Changer d'édition

«Les bodycams peuvent aider à désamorcer les situations»
Luxembourg 05.10.2021
Philippe Schrantz

«Les bodycams peuvent aider à désamorcer les situations»

Trois ans après l'annonce de la mise en place d'un projet-pilote autour des bodycams pour les policiers, Henri Kox réaffirme mardi que le cadre juridique est encore à l'étude.
Philippe Schrantz

«Les bodycams peuvent aider à désamorcer les situations»

Trois ans après l'annonce de la mise en place d'un projet-pilote autour des bodycams pour les policiers, Henri Kox réaffirme mardi que le cadre juridique est encore à l'étude.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 05.10.2021
Philippe Schrantz

«Les bodycams peuvent aider à désamorcer les situations»

Lors de son discours tenu mardi à l'occasion de la Saint-Michel, le directeur général de la police n'a pas caché sa volonté de voir se mettre en place le dispositif qui reste à l'étude depuis 2018. Un message direct à destination d'Henri Kox, son ministre de tutelle.

(Jmh avec Steve Remesch) - Évoquée depuis 2018, l'utilisation de bodycams par les agents de police au Grand-Duché revient en force sur le devant de la scène. Non pas suite à une revendication des membres de l'opposition ou des représentants des syndicats, mais de la part du directeur général de la police. Dans un discours prononcé mardi à l'occasion de la traditionnelle fête de la Saint-Michel, Philippe Schrantz estime que le dispositif constitue «une aide potentielle» dans un contexte où «la police est filmée partout, dans n'importe quelle situation et par n'importe qui».


A police officer stands guard with a body camera attached to the shoulder on February 15, 2017 in Marseille.
Currently in Marseille, only the Mountain bike brigade of the city center and the Specialised field brigade (BST - Brigade specialisee de terrain) of the northern district are equipped with body cameras. Testing of the cameras began 3 years ago in France. According to th prefect of police of the Bouches-du-Rhone, Laurent Nunez, the body cameras "reduce the tensions during interventions". / AFP PHOTO / BORIS HORVAT
Les bodycams, garde-fous controversés des policiers
La mort par balle d'un homme pris en chasse par la police grand-ducale relance le débat autour des caméras piétons pour les forces de l'ordre. Si les syndicalistes y voient un élément de preuve, le déclenchement du système reste néanmoins au bon vouloir de l'agent.

Face à un parterre d'élus réunis au Grand Théâtre, dont plusieurs députés et Henri Kox (Déi Gréng), ministre de la Sécurité intérieure, le directeur général de la police a donc décrit les bodycams comme «un outil qui peut servir aux deux parties : à la fois assurer une protection pour le policier et apporter de la transparence pour le citoyen». Autrement dit, comme «un autre moyen de désamorcer les situations qui menacent de s'envenimer».


bodycams AFP
Les bodycams de la police encore à l'étude
Deux ans après la présentation du projet de loi, les forces de l'ordre vont encore devoir patienter avant d'équiper leurs caméras corporelles. Le ministre de la Sécurité intérieure a indiqué ce lundi que le cadre législatif était toujours à l'étude.

Pour le haut gradé, la mise en oeuvre du dispositif doit toutefois se faire via un cadre juridique «juste et compréhensible», aussi bien pour les citoyens que pour les policiers, afin que «la confiance dans notre administration soit élevée». Une prise de position destinée à faire bouger un dossier qu'Henri Kox ne semble pas pressé de faire avancer. De son côté, le ministre de l'Intérieur se dit conscient «des avantages de tels dispositifs», tels que la mise en place d'«un sentiment accru de sécurité chez les citoyens», mais rappelle qu'ils doivent être utilisés «dans le cadre de l'Etat de droit». Et surtout, selon lui, qu'ils ne constituent «qu'une partie d'un concept global de sécurité». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Face au sentiment d'insécurité d'une partie de la population, le ministre de la Sécurité intérieure a présenté lundi la nouvelle organisation des forces de l'ordre qui doit aboutir à une plus forte présence policière. Un dispositif qui entre en application dès ce lundi dans la capitale.
Lokales,Mit der Polizei auf Patrouille,Police,Bahnhofsviertel,Sicherheit Polizeipräsenz.Foto: Gerry Huberty/luxemburger Wort
Une soixantaine de caméras-piétons vont être distribuées aux agents des zones de police Famenne-Ardenne et Semois et Lesse. S'il doit encore être approuvé par chaque commune, le dispositif vise notamment à protéger les policiers.
La mort par balle d'un homme pris en chasse par la police grand-ducale relance le débat autour des caméras piétons pour les forces de l'ordre. Si les syndicalistes y voient un élément de preuve, le déclenchement du système reste néanmoins au bon vouloir de l'agent.
A police officer stands guard with a body camera attached to the shoulder on February 15, 2017 in Marseille.
Currently in Marseille, only the Mountain bike brigade of the city center and the Specialised field brigade (BST - Brigade specialisee de terrain) of the northern district are equipped with body cameras. Testing of the cameras began 3 years ago in France. According to th prefect of police of the Bouches-du-Rhone, Laurent Nunez, the body cameras "reduce the tensions during interventions". / AFP PHOTO / BORIS HORVAT
Deux ans après la présentation du projet de loi, les forces de l'ordre vont encore devoir patienter avant d'équiper leurs caméras corporelles. Le ministre de la Sécurité intérieure a indiqué ce lundi que le cadre législatif était toujours à l'étude.
bodycams AFP