Changer d'édition

«Le virus trouve son chemin vers les non-vaccinés»
Luxembourg 8 min. 25.10.2021
Covid-19 au Luxembourg

«Le virus trouve son chemin vers les non-vaccinés»

Pour le Dr Schwartz, la reprise des infections pourrait intervenir à l'issue des congés de Toussaint.
Covid-19 au Luxembourg

«Le virus trouve son chemin vers les non-vaccinés»

Pour le Dr Schwartz, la reprise des infections pourrait intervenir à l'issue des congés de Toussaint.
Photo : Gerry Huberty
Luxembourg 8 min. 25.10.2021
Covid-19 au Luxembourg

«Le virus trouve son chemin vers les non-vaccinés»

Il y a les chiffres nationaux et la réalité sanitaire perceptible à l'échelle d'un cabinet de généraliste. Ainsi, si la vaccination a calmé la situation covid, le Dr Jean-Paul Schwartz craint une remontée des infections. Et dit pourquoi.

(pj avec Jean-Philippe SCHMIT) - Pas encore cette fois que le covid rebroussera chemin. Mais pour les médecins généralistes, autorisés à vacciner depuis fin juillet, le front épidémique s'est nettement amélioré. Et les 802.000 doses de vaccins anti-covid injectées en dix mois n'y sont pas pour rien. Au contraire. Reste que le virus n'est pas terrassé et que d’autres infections respiratoires vont croître avec l'hiver et la fin de certains gestes barrières. 

Il y a un an pile, le nombre d'infections covid avait explosé. Octobre 2021 semble moins stressant. A quoi attribuer ce changement de tendance?

Dr Jean-Paul Schwartz : «L'an passé à cette même date, une personne sur 100 testée covid+ décédait. Ce n'est plus le cas. La mortalité a clairement diminué depuis début 2021. Le taux de décès pour les personnes infectées a chuté à 1/1.000. Ce qui est presque équivalent à la mortalité de la grippe saisonnière. Cette évolution peut être attribuée à la vaccination, il n'y a pas d'autre explication.


IPO , PK Xavier Bettel u. Paulette Lenert , neues Covidgesetz , Foto.Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le Luxembourg «rendra la vie plus dure aux non-vaccinés»
Puisque le taux de vaccination générale de la population ne progresse qu'à allure modérée, le gouvernement durcit sa stratégie en réduisant les possibilités aux réticents à la vaccination. Notamment via la généralisation du CovidCheck à compter du 1er novembre.

Sans la campagne (lancée fin décembre), j'estime que le Grand-Duché déplorerait 8.000 décès aujourd'hui en lien avec l'épidémie. Soit dix fois plus que ce que l'on connait à ce stade [ndlr : 842 victimes recensées au dernier bulletin du ministère de la Santé].

Quelle a été l'influence des masques et des règles de distanciation?

«Ils ont certainement aidé à ralentir la circulation du virus, surtout quand il n'était pas encore question de vaccination. Mais, à elles seules, ces mesures ne suffisent pas à expliquer la chute de la mortalité. En octobre 2020, les masques étaient obligatoires et les gestes barrières fortement recommandés. Malgré cela, il y a eu une augmentation massive des cas covid et donc des décès. Le coronavirus s'avère très agressif et frappe une population non immunisée. Aujourd'hui, masques et autres mesures de protection sont appliqués de manière moins stricte et cela n'implique pas un rebond de la mortalité.


«Monsieur Bettel me force à me faire vacciner»
Alors que le 1er novembre marquera l'entrée en vigueur des restrictions imposées aux personnes réticentes à l'injection de doses anti-covid 19, les centres de vaccination du pays enregistrent une plus grande activité ces derniers jours. Rencontre avec ces nouveaux convertis.

Le changement vient bien de la vaccination, ou disons de la progression de l'immunité accumulée par les vaccins. Résultat: on arrive à plus de 80.000 cas de guérison post-infection. 

Que se passerait-il si on allégeait les consignes sur le port des masques?

«D'autres maladies infectieuses transmissibles sont aujourd'hui clairement en recrudescence. Le virus RSV qui cause les bronchiolites chez les enfants a été particulièrement actif cette année. Les maladies diarrhéiques (comme la gastro-entérite) reprennent de l'ampleur. Les rhinovirus et autres virus du rhume sont à nouveau fréquents. Port du masque et désinfection des mains de façon fréquente avaient permis d'éradiquer ces infections virales. On ne peut donc que souhaiter que les réflexes pris ces mois derniers ne se perdent pas trop vite. 

