Changer d'édition

Les CFL ne craignent pas le coup de chaud
Luxembourg 3 min. 06.08.2020 Cet article est archivé

Les CFL ne craignent pas le coup de chaud

Cette fin de semaine, la température des rails luxembourgeois pourrait dépasser les 50°C. De mettre en alerte les équipes CFL.

Les CFL ne craignent pas le coup de chaud

Cette fin de semaine, la température des rails luxembourgeois pourrait dépasser les 50°C. De mettre en alerte les équipes CFL.
Photo : Luc Deflorenne
Luxembourg 3 min. 06.08.2020 Cet article est archivé

Les CFL ne craignent pas le coup de chaud

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Si la canicule va mettre à rude épreuve les organismes à partir de ce jeudi, elle va aussi faire chauffer le réseau des chemins de fer. Une montée du mercure qui peut entraîner des déformations de rails mais sondes et agents veillent.

«Le 31 juillet dernier, nous sommes déjà montés jusqu'à 53°...» Christian Dammé ne parle pas de température de l'air, mais des degrés enregistrés sur le rail. Car, vu les prévisions météo pour les jours à venir, la montée en chaleur du réseau CFL va être scrupuleusement observée. «Mais elle l'est en fait à tout moment, en toutes saisons», assure le responsable entretien voies du district Sud du réseau de chemin de fer luxembourgeois.

Ainsi, quel que soit le climat, à n'importe quelle heure du jour et de la nuit, trois sondes mesurent la moindre variation des degrés qui pourrait affecter les rails. Trois sondes réparties entre chaque zone : Esch-sur-Alzette, Luxembourg-ville et Mecher pour la partie nord du Grand-Duché. «Pourquoi il n'y en a pas plus, le long des 628 km de voies? Parce que d'un point à l'autre du pays, il n'y aura pas d'écarts conséquents», assure le technicien. Ainsi, depuis trois ans, les CFL mesurent électroniquement et constamment la température du réseau.


Wort.fr, Travaux extension quais gare centrale, Baustelle CFL, Bahnhof, Hauptbahnhof, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La gare centrale se transforme à allure modérée
En chantier depuis la fin 2018, les deux hectares du site des anciens ateliers CFL se métamorphosent encore et toujours. Si une nouvelle voie est en service depuis décembre 2019, trois autres viendront compléter le dispositif d'ici le changement d'horaire en 2021, avant une transformation complète attendue pour 2024...

«Car, rappelle Antoine Schiltz, adjoint au chef du service maintenance-infrastructure, chaleur égale dilatation pour l'acier». Ainsi, sous les rayons du soleil, le rail va gagner en volume, grossir. Mais coincé entre tirefonds et traverse, le rail ne doit pas trop se déformer, pas trop «flotter sur sa mer de ballast». Et c'est pourtant ce qu'il va avoir «physiquement» tendance à faire à chaque épisode chaud. Alors à chaque fois qu'une sonde va détecter une température dépassant les 40°C, les équipes CFL vont-elles devoir être vigilantes.

«Au déclenchement de l'alerte, nous avons alors six jours pour que les agents parcourent les voies principales et inspectent chaque centimètre du parcours», indique Christian Dammé. «Rien de tel que le regard expérimenté des personnels pour détecter là où la déformation du rail pourrait causer soucis.» Car tracas il peut y avoir : la forte pression du rail sur la structure pouvant déplacer localement l'axe de la voie au point qu'elle se rapproche dangereusement de sa voisine, voire que la déformation soit tellement marquée qu'elle puisse entraîner un déraillement.

Pour l'instant, pareille situation critique n'a toutefois jamais été observée au Luxembourg. Mais la question préoccupe l'exploitant du réseau national du fait de la montée régulière du mercure, année après année. «D'autant qu'une des sondes indique une température de rail supérieure à 45 ans, c'est immédiatement que les équipes sont envoyées sur le terrain pour voir comment réagit la voie», note le responsable entretien. Pas question que le serpent d'acier que constitue le réseau en longs rails soudés ne prenne ses aises latéralement.

Et puis, les équipes techniques comptent aussi sur leurs collègues mécaniciens dans les locomotives pour signaler tel ou tel site où une déformation pourrait devenir préoccupante. Là encore, l’œil complète l'analyse des données. «Sachant que les sondes sont toujours placées à des endroits neutres. Ni trop exposés plein soleil, ni à l'ombre d'un bois ou d'un tunnel par exemple.» 

 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que le Luxembourg fait figure de pionnier en Europe en interdisant l'usage de l'herbicide au 1er janvier 2021, et que ses agriculteurs et viticulteurs anticipent la fin d'année, les CFL avouent ne pas pouvoir s'en passer à l'heure actuelle.