Changer d'édition

Les Archives nationales passent de l'eau à la glace
Luxembourg 5 3 min. 30.07.2019 Cet article est archivé

Les Archives nationales passent de l'eau à la glace

Tous les couloirs des Archives nationales ont désormais les pieds au sec.

Les Archives nationales passent de l'eau à la glace

Tous les couloirs des Archives nationales ont désormais les pieds au sec.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 5 3 min. 30.07.2019 Cet article est archivé

Les Archives nationales passent de l'eau à la glace

Les documents impactés, jeudi dernier, par l'inondation du dépôt situé au niveau -5 du parking Saint-Esprit, ont été placés en congélateurs pour éviter toute moisissure. Les dépôts de La Provençale héritent du titre de nouvelle annexe des Archives pour une durée indéterminée.

Amélie Pérardot - Cinq jours après l'inondation des Archives nationales, le personnel a tout mis en œuvre pour assurer la protection et la conservation des documents humidifiés. Même si la majeure partie du travail a été réalisée jeudi et vendredi dernier, les équipes des Archives continuent à s'assurer qu'il n'y a plus de crainte à avoir pour les précieux papiers. 

La collection de journaux, de documents diplomatiques ainsi que des archives privées présents dans les étagères inférieures de la zone touchée, figurent sur la liste des dégâts. Soit, mis bout à bout, 750 à 1.000 mètres d'archives impactés par la soudaine montée des eaux. 

Le seul moyen pour stopper net toute éventualité de moisissures reste le froid. Le grand froid même puisque une température de -25°C s'avère nécessaire pour éviter toute prolifération de mousses et champignons. Les documents des Archives ont donc fini au congélateur pour ne pas souffrir d'éventuelles marques irréversibles. 

Dès jeudi dernier, un poids lourd frigorifique est venu chercher au plus vite les premiers documents à sauvegarder. «Au total, 36 palettes contenant des documents endommagés ont été transportées», explique Sanja Simic, chargée de la communication aux Archives nationales. Ces palettes ont pris la direction des entrepôts de La Provençale; le grand centre régional d'alimentation en gros disposant de vastes espaces réfrigérés. 

Une inondation inédite

«La Provençale a été notre premier contact. Nous nous sommes directement tournés vers eux», poursuit Sanja Simic. «Dans le cas où nous devrions changer de localisation, nous sommes déjà en relation avec les CFL Multimodal de Bettembourg car ils disposent des espaces congelés liés à l'activité fret. La situation est en cours d'évolution.»  

Si cette inondation reste inédite dans l'histoire des Archives nationales, elle ne s'est pas déclenchée dans un lieu anodin. Le parking du plateau Saint-Esprit dans lequel se trouve une partie des archives, ne constitue certainement pas le lieu idéal pour héberger de tels documents. 

«C'était une solution provisoire car notre ancien siège était plein. Dès 1985, un tunnel reliait les Archives à ce parking, nous y avions donc déjà déposé des documents. Mais avec les travaux d'agrandissement du parking en 2005, le tunnel a été supprimé. Nous avons donc dû déplacer nos documents un peu plus loin, dans d'autres galeries.» Aujourd'hui, les documents s'étalent sur les niveaux-4 et -5.

Esch-Belval idéalement

Les Archives nationales doivent désormais trouver une solution mieux adaptée pour conserver leurs 45 km linéaires de papiers, écrits et publications couvrant l'histoire du pays du VIIIe au XXIe siècle. Cela même si en plus du bâtiment des Archives et du parking Saint-Esprit, les Archives sont dispersées également dans des dépôts sis dans la capitale, à Bertrange et au lycée Littré à Merl.

«Nous sommes en train de travailler sur un projet de loi élaboré avec le ministre de la Culture, qui sera proposé en automne à la Chambre. Nous aimerions un nouveau bâtiment à Esch-Belval», indique Sanja Simic. Cette construction permettrait aux Archives de rassembler tous leurs documents en un même site. Mais si elles quittent les anciennes casernes du plateau du Saint-Esprit, qu'y aura-t-il à la place ? La question reste entière.


Sur le même sujet

Les Archives sous les eaux
Un système d'égout bouché a causé de gros dégâts aux Archives nationales. L'eau a pénétré dans une chambre de stockage, jeudi. Ce vendredi, la sauvegarde des documents a débuté