Changer d'édition

Les caméras de surveillance divisent les députés
Luxembourg 2 min. 26.03.2021 Cet article est archivé

Les caméras de surveillance divisent les députés

A ce jour, 98 caméras de surveillance sont installées dans la capitale.

Les caméras de surveillance divisent les députés

A ce jour, 98 caméras de surveillance sont installées dans la capitale.
Photo: Michel Thiel/archive
Luxembourg 2 min. 26.03.2021 Cet article est archivé

Les caméras de surveillance divisent les députés

Alors que Déi Gréng et Piraten s'opposent à l'extension du dispositif policier, le CSV plaide pour un renforcement de la mesure, en parallèle à une présence accrue de policiers sur le terrain. Ces derniers devraient, selon le principal parti d'opposition, être mieux équipés.

(Jmh avec Marc Hobscheid) - Deux semaines après sa présentation officielle, le bilan pour le moins mitigé de l'inspection générale de la police (IGP) des bienfaits du système Visupol s'est retrouvé au cœur des débats, jeudi, au sein de la commission de la Sécurité intérieure. Si l'analyse aurait l'avantage «d'objectiver un débat émotionnel», selon Stéphanie Empain (Déi Gréng), présidente de la commission, elle n'a toutefois pas permis de tirer de réelle conclusion sur le dispositif.


Dunkle und versteckte Ecken zu entfernen, ist für 93 Prozent der Anwohner eine Priorität.
L'éclairage public plus rassurant que la vidéosurveillance
Si un tiers des habitants de Bonnevoie, du Limpertsberg et du quartier Gare souhaiteraient voir le réseau de caméras s'étendre, d'autres solutions plus efficaces existeraient afin de renforcer leur sentiment de sécurité, révèle la dernière enquête de TNS-Ilres commandée par le ministère de l'Intérieur.

Si Henri Kox (Déi Gréng), ministre de la Sécurité intérieure, assure «ne pas être opposé au débat sur l'implantation de nouvelles caméras», il ne souhaite pas multiplier à tout prix ce dispositif. Une vision que ne partage pas Laurent Mosar (CSV) qui voit dans l'analyse de l'IGP une «confirmation» du bien-fondé de la vidéosurveillance qui ne constitue, toutefois, qu'une mesure parmi d'autres pour lutter contre le sentiment d'insécurité. La principale devant être le renforcement de la présence policière sur le terrain.

Pour l'échevin de la capitale en charge du budget, cette mesure ne ferait que répondre aux attentes des résidents, notamment des quartiers Gare et Bonnevoie. Référence à une enquête menée auprès de 16.000 ménages qui indique que 72% des personnes interrogées assurent ne pas se sentir en sécurité. 67% d'entre elles se disant favorables à une extension du nombre de caméras dans l'espace public. Pour Claude Lamberty (DP), cette question ne devrait pas se limiter aux seules limites de la capitale mais concerner l'ensemble du pays, le député libéral affirmant «être pour la mise en place de caméras là où elles ont un sens».


überwachungskamera - Photo : Pierre Matgé
La vidéosurveillance sous l’œil de l'IGP
L'inspection générale de la police vient de rendre son rapport sur l'efficacité des caméras dans la lutte contre la délinquance. Pas de doute : des progrès peuvent être faits.

Fermement opposé à ce dispositif, Marc Goergen (Piraten), estime que la possible extension du système Visupol serait «l'aveu d'une politique qui a échoué». Car, selon lui, l'analyse de l'IGP démontre que la présence des caméras n'a pas eu pour conséquence de réduire la criminalité. Mais uniquement de la déplacer. Face à cette situation, Léon Gloden (CSV) remet en avant une idée chère aux chrétiens-sociaux, à savoir la volonté d'équiper les policiers de caméras portatives et de les doter de taser, «dans le cadre d'un projet-pilote».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Si un tiers des habitants de Bonnevoie, du Limpertsberg et du quartier Gare souhaiteraient voir le réseau de caméras s'étendre, d'autres solutions plus efficaces existeraient afin de renforcer leur sentiment de sécurité, révèle la dernière enquête de TNS-Ilres commandée par le ministère de l'Intérieur.
Dunkle und versteckte Ecken zu entfernen, ist für 93 Prozent der Anwohner eine Priorität.
La vidéosurveillance des lieux publics a toujours été un sujet de controverse au Luxembourg. Mais le texte du projet de loi du ministre de la Sécurité intérieure, François Bausch, fait presque consensus cette fois.
Tanken_5