Changer d'édition

Les 60 heures de travail par semaine refont surface
Luxembourg 4 min. 12.05.2020 Cet article est archivé

Les 60 heures de travail par semaine refont surface

C'est dans les secteurs des soins et de l'aide à la personne que le dispositif a essentiellement été employé.

Les 60 heures de travail par semaine refont surface

C'est dans les secteurs des soins et de l'aide à la personne que le dispositif a essentiellement été employé.
Photo : Lex Kleren
Luxembourg 4 min. 12.05.2020 Cet article est archivé

Les 60 heures de travail par semaine refont surface

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Les syndicats croyaient l'idée abandonnée, mais, au contraire, le gouvernement vient d'élargir le champ de la mesure permettant aux entreprises de demander à leurs salariés de travailler 12h par jour.

En apprenant, jeudi dernier, que le gouvernement luxembourgeois abandonnait la notion d'entreprises essentielles à compter du 11 mai, les syndicats avaient apprécié le geste. Du coup, semblait-il, c'en était fini de cette autorisation accordée depuis le 27 mars dernier à ces sociétés (jugées primordiales à la bonne marche du pays) de demander à leurs salariés de travailler jusqu'à 60 heures par semaine ou 12h/jour. La mesure avait été prise dans l'urgence du début de crise, elle ne semblait effectivement plus d'actualité à l'heure de la deuxième phase de déconfinement.

Sauf que... Sauf que, lundi, le conseil de gouvernement a réintroduit cette possibilité offerte aux entreprises. Cette fois, ni le Premier ministre Xavier Bettel (DP), ni son ministre du Travail Dan Kersch (LSAP) ne se servent de l'argument d'une éventuelle tension sur les besoins de main-d'oeuvre. Et pas plus qu'ils ne l'avaient fait au début de la crise, les deux responsables n'en ont discuté avec les forces syndicales du pays. OGBL et LCGB, du coup, se fâchent.

Du côté de Patrick Dury, on ne mâche pas ses mots. Le président du LCGB «condamne avec véhémence» le prolongement du dispositif. Clairement, il exige même le retrait immédiat de la mesure. Selon lui, ce recours aux 60h hebdomadaires «ne pouvait être qu'une mesure de dernière instance». Pour le LCGB, mieux vaut que les employeurs renforcent leurs effectifs plutôt que de maintenir l'effort sur une poignée de salariés et restreindre leur temps de repos.


Qui veut travailler 60 heures par semaine?
Déjà 19 entreprises ont déposé une demande auprès du ministère du Travail pour que leurs salariés puissent allonger leur temps de travail hebdomadaire. Une mesure temporaire durant l'état de crise.

Au LCGB qui regrette ce «cavalier seul du gouvernement», se joint la voix de l'OGBL. Pas question non plus pour sa présidente Nora Back d'accepter ce passage en force. «Furieuse», elle ne comprend pas la volonté gouvernementale de maintenir ce dispositif alors qu' «aucune demande pressante d'un secteur économique ou même des représentants du patronat (UEL) n'a été entendue».

De plus, Nora Back ne s'explique pas non plus pourquoi le gouvernement a élargi le champ de la mesure. Y mettant pêle-mêle les sociétés des secteurs du commerce, de l'artisanat, de la construction, du transport de personnes, du jardinage, du gardiennage, du nettoyage, des services postaux ainsi que de la santé et des soins (et d'autres) «qui n'ont plus le besoin humain de s'appuyer sur ce temps de travail élargi».

Et les Héros de la Nation, alors?

Et la voix de l'OGBL et celles du LCGB de conclure :  «Il est incroyable qu'à l'heure où chacun vante le rôle des "Héros de la Nation" qu'ont été les employé(e)s des services publics essentiels, des hôpitaux ou du commerce, on ne leur accorde pas le repos nécessaire mais qu'on leur mette cette épée des 60 heures au-dessus de la tête  aujourd'hui». En espérant, au pire, que la mesure disparaisse finalement avec l'état de crise (mi-juin) et ne perdure pas dans la loi dite "pandémique" dont le Luxembourg va se doter. La crainte est là. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les 60 heures/semaine limitées à 13 secteurs
Décidément, la possibilité pour l'employeur de solliciter un allongement de la durée du temps de travail de ses employés ne cesse d'avancer et reculer. Cette fois, le dispositif s'éloigne de certaines professions à la demande des syndicats.
Le Luxembourg bon élève du chômage partiel
En chiffres proportionnels, le Grand-Duché est le quatrième pays en Europe où cet instrument a été le plus utilisé durant la crise du coronavirus. C'est la Suisse qui occupe le leadership dans ce domaine, d'après une étude publiée ce mardi par la Fondation Hans Böckler.
ARCHIV - 26.02.2018, Baden-Württemberg, Bietigheim-Bissingen: Ein Mitarbeiter testet einen Lackierroboter bei der Dürr AG. Es ist ein Lichtblick für die arg gebeutelte deutsche Industrie: Die Unternehmen haben zu Jahresbeginn mehr Aufträge erhalten. (Zu dpa «Deutsche Industrie vor Corona-Krise mit Auftragsschub») Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
«Série de hic» dans la communication gouvernementale
Le CSV accompagnera toutes les lois qui permettront ponctuellement de répondre à la crise du coronavirus au-delà de l'état de crise. Mais Claude Wiseler s'oppose à une «loi pandémie» sans garde-fou. Le député plaide pour des mesures d'aides sectorielles.
CSV Analyse Wahlresultate, Claude Wiseler, le 18 Octobre 2018. Photo: Chris Karaba
«Nous ne devons pas refaire les mêmes erreurs»
Pour son premier discours du 1er Mai, Nora Back, présidente de l'OGBL, s'est voulue offensive en affichant une intransigeance quant au retour supposé d'une politique d'austérité une fois la pandémie passée.
OGBL, 1.-Mai-Rede N-Back - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
«Nous avons besoin de plus de justice sociale»
Dans son discours du 1er Mai, Patrick Dury, président du syndicat chrétien-social, appelle à de nouvelles mesures destinées à protéger les salariés des conséquences négatives de la crise sanitaire et économique actuelle.
LCGB, virtuelle 1.-Mai-Kundgebung mit Rede P-Dury  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort