Changer d'édition

Les cadres davantage touchés par le risque de burn-out
Luxembourg 2 min. 09.12.2020 Cet article est archivé

Les cadres davantage touchés par le risque de burn-out

Selon l'étude, toutes les catégories socio-professionnelles ne seraient néanmoins pas égales face aux exigences émotionnelles et mal-être qui s'ensuit.

Les cadres davantage touchés par le risque de burn-out

Selon l'étude, toutes les catégories socio-professionnelles ne seraient néanmoins pas égales face aux exigences émotionnelles et mal-être qui s'ensuit.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 09.12.2020 Cet article est archivé

Les cadres davantage touchés par le risque de burn-out

Selon la dernière étude publiée par la Chambre des salariés, plus l'émotion au travail est importante, plus le salarié se sent mal dans son travail. Mais tous ne seraient néanmoins pas égaux face au problème.

(ASdN) - Émotions et mal-être au travail restent étroitement liés. Tel est du moins le constat qui ressort de la dernière étude de la Chambre des salariés (CSL) qui a analysé l'évolution, sur quatre ans, des exigences émotionnelles auxquelles sont soumis les salariés luxembourgeois. Autrement dit, la nécessité de maîtriser ses propres émotions sur le lieu du travail dans le but de répondre aux attentes de l'entreprise ou de l'organisation. 

Et à ce jeu-là, les salariés les plus exposés à ces exigences émotionnelles seraient les grands perdants. Ils présenteraient en effet un niveau de burn-out plus élevé que les autres. Un élément d'autant plus vrai lorsque ces exigences sont combinées à des conditions de travail difficiles. Les répercussions négatives sur le bien-être des salariés seraient donc importantes. 


Le harcèlement moral reste toujours d'actualité
Avec 306 demandes d'informations envoyées à l'ITM au cours des neuf premiers mois de l'année, le mobbing se poursuit dans les entreprises du Luxembourg, malgré le télétravail. A ce jour, huit plaintes ont été déposées, indique mardi le ministre du Travail.

Des éléments que la CSL justifie à deux égards. D'une part, parce que des tensions apparaissent du fait des décalages entre les émotions réelles et les émotions attendues et d’autre part, parce que le contrôle des émotions peut conduire le salarié à l’épuisement.

Selon l'étude, toutes les catégories socio-professionnelles ne seraient néanmoins pas égales face au phénomène. Ainsi, si les artisans et les salariés dans les professions élémentaires présentent un niveau d’exigences émotionnelles en moyenne plus faible, ces dernières seraient plus élevées pour les employés de bureau et les salariés avec des fonctions académiques. Parmi eux, les travailleurs exerçant une fonction d’encadrement seraient également plus touchés.   

L'entreprise compte aussi

D'autres disparités sont par ailleurs à noter. Ainsi, les 16-24 ans seraient légèrement moins concernés par les exigences émotionnelles. Les femmes devraient par ailleurs faire davantage face à ce niveau d'exigences. Quant aux salariés vivant avec un partenaire de vie, ils présentent un niveau d’exigences émotionnelles légèrement supérieur à celui des salariés sans partenaire et ce, de manière constante sur la période étudiée. 


man holding pictures with big smile
Le monde du travail annihilerait l'envie de rire
La fréquence des sourires et des éclats de rire diminuerait fortement à partir de 23 ans, selon une récente étude de l'université de Stanford réalisée auprès de 1,4 million de personnes réparties dans 166 pays. Un âge qui correspond à l'arrivée dans la sphère professionnelle.

Enfin, s'il existe peu de différences de situation selon les types de contrat, la taille de l'entreprise jouerait un rôle. Ainsi, les salariés de très petites entreprises (1-4 employés) enregistrent la plus forte augmentation du niveau d’exigences émotionnelles.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Avec 306 demandes d'informations envoyées à l'ITM au cours des neuf premiers mois de l'année, le mobbing se poursuit dans les entreprises du Luxembourg, malgré le télétravail. A ce jour, huit plaintes ont été déposées, indique mardi le ministre du Travail.
La fréquence des sourires et des éclats de rire diminuerait fortement à partir de 23 ans, selon une récente étude de l'université de Stanford réalisée auprès de 1,4 million de personnes réparties dans 166 pays. Un âge qui correspond à l'arrivée dans la sphère professionnelle.
man holding pictures with big smile
La Chambre des Salariés du Luxembourg publie ce mardi son «panorama social 2019». Le bilan annuel constate des inégalités sociales et salariales toujours croissantes entre salariés, apprentis et retraités.