Changer d'édition

Les braqueurs de l'horlogerie arrêtés après une fusillade près de Lyon
Luxembourg 2 min. 21.03.2018 Cet article est archivé

Les braqueurs de l'horlogerie arrêtés après une fusillade près de Lyon

Les braqueurs de l'horlogerie arrêtés après une fusillade près de Lyon

Photo: Police grand-ducale
Luxembourg 2 min. 21.03.2018 Cet article est archivé

Les braqueurs de l'horlogerie arrêtés après une fusillade près de Lyon

Tirs en rafale, course-poursuite, prise d'otages, la nuit a été mouvementée pour l'antigang de Lyon, qui a fini par arrêter dans la banlieue de Villefranche-sur-Saône, les quatre braqueurs présumés de la bijouterie-horlogerie Goeres à Luxembourg, mardi.

Le matin même, vers 11h25, des hommes masqués, portant chapeau et casquette et déguisés en personnes âgées, avaient braqué la bijouterie-horlogerie Goeres, au 22 de la rue Philippe II, en plein centre de Luxembourg-Ville. Un des deux braqueurs armés a blessé un des employés de la bijouterie avec un taser.

Dans leur fuite, les braqueurs s'arrêtent derrière une maison du boulevard Charles Marx et se débarrassent de leur voiture. Ils aspergent tout l'intérieur avec un extincteur dans le but d'effacer leurs traces. La voiture est immatriculée dans le département du Rhône.

Photo: Police grand-ducale

C'est précisément là, qu'ils seront finalement interpellés quelques heures plus tard par les policiers de l'antigang de Lyon. Au milieu de la nuit de mardi à mercredi, une interpellation musclée à la barrière de péage de Villefranche-Limas tourne court. Les malfaiteurs parviennent à fuir en tirant copieusement avec une arme automatique sur les policiers par la portière de leur voiture, indique Le Progrès


Raubüberfall Bijouterie Goeres. Foto:Gerry Huberty
Braquage à Luxembourg dans une horlogerie de grand luxe
Mardi matin, à 11h25, un raid armé a attaqué une bijouterie de la rue Philippe II dans la capitale. Une personne a été blessée. Les voleurs sont en fuite.

  A quelques kilomètres de là, les malfaiteurs s'engouffrent dans une zone pavillonnaire d'Arnas. Là, «ils ont escaladé un mur, ils auraient perdu leurs armes, se sont ensuite fait passer pour des policiers pour rentrer dans une maison, ils ont poussé le papa», explique Olivier Michel, journaliste de France 3 Rhône-Alpes qui a rencontré la mère de famille. Selon ses dires, les malfaiteurs étaient «relativement respectueux» et «pas très agressifs».

La prise d'otages et la fuite des fuyards prendra fin au milieu de la nuit après l'intervention d'une unité spéciale de la police.

On peut supposer que la police surveillait depuis un certain temps le groupe de malfaiteurs, ce qui pourrait expliquer cette arrestation très rapide. Au moins deux des suspects auraient déjà été reconnus coupables de crimes.

La presse française parle d'un butin d'un million d'euros dévalisé dans les vitrines de la bijouterie du centre-ville de Luxembourg.

Dans un bref communiqué daté de ce mercredi après-midi, le Parquet de Luxembourg indique que «les autorités judiciaires luxembourgeoises et françaises collaborent étroitement dans ce dossier, et des vérifications sont en cours pour établir si les personnes arrêtées en France sont effectivement les auteurs du braquage à Luxembourg».