Mais, clairement, depuis que le vaccin est disponible, nous avons retrouvé de nombreuses libertés. Chacun peut se rendre au théâtre, à des concerts ou au restaurant et c'est relativement sûr. D'ailleurs, depuis la réouverture des salles de spectacle, aucun cluster significatif n'a été signalé. Que les spectateurs soient contrôlés selon le régime «Testé, guéri ou vacciné» a porté ses fruits. 

Actuellement, quelle est la proportion de patients covid+ à vos consultations? 

«Cela varie d'une semaine à l'autre. Mais je constate que la situation épidémique reste calme en ce moment dans les résidences pour personnes âgées dont je m'occupe. Il y a beaucoup de seniors parmi mes patients et presque tous sont vaccinés. En fait, actuellement, le coronavirus circule davantage chez les jeunes. 

Hélas, je m'attends à ce que les chiffres augmentent à nouveau après les vacances de Toussaint. Lorsque les gens se rassemblent davantage et restent à l'intérieur, le virus a plus de facilité à trouver de nouvelles cibles.

En clair, vous craignez une autre vague covid cet hiver... 

«Clairement oui. Pour le moment, les chiffres sont encore stables mais à un niveau relativement élevé, surtout chez les sujets non vaccinés. Avec le froid, et alors que nous passons plus de temps à l'intérieur, la situation risque de s'aggraver. Il existe encore des personnes qui n'ont pas été vaccinées ou qui, en raison de leur maladie sous-jacente, n'ont malheureusement pas acquis d'immunité malgré la vaccination.


CENTREVILLE, VA - OCTOBER 19: Kaitlin North, 2nd grade teacher at Colin L. Powell Elementary School, helps a student read aloud a letter they wrote to the family of Colin Powell with their condolences after news of his passing due to COVID-19 complications was announced, on October 19, 2021 in Centreville, Virginia. Students and faculty at the school, which is named after the former Secretary of State, honored his legacy by lowering the school's flag to half-staff, watching a video of Powell and holding a moment of silence.   Kenny Holston/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Le virus revient en force en Belgique
Les données actuelles publiées par les autorités de santé belges ne permettent toutefois pas de dire quel est le nombre de vaccinés parmi les nouveaux décès en lien avec le covid-19.

A ce stade, environ 35% de la population luxembourgeoise n'est pas vaccinée [ndlr : contre 25% pour la partie pouvant accéder au vaccin]. Pour obtenir une immunité collective, il faudrait se rapprocher d'un taux de vaccination de 85%. Donc j'estime que le risque d'une nouvelle vague reste élevé. D'autant que le variant Delta, toujours dominant, est particulièrement contagieux.

L'an passé, la grippe a été quasi inexistante. Qu'en sera-t-il cet hiver?

«Depuis 2003, le réseau Sentinelles (une collaboration du Laboratoire national de santé avec douze généralistes et trois pédiatres) surveille de près le nombre de cas de grippe. Nous prescrivons systématiquement des frottis dans le but d'enregistrer le nombre d'infections. Depuis l'arrivée du covid, le système a été étendu et nous effectuons désormais des tests toute l'année

Pour l'instant, il n'y a aucun cas de grippe. Et cela se vérifie à l'échelle mondiale. Grâce aux mesures sévères prises au début de la pandémie, il n'y a pratiquement plus de grippe depuis deux ans dans l'hémisphère sud et nord.

La vague de grippe 2019-2020 s'est d'ailleurs brusquement interrompue quand le lockdown a été décidé, en mars 2020. Le confinement strict s'est avéré un choix puissant pour contenir les maladies virales, même s'il n'est pas le plus convivial ou le plus populaire.

Du coup, y a-t-il encore une raison de se faire vacciner contre la grippe ? 

«Oui, car la grippe ne disparaîtra jamais et va certainement réapparaître. L'homme n'est pas le seul hôte de ce virus ; il existe de nombreuses espèces animales qui servent de réservoirs. C'est surtout l'hiver, par temps froid et humide, que les virus respiratoires se sentent le plus à l'aise. Mais cela fait déjà quinze jours que l'on vaccine contre la grippe au Luxembourg. Toute personne âgée de plus de 65 ans ou présentant des pathologies préexistantes devrait se faire vacciner contre la grippe.


