Changer d'édition

Le «WhatsApp du crime» mène jusqu'au Luxembourg
Luxembourg 2 min. 24.03.2021 Cet article est archivé

Le «WhatsApp du crime» mène jusqu'au Luxembourg

Plus d'une centaine de policiers ont été réquisitionnés mardi pour mener une opération européenne contre des membres présumés d'une organisation criminelle. Quatre personnes ont été interpellées.

Le «WhatsApp du crime» mène jusqu'au Luxembourg

Plus d'une centaine de policiers ont été réquisitionnés mardi pour mener une opération européenne contre des membres présumés d'une organisation criminelle. Quatre personnes ont été interpellées.
Photo: archive LW
Luxembourg 2 min. 24.03.2021 Cet article est archivé

Le «WhatsApp du crime» mène jusqu'au Luxembourg

Plus de 100 policiers ont été mobilisés, mardi, pour exécuter plusieurs mandats d'arrêt européens et réaliser des perquisitions. Une opération menée aussi bien à Esch-sur-Alzette, Remich qu'Ettelbruck qui s'intègre dans les enquêtes liées à l'affaire Encrochat.

(Jmh avec Steve Remesch) - A 5h30 précises, mardi, plusieurs unités spéciales de la police, secondées par des membres de la brigade des stupéfiants, des équipes cynophiles et des spécialistes informatique ont agi de manière coordonnée. Aussi bien à Esch-sur-Alzette, qu'à Remich et Ettelbrück, dans le cadre d'une vaste opération menée sur mandat européen. 


Contacto.Daniel da Silva Pinto. Polizist.Gefangenentransport,Police. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le crime organisé, une équation à multiples inconnues
S'ils notent une diminution du nombre d'affaires, les ministres de la Sécurité intérieure et de la Justice sont incapables de communiquer des données précises sur la traite d'êtres humains ou le vol en bande organisée, qui sévissent pourtant au Grand-Duché

Selon les informations du Luxemburger Wort, cette dernière a été effectuée sur base d'une demande du parquet de Lille ciblant un trafic international de stupéfiants géré par une organisation criminelle présumée, d'origine serbo-monténégrine. Si aucune communication officielle n'a été réalisée autour de ce coup de filet qui a mené à l'arrestation de quatre personnes, ce dernier se trouve bel et bien lié aux conséquences de l'affaire Encrochat. 

A savoir cette plateforme de communication cryptée et anonyme utilisée par les trafiquants de drogue, les blanchisseurs de fonds ou les trafiquants d’êtres humains dont une grande partie des données avait été récupérée par la gendarmerie française et la police néerlandaise à l'été 2020. Puis partagée avec les différentes forces de l'ordre européennes.

Les téléphones Encrochat étaient censés protéger les communications des criminels.
Les téléphones Encrochat étaient censés protéger les communications des criminels.
Photo: Capture d'écran YouTube

L'analyse des millions d'historiques de conversation obtenus a ainsi dévoilé non seulement des échanges dédiés quasi exclusivement à un usage criminel, mais aussi des connexions internationales et étroites entre les différentes organisations criminelles. Notamment entre les cartels de la drogue d'Amérique centrale ou d'Amérique du Sud et la grande criminalité européenne. Des liens jusqu'alors insoupçonnés de par leur ampleur.

Cette masse d'informations inédites aurait permis d'empêcher quelque 200 projets d'assassinats ciblés sur le sol européen, selon nos confrères de France Inter qui évoquent le lancement de quelque 1.500 enquêtes à travers le Vieux Continent en lien avec cette affaire. A noter qu'Europol a lancé, au début du mois de mars, une nouvelle opération d'envergure visant les utilisateurs de Sky Ecc, une autre application de messagerie cryptée prisée des criminels et popularisée après l'arrêt forcé d'Encrochat. Plusieurs dizaines de personnes ont été arrêtées, notamment en Belgique où l'opération avait mobilisé quelque 1.600 policiers.


überwachungskamera - Photo : Pierre Matgé
La vidéosurveillance sous l’œil de l'IGP
L'inspection générale de la police vient de rendre son rapport sur l'efficacité des caméras dans la lutte contre la délinquance. Pas de doute : des progrès peuvent être faits.

La justice belge s'apprête donc, quant à elle, à ouvrir des centaines d’enquêtes sur ce que le directeur de la police judiciaire d'Anvers nommait début mars «le monde hallucinant de l’économie criminelle parallèle». Si, à ce jour, aucune communication officielle n'a été réalisée au Luxembourg autour de ces deux affaires, les annonces devraient survenir prochainement. Car de par sa situation géographique et les possibilités offertes par la Place, le Grand-Duché devrait figurer parmi les pays hôtes de criminels de haut rang. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.