Changer d'édition

Le «Wäin vum Bock», le vin de la capitale
Luxembourg 6 1 2 min. 20.09.2022
Au Klouschtergaart

Le «Wäin vum Bock», le vin de la capitale

Vue idyllique pendant les vendanges.
Au Klouschtergaart

Le «Wäin vum Bock», le vin de la capitale

Vue idyllique pendant les vendanges.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 6 1 2 min. 20.09.2022
Au Klouschtergaart

Le «Wäin vum Bock», le vin de la capitale

David THINNES
David THINNES
En face de l'abbaye de Neimünster, les vendanges ont commencé au pied du rocher du Bock. Un microclimat dans la capitale permet de produire environ 250 kilos de raisins, qui donnent 200 bouteilles.

«Faites attention : ne vous coupez pas le doigt, sinon les raisins seront encore plus rouges!» Ce conseil humoristique a été donné lundi matin à la bourgmestre de la capitale et au conseil échevinal au complet lors du point presse pour le début des vendanges dans le Klouschtergaart (jardin de l'abbaye).

Ce domaine de quatre ares est situé dans un cadre très idyllique, en face de l'abbaye de Neumünster et au pied du rocher du Bock. Depuis 2004, on y cultive différents cépages : Elbling, Rivaner, Pinot Gris, Pinot Blanc et Auxerrois. Et l'emplacement est parfait pour le vin. «Il y a un bon microclimat et le soleil est favorable. Lorsque j'étais ici en novembre il y a quelques années, il n'y avait pas encore de gel, contrairement à la Moselle», explique le viticulteur Nicolas Ries, qui presse et met en bouteille le vin dans ses caves de Niederdonven.


Der Winzer muss sich auf zuverlässige Mitarbeiter verlassen können. Ein Problem ist: Wenn derart früh geerntet wird, sind manche noch im Urlaub.
Le calendrier des vendanges historiquement bousculé
Si 2022 est marquée par un démarrage historiquement précoce des vendanges, cette temporalité risque de devenir la norme. Un énième effet du réchauffement climatique.

Jean-Paul Schott peut également le confirmer. «Grâce aux rochers, la chaleur reste plus longtemps sur le domaine. Et c'est aussi plus sec. Le matin, le soleil est tout de suite présent», explique le responsable du vignoble à la Ville de Luxembourg.

Bon millésime pour le «Wäin vum Bock»

Chaque année, entre 250 et 200 kilos de raisin sont ainsi récoltés. Il en résulte 200 bouteilles. Celles-ci ne sont toutefois pas destinées à la vente. Nicolas Ries en explique la raison : «Il existe un périmètre de viticulture sur la Moselle. En dehors de ce périmètre, on peut certes cultiver du raisin, mais celui-ci est uniquement destiné à la consommation personnelle et ne peut pas être commercialisé.»

Il existe encore une autre différence par rapport au vignoble luxembourgeois classique : le sol. Nicolas Ries et Jean-Paul Schott expliquent la situation : «Il y a d'abord environ 30 centimètres de sol normal, puis le sol sablonneux et de la roche. Les racines cherchent leur chemin et trouvent toujours de l'eau.» En effet, alors que l'été a été particulièrement sec cette année, il n'y a pas eu d'arrosage. «Nous récoltons les raisins tels que la nature nous les a laissés», explique Jean-Paul Schott, qui entretient le vignoble depuis onze ans.

Les deux responsables promettent en tout cas un bon millésime du «Wäin vum Bock».

Cet article a été publié pour la première fois sur wort.lu/de

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

C'est un des symboles du Grand-Duché, que l'on peut admirer et surtout déguster de Schengen à Wasserbillig en suivant le cours de la Moselle. Les vins luxembourgeois ont réussi, en l'espace de trois décennies, à se tailler une belle réputation.
29 Winzer bieten ihre neuen Kreationen feil.
Dans la moyenne décennale mais sans plus, les vendanges de cet automne auront permis aux viticulteurs de récolter près de 99.500 hectolitres de jus de raisin. Maintenant, il faut laisser le temps au temps.