Changer d'édition

Les 25 à 44 ans les plus touchés par les MST
Luxembourg 3 min. 27.08.2022
Au Luxembourg

Les 25 à 44 ans les plus touchés par les MST

Selon le planning familial luxembourgeois, de moins en moins d'hommes ont, par exemple, recours au préservatif lors d'un coït.
Au Luxembourg

Les 25 à 44 ans les plus touchés par les MST

Selon le planning familial luxembourgeois, de moins en moins d'hommes ont, par exemple, recours au préservatif lors d'un coït.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 3 min. 27.08.2022
Au Luxembourg

Les 25 à 44 ans les plus touchés par les MST

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Au Luxembourg, les cas de chlamydia sont passés de 39 en 2017 à 1.136 en 2021, comment expliquer cette explosion de cas? La ministre de la Santé apporte un peu de clarté à ces chiffres interpellants.

Selon le Centre Hospitalier de Luxembourg (CHL), les maladies sexuellement transmissibles (MST) sont en augmentation depuis les années 1990 au Grand-Duché. Gonorrhée, syphilis, chlamydias, herpès, hépatites, des maladies peu ragoutantes qui sont malheureusement en recrudescence dans le pays. D'où l'importance de se protéger lors d'un rapport sexuel. Les moyens de se protéger existent pourtant, et ce, peu importe le genre. Néanmoins, ceux-ci semblent de plus en plus délaissés. 


La contraception gratuite deviendra réalité début 2023
Le dossier concernant le remboursement à 100% des produits contraceptifs et sans limite d'âge a pris beaucoup de retard en raison de la pandémie. Son entrée en vigueur est enfin prévue pour début 2023.

En effet, selon le planning familial luxembourgeois, de moins en moins d'hommes ont, par exemple, recours au préservatif lors d'un coït. Pourtant, ce petit bout de latex n'est pas seulement un contraceptif, il protège également contre les MST telles que la gonorrhée, la chlamydia ou la syphilis.

Une augmentation des cas mais...

Ce constat, Nancy Arendt (CSV) l'a partagé avec la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) au détour d'une question parlementaire. La députée a notamment cherché à connaître l'évolution des cas de MST déclarés au Luxembourg ces dernières années. 

Il est particulièrement ressorti des données du ministère de la Santé que les cas de gonorrhée, de chlamydia et de syphilis ont littéralement explosé. Concernant la gonorrhée, le nombre de cas est ainsi passé de 12 en 2017 à 417 en 2021. Encore plus interpellant concernant les cas de chlamydia où sur la même période, ce nombre est passé de 39 à 1.136. Même constat pour la syphilis, passant de 26 cas en 2017 à 198 en 2021.

Comment expliquer cette hausse exponentielle des cas en l'espace de quelques années seulement? Paulette Lenert a apporté quelques éléments de réponse. «L'augmentation du nombre de cas de diverses maladies sexuellement transmissibles est moins due à une augmentation exponentielle des cas, mais beaucoup plus à une nouvelle loi qui prévoit une obligation de déclaration de ces maladies. Ainsi, une partie des maladies continuera à être déclarée par le médecin traitant, mais une autre partie sera également déclarée directement via les laboratoires de la direction de la Santé.»


La prolongation du droit à l'IVG à 14 semaines à l'étude
Le ministère de la Santé indique ce mardi dans une réponse parlementaire étudier la possibilité de prolonger le droit à l'IVG de 12 à 14 semaines. Le processus d'intégration de l'IVG dans la nomenclature est encore en cours.

L'avantage d'un tel système permettrait donc une meilleure exhaustivité des déclarations. «Depuis l'utilisation de cette nouvelle méthode, aucune tendance significative à la hausse ou à la baisse n'a ainsi pu être observée. En avril 2020, on constate une diminution des déclarations, cela s'explique par le confinement décrété à l'époque. De plus, même avec d'autres MST telles que le VIH ou l'hépatite virale, il n'y a pas de tendance à la hausse», a déclaré la ministre de la Santé.

Les jeunes les plus concernés

Cette dernière indique toutefois que ce sont les personnes âgées de 25 à 44 ans qui sont les plus touchées par les trois maladies citées plus haut. Vient ensuite le groupe des personnes âgées de 15 à 24 ans. Bref, la sensibilisation aux moyens de se protéger reste plus importante que jamais. «Le département de la Santé travaille activement avec ses partenaires sur le terrain pour que ces mesures soient retenues par le grand public et soutient également la distribution gratuite de préservatifs lors de divers événements. Un entretien est par ailleurs prévu avec le planning familial en septembre pour, entre autres, faire le point sur le travail de sensibilisation dans ce domaine», a annoncé Paulette Lenert.

Rappelons également que parallèlement à ces campagnes, le dépistage se poursuit également au Luxembourg. Ainsi, il est toujours important de rappeler qu'il faut utiliser un préservatif lors de chaque rapport sexuel avec un nouveau partenaire dont vous ne connaissez pas le statut sérologique. Faites un dépistage des IST et du VIH de manière régulière si vous avez plusieurs partenaires ou si vous souhaitez arrêter le préservatif avec un partenaire régulier.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.