre un ticket pour se rendre au service désiré.

En ce qui concerne les transports, l’Adapto reste payant en partie. C’est un choix politique, mais je trouve que les horaires ne sont pas assez extensibles. Beaucoup de choses ont été faites, mais au niveau des gares toutes ne sont pas adaptées. Mais j'en suis conscient, il faut du temps pour améliorer certaines choses.»