Changer d'édition

Les brasseurs à la rescousse
Luxembourg 2 min. 01.04.2020 Cet article est archivé

Les brasseurs à la rescousse

La Brasserie nationale lance de nouvelles initiatives pour venir en aide aux cafetiers.

Les brasseurs à la rescousse

La Brasserie nationale lance de nouvelles initiatives pour venir en aide aux cafetiers.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 2 min. 01.04.2020 Cet article est archivé

Les brasseurs à la rescousse

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
Alors que les commerces sont à l’arrêt depuis le soir du 15 mars dernier, la question du paiement de leur loyer fait depuis couler beaucoup d’encre. Et c'est désormais au tour des brasseurs de sortir du silence et d'afficher - concrètement - leur total soutien aux cafetiers.

Fini le temps des discours, la Brasserie nationale a décidé d’agir. L'entreprise qui produit notamment la bière Bofferding se jette ainsi à l’eau et lance de nouvelles initiatives, à contre-courant de ce que défendait Georges Krieger, le président de l'Union des propriétaires, en appelant à «ne pas renoncer aux loyers pour le moment» en ces temps de crise.

Dans un communiqué publié lundi, le brasseur luxembourgeois a donc annoncé vouloir «trouver une solution appropriée». En d'autres termes, l'entreprise s'engage à octroyer un délai de paiement des loyers «pour chaque entrepreneur Horeca» et réfléchit par ailleurs, avec les propriétaires, à des «mesures complémentaires». 

Pour son directeur Georges Letz Jr, il s'agit là d'une nécessité pour l'équilibre de tout un secteur. «Nous sommes tous dans le même bateau, indiquait-il dans la dernière édition du Lëtzebuerger Land, et n'hésitant pas à afficher son soutien. Peu importe de quel côté l’eau entrera, on finira tous mouillés.»   


Lokales,Schluss mit Party,Geschlossene Lokale in der Hauptstadt. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
L’Union des propriétaires à contre-courant
Alors que les annonces et initiatives se multiplient en réponse à la crise provoquée par la pandémie mondiale, l'asbl en charge de la défense des propriétaires a appelé les bailleurs privés à ne pas agir, du moins pour le moment. Une déclaration que dénoncent certains partis.

Et à ce jour, ce ne sont pas moins de 386 immeubles que la brasserie luxembourgeoise loue à des propriétaires, qui sous-louent ensuite eux-mêmes à des cafetiers. Une prise de position d'un poids lourd du secteur qui sonne donc comme un pied de nez aux directives de l'Union des propriétaires. «Si le propriétaire ne veut pas [faire un geste] et que le sous-locataire ne peut plus, expliquait Georges Lentz Jr à l’hebdomadaire, c’est nous qui devrons payer». 

Une vision que partage M Immobilier, un autre acteur majeur. La société anonyme détient en effet le complexe situé le long des rives de Clausen, mais aussi 180 bistrots des quelque 1.200 du pays. «On prendra des mesures pour faciliter la vie de nos locataires», promettait lui aussi la semaine dernière Serge Libens, président de M Immobilier, au Land


Geschlossene Geschäfte und Restaurants, Coronavirus, Covid-19, Luxemburg Stadt, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
La CLC appelle à l'achat en ligne et au gel des loyers
Alarmée par la situation de crise actuelle, la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC) enjoint les consommateurs à maintenir leur fidélité aux commerçants. En outre, la clc préconise des délais de paiement des loyers commerciaux de plusieurs mois, voire des réductions.

La Brasserie de Luxembourg qui produit notamment  la bière Diekirch envisage également des délais de paiement des loyers pour les entrepreneurs de du secteur horeca. Mais elle fait aussi appel à la solidarité des consommateurs. Le brasseur prévoit ainsi le lancement, début avril, d'un café solidaire en ligne. Baptisé Café Courage, ce projet permettra aux patrons des cafés de vendre des bières en ligne. Les clients auront alors la possibilité de choisir entre les consommer à la réouverture de l'établissement ou de les transformer en dons, afin de soutenir financièrement, à leur manière, les cafetiers. Reste désormais à voir si cet appel-là sera entendu.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La crise du coronavirus a conduit à une fermeture forcée des commerces mais les loyers continuent d'être dus. Malgré l'appel à la solidarité du Premier ministre, l'Union des propriétaires freine. L'UCVL réagit et lance un appel à son tour.
En réaction aux propos de Georges Krieger à contre-courant du vent de solidarité actuelle, une partie de la classe politique est rapidement montée au créneau. Mais si le président de l'asbl garde le cap, il laisse toutefois entrevoir une plus grande souplesse.
Alors que les annonces et initiatives se multiplient en réponse à la crise provoquée par la pandémie mondiale, l'asbl en charge de la défense des propriétaires a appelé les bailleurs privés à ne pas agir, du moins pour le moment. Une déclaration que dénoncent certains partis.
Lokales,Schluss mit Party,Geschlossene Lokale in der Hauptstadt. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Alarmée par la situation de crise actuelle, la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC) enjoint les consommateurs à maintenir leur fidélité aux commerçants. En outre, la clc préconise des délais de paiement des loyers commerciaux de plusieurs mois, voire des réductions.
Geschlossene Geschäfte und Restaurants, Coronavirus, Covid-19, Luxemburg Stadt, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Xavier Bettel annonce ce dimanche soir la fermeture des restaurants, des cafés et des musées. Les épiceries, elles, resteront ouvertes. Cette annonce intervient près de 48 heures après l'annonce du premier décès lié au virus et 72 heures après la fermeture de tous les établissements scolaires jusqu'au 29 mars.