Changer d'édition

Les centres saturés poussent deux réfugiés à la rue
Luxembourg 2 min. 31.12.2019 Cet article est archivé

Les centres saturés poussent deux réfugiés à la rue

L'Etat renvoie régulièrement des demandeurs d'asile déboutés vers des Etats tiers, que ce soit volontairement ou de manière contrainte.

Les centres saturés poussent deux réfugiés à la rue

L'Etat renvoie régulièrement des demandeurs d'asile déboutés vers des Etats tiers, que ce soit volontairement ou de manière contrainte.
Photo : Pierre Matgé
Luxembourg 2 min. 31.12.2019 Cet article est archivé

Les centres saturés poussent deux réfugiés à la rue

Alexander ABDELILAH
Alexander ABDELILAH
La situation des deux étrangers, laissés sans solution d'hébergement suite à la fermeture de leur foyer, inquiète Caritas. L'Asbl y voit le «symbole» de la saturation chronique des structures d'accueil.

«Ce n'est pas une polémique», tente de déminer Yves Schmidt, en charge du service Solidarité et Intégration de l'association Caritas. En l'occurrence, la situation de deux demandeurs d'asile déboutés qui se sont retrouvés à la rue après la fermeture de leur centre d'accueil, fin décembre, relèverait plutôt du quiproquo. 


L'hébergement des demandeurs d'asile est la mission principale du jeune Office, un défi alors que les structures du pays sont en saturation chronique.
Près de 80 millions d'euros pour l'ONA
Quelques semaines après sa naissance à la Chambre des députés, la toute jeune institution en charge de l'accueil et de l'hébergement des demandeurs d'asile au Grand-Duché hérite d'un budget à la hauteur de ses ambitions.

L'Asbl d'aide avait publiquement tiré l'alarme auprès de Jean Asselborn (LSAP), ministre des Affaires étrangères, pointant la «situation humanitaire» de ces individus. La crainte : que leur malheur soit le signe d'un «nouveau procédé» de l'Etat pour pallier le manque de places d'accueil. Dans sa réponse officielle, Jean Asselborn se veut rassurant et invite l'organisation internationale à sa table.

Une trêve hivernale

Avant de se retrouver sur le trottoir, les deux demandeurs de protection internationale (DPI) dont la demande a été rejetée résidaient dans un centre d'accueil, à Mondercange. Une structure gérée par Caritas et qui a dû fermer ses portes le 28 décembre. Alors que «la plupart» des 150 résidents ont trouvé un logement ou un nouveau foyer, aucune solution n'a pu être trouvée pour les deux hommes.


Politik, LSAP, Jean Asselborn, Briefing Iran   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Le sauvetage en mer a besoin de structures claires»
Le ministre des Affaires étrangères a appelé les Etats membres de l'UE à faire preuve d'une plus grande solidarité avec les migrants qui débarquent aux portes de l'Europe dans des bateaux.

«Si nous sommes d'accord sur le principe, nous estimons qu'il doit y avoir une trêve hivernale», rappelle Yves Schmidt à propos de la prise en charge des DPI à qui l'asile a été refusé. 

Une inquiétude à laquelle le ministère a répondu par une main tendue. «Il nous a assuré que l'Etat ne laisserait personne à la rue», détaille Yves Schmidt, qui admet que la situation a quelque peu «créé la panique» dans ses services. Pour clore la séquence, rendez-vous est pris au ministère, début janvier 2020, pour un échange «à propos de la situation des réfugiés déboutés du droit d'asile».

 Au-delà de ces cas extrêmes, l'absence de solution d'accueil est le signe d'une «nouvelle situation», reconnaît Yves Schmidt. Celle d'un nombre constant d'arrivées de DPI au Grand-Duché depuis 2015. Cela alors que l'Etat peine à trouver de nouvelles structures d'accueil et que les réfugiés ont du mal à trouver un logement autonome, en pleine crise de l'immobilier. Un problème chronique qui devrait également être à l'ordre du jour de la rencontre prévue entre les responsables de Caritas et le ministre.


Sur le même sujet

Après 8 mois de débats, le projet de loi donnant naissance à la nouvelle administration en charge de l'accueil des demandeurs d'asile sera soumis au vote à la Chambre la semaine prochaine. Seul l'ADR devrait s'y opposer.
L'OLAI, chargé de l'accueil et de l'intégration des demandeurs d'asile et des réfugiés, va être remplacé par l'Office national d'accueil.
Alors que le navire Open Arms ne trouve pas d'endroit où débarquer les migrants sauvés en Méditerranée, Jean Asselborn plaide pour une solidarité européenne même basée sur des quotas. Le Luxembourg a, lui, déjà accueilli 56 passagers ces douze derniers mois.
Le Grand-Duché et quatre Etats membres de l'Union européenne ont accepté, ce mercredi, de prendre en charge des naufragés partis de Libye sauvés en mer mais qui étaient retenus sur un navire des garde-côtes italiens.
Rescued migrants sit on the coast of Khoms, some 100 kilometres (60 miles) from Tripoli, on July 26, 2019. - More than 100 migrants were missing after their boat sank off the coast of Libya in what might be the worst tragedy in the Mediterranean this year, aid agencies said. About 145 migrants were rescued by the Libyan coastguard, and survivors had reported that about 150 people remained missing. (Photo by - / AFP)