Changer d'édition

Les bus de substitution ont joué les prolongations
Luxembourg 4 min. 08.08.2022
Ligne Metz-Luxembourg

Les bus de substitution ont joué les prolongations

Les travailleurs frontaliers ont à nouveau dû voyager en bus ce matin jusqu'à la gare de Luxembourg.
Ligne Metz-Luxembourg

Les bus de substitution ont joué les prolongations

Les travailleurs frontaliers ont à nouveau dû voyager en bus ce matin jusqu'à la gare de Luxembourg.
Photo: Pascal Mittelberger
Luxembourg 4 min. 08.08.2022
Ligne Metz-Luxembourg

Les bus de substitution ont joué les prolongations

Laura BANNIER
Laura BANNIER
Alors qu'ils s'apprêtaient à effectuer leur trajet Bettembourg-Luxembourg en train, les frontaliers français ont dû renouer avec les bus de substitution pendant une matinée supplémentaire. Et ces derniers étaient loin d'être assez nombreux.

Certains voyageurs ont été surpris en mettant le pied à quai en gare de Bettembourg ce matin. D'autres savaient exactement où se rendre, ayant pris soin de consulter le fil Twitter TER Nancy-Metz-Luxembourg pendant leur trajet. Après trois semaines de bus de substitution, les navetteurs français devaient en effet pouvoir à nouveau effectuer leurs trajets quotidiens en train. Mais tout ne s'est pas passé comme prévu...


Bettembourg, «terminus tout le monde descend!»
Les travaux de modernisation et d'extension de la gare de Luxembourg ont débuté ce lundi. Tout comme la galère de plusieurs milliers de frontaliers contraints de descendre de leur TER plus tôt que d'ordinaire.

La nouvelle est tombée à 6h15 dans un tweet. «Suite à une restitution tardive des travaux sur la ligne 60, la correspondance avec le Luxembourg sera effectuée par cars de substitution», indiquait la SNCF. Les voyageurs du TER parti à 6h de la gare de Metz l'ont donc appris une fois à bord, ou une fois arrivés à destination.

Alors qu'ils s'étaient préparés à changer de quai pour poursuivre leur trajet vers la capitale, les usagers du rail ont donc à nouveau dû prendre la direction du parvis de la gare de Bettembourg, pour y retrouver leur bus de substitution. Mais, surprise, ce lundi matin, ils étaient très peu nombreux à avoir pris du service. Sur l'un de ces quais, un employé CFL indique la raison de ce manque de bus: ce retard dans le chantier ayant été communiqué à 6h, la solution de remplacement a dû être mise en place tandis que les navetteurs affluaient déjà.

«La CFL a oublié de prévenir les compagnies de bus»

Si certains voyageurs ont fait le choix de patienter calmement sur les deux quais dédiés à ces cars de substitution, d'autres ont préféré se ruer sur le 512 en direction de la gare centrale. Les frontaliers souhaitant se rendre à Howald, ont, eux, pu prendre place dans le 621 à destination de P+R sud. 


Le trajet entre Metz et Luxembourg ne sera pas de tout repos cet été.
Fin des bus de substitution, place aux changements de train
Après trois semaines rythmées par les bus de substitution entre Bettembourg et Luxembourg-Ville, ce lundi 8 août marque la deuxième phase des perturbations liées aux travaux estivaux.

Il ne fallait donc pas être pressé d'effectuer son trajet vers son lieu de travail, ce lundi 8 août. En témoignent les nombreux tweets de frontaliers excédés adressés au compte TER Nancy-Metz-Luxembourg. «Dommage que les CFL aient aussi oublié de prévenir les compagnies de bus…», commente Glanumf. «Très très peu de bus. C'est un scandale de traiter les gens comme ça! En plus des temps de trajets qui s'allongent, tension, nervosité et détresse», abonde Virginie

Des problèmes que la SNCF ne semble pas vouloir adresser, renvoyant automatiquement ses usagers vers les CFL. «Navrée pour cette situation inopinée et les désagréments qu'elle engendre», la community manager du compte Twitter invite les voyageurs lésés à effectuer leurs réclamations auprès de la cellule suggestions et réclamations clients CFL.

Les travaux viennent de définitivement prendre fin et la ligne 60 a été rendue, les trains vont pouvoir circuler jusqu'au Luxembourg.

TER Nancy-Metz-Luxembourg

«Entre nous, restitution tardive de travaux, on s'en rend compte le matin même où on aurait dû avoir des trains pour le tronçon Bettembourg-Luxembourg? Nous aurons donc des bus de substitution. Et ce soir pour le retour comment ça se passe? Histoire d'anticiper un peu...», questionne de son côté Bidibulle. Une interrogation à laquelle la SNCF se trouve dans l'incapacité d'apporter une réponse. «Pour le moment, rien n'est certain. Il est probable que la substitution par cars se poursuive jusqu'à la fin de la journée. Nous vous tiendrons informés dès que possible!», indiquait ainsi le compte Twitter. 

Dès 8h, les CFL ont cependant annoncé un retour à la normale de la situation pour la ligne 60, à la fois sur leur site internet et dans un tweet. «La circulation des trains va reprendre progressivement. Quelques retards/suppressions peuvent encore survenir», indiquait ainsi la compagnie ferroviaire. De son côté, la SNCF a confirmé que « les travaux viennent de définitivement prendre fin et la ligne 60 a été rendue, les trains vont pouvoir circuler jusqu'au Luxembourg.». De quoi rassurer celles et ceux qui se sont retrouvés coincés sur un quai ce matin.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Une semaine après la mise en place des bus de substitution entre Bettembourg et la gare centrale de Luxembourg, il a enfin été décidé de mettre en place un arrêt à la Cloche d'Or.
Le barrage à Bettembourg oblige les usagers des lignes L60 et L90 à emprunter des bus de substitution entre Bettembourg et Luxembourg depuis le 16 juillet. Mais ceux-ci ne marquent pas d'arrêt à Howald... alors qu'ils y passent.
C'est parti pour, au moins, trois semaines compliquées pour les usagers des lignes ferroviaires 60 et 90. Les trains ne feront pas la liaison entre Bettembourg et Luxembourg Ville. Des bus de substitution sont mis en place par les CFL.
Plus aucun train ne partira ou n'arrivera à Metz dès ce mercredi soir à 21 heures.
De part et d'autre des frontières, les chauffeurs de bus semblent être une denrée rare. Alors que la Moselle connaît déjà une situation critique, le Luxembourg craint d'être plongé dans une pénurie aggravée de conducteurs.
Le ministère du Développement durable et des Infrastructures a initié cette nouvelle ligne en collaboration avec le Syndicat mixte des transports urbains.