Changer d'édition

Les auteurs des pétitions défendent leurs points de vue à la Chambre ce lundi
Luxembourg 2 min. 15.01.2017 Cet article est archivé
Quelle place pour la langue luxembourgeoise?

Les auteurs des pétitions défendent leurs points de vue à la Chambre ce lundi

Les deux pétitions portent sur un thème commun: la place de la langue luxembourgeoise dans le paysage aministratif et judiciaire du pays.
Quelle place pour la langue luxembourgeoise?

Les auteurs des pétitions défendent leurs points de vue à la Chambre ce lundi

Les deux pétitions portent sur un thème commun: la place de la langue luxembourgeoise dans le paysage aministratif et judiciaire du pays.
Shutterstock
Luxembourg 2 min. 15.01.2017 Cet article est archivé
Quelle place pour la langue luxembourgeoise?

Les auteurs des pétitions défendent leurs points de vue à la Chambre ce lundi

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
Suite aux deux pétitions portant sur la langue luxembourgeoise dans le courant de l'année 2016, un débat sur le sujet a lieu ce lundi à la Chambre des députés. Retour sur ces deux pétitions et sur l'impact qu'elles ont eu sur le pays.

(VO) - Suite aux deux pétitions portant sur la langue luxembourgeoise dans le courant de l'année 2016, un débat sur le sujet a lieu ce lundi à la Chambre des députés. Retour sur ces deux pétitions et sur l'impact qu'elles ont eu sur le pays.

Les deux pétitions portent sur un thème commun: la place de la langue luxembourgeoise dans le paysage administratif et judiciaire du pays.

La première pétition, la 698, a beaucoup fait parler d'elle. Déposée fin août à la Chambre des députés et clôturée le 24 octobre, elle a battu tous les records puisqu'elle a obtenu 14.683 signatures. 

Elle plaidait en faveur de la place de la langue luxembourgeoise et demandait que celle-ci devienne la première langue nationale du pays avant l'allemand et le français. Son initiateur, Lucien Welter, veut "sauver la langue luxembourgeoise avant qu'elle ne disparaisse".

La deuxième pétition porte le numéro 725 et défend le point de vue contraire: "NON à la langue luxembourgeoise comme première langue officielle en matière administrative et judiciaire".

Clôturée depuis le 6 décembre dernier, elle prône l'ouverture d'esprit et les intérêts économiques du pays. Son auteur, Joseph Schloesser, s'exprime en ces termes: " Il est essentiel que le contact s’établisse dans une langue compréhensible pour tous et les formulaires administratifs et autres documents officiels devront être rédigés, dans l’une des trois langues, obligatoires, enseignées à l’école".

Elle a, quant à elle, obtenu bien moins de signatures que la 698 puisqu'elle a récolté 5.182 signatures.

Ce lundi, les auteurs de ces deux pétitions se présentent successivement à la Chambre des députés pour défendre leurs points de vue devant les députés.  



Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La pétition 725, qui s'intitule «NON à la langue luxembourgeoise comme première langue officielle en matière administrative et judiciaire» a déjà récolté 4.500 signatures, un mois après sa mise en ligne, alors que la date de fin est fixée au 6 décembre prochain.
Une nouvelle pétition, n°725, sur la langue luxembourgeoise a été lancée. En réponse à la pétition n°698 qui réclame que le luxembourgeois devienne la première langue véhiculaire au Grand-Duché, cette nouvelle pétition n°725 dit "non" et explique pourquoi.
Une nouvelle pétition veut conserver le multilinguisme au Grand-Duché.
Record battu pour la pétition 698
La pétition sur la langue luxembourgeoise déposée fin août à la Chambre des députés et clôturée ce lundi a battu tous les records: elle a obtenu 14.683 signatures.
Alors que la pétition 698 sur la place de la langue luxembourgeoise au niveau national fait le buzz, le ministre de l'Education nationale juge «important que le luxembourgeois soit reconnu au même niveau que les autres langues nationales de l'union européenne». Le gouvernement envisage d'en faire la demande.
Claude Meisch: «Le luxembourgeois est la seule langue nationale sur le plan européen qui n'est pas reconnue officiellement comme une langue de l'UE».