94.100 vaccins anti-grippe attendus
Certes, l'an passé, le pays avait échappé à l'infection grippale (merci les gestes barrières). Mais, préventivement, les pharmacies ont fait le plein de doses pour parer le virus influenza.

On constate cette année que la ruée vers la vaccination contre la grippe est grande, comme l'an dernier où 90.000 doses ont été administrées au pays. Pour cette saison grippale, on devrait atteindre les mêmes chiffres. Et il y aura suffisamment de vaccins disponibles. Trois fabricants différents ont été retenus.

Et il n'y a pas d’incompatibilité entre vaccinations anti-grippe et anti-covid. Je peux même imaginer qu'à l'avenir les deux soient combinées en une même injection. Il existe déjà des recherches en ce sens.  

Êtes-vous favorable à la vaccination obligatoire des professionnels de santé ?

«Le personnel infirmier devrait en principe être vacciné, également contre d'autres maladies contagieuses transmissibles. Après tout, ils travaillent en contact étroit avec des seniors ou des patients vulnérables. Tout le monde ne développe pas une immunité après une, deux ou trois piqûres. Pour les patients au système immunitaire affaibli, la vaccination fonctionne malheureusement moins bien. Et, collectivement, chaque individu devrait prêter attention et faire preuve de solidarité envers ces personnes que le covid peut tuer. 


A member of the medical staff vaccinates a colleague with a dose of the AstraZeneca-Oxford Covid-19 vaccine at the South Ile-de-France Hospital Group (Groupe Hospitalier Sud Ile-de-France), in Melun, on the outskirts of Paris, on February 8, 2021 during a visit of French Health Minister for an AstraZeneca vaccine injections campaign for people under the age of 65. - The top French medical authority (Haute autorite de Sante) has approved the vaccine AstraZeneca-Oxford for use in France, but only for people under 65, echoing decisions made in Sweden, Germany, Belgium and Switzerland over concerns about a lack of data on the effectiveness of the vaccine for over 65s. (Photo by Thomas SAMSON / POOL / AFP)
Tolérance zéro pour les soignants français non vaccinés
Deux mois après l'annonce officielle, l'obligation vaccinale entre en vigueur ce mercredi pour 2,7 millions de professionnels de santé de l'Hexagone. Ceux qui ne peuvent justifier une première dose seront suspendus sans rémunération ou devront utiliser leurs jours de congés.

Nous avions vu, dans un récent cluster en maison de retraite, à quel point le virus peut vite passer d'un résident à un soignant ou inversement. Une aide-soignante qui fait sa tournée de distribution de repas ou médicaments, passant de chambre en chambre, peut très facilement propager le virus malgré elle. La vaccination de tous les professionnels de la santé ainsi que des autres contacts réduirait certainement l'infection et les conséquences allant jusqu'au décès dans les résidences pour personnes âgées. 

A mes yeux, cela fait partie de l'éthique des soignants de ne pas causer de dommages évitables.

Quand le Luxembourg atteindra-t-il le seuil d'immunité collective ?

«Ce fameux ''Jour de la Libération'' arrivera lorsqu'un maximum de monde sera vacciné. Mais le virus trouve son chemin vers les personnes non vaccinées et protégées. Quand celles-ci se retrouvent ensemble et sans masque, elles rendent la tâche tellement plus facile au virus... Mais disons que pour le printemps 2022, nous aurons atteint un stade de protection intéressant. La plupart des gens seront vaccinés ou auront développé les anticorps nécessaires pour contrer les effets du virus.


A health worker gives a vaccine shot against Covid-19 to a man in Ultrecht on October 8, 2021. - The vaccination location at the Jaarbeurs has been put back into use. (Photo by Sem van der Wal / ANP / AFP) / Netherlands OUT
Une vaste étude confirme l'efficacité des vaccins
La vaccination contre le covid-19 réduit de 90% le risque d'hospitalisation et de décès chez les plus de 50 ans et semble aussi efficace face au variant Delta, selon une analyse réalisée en France portant sur 22 millions de personnes.

Pour les semaines à venir, par les bienfaits de la campagne vaccinale, le système de santé aura plus de facilité cet hiver pour faire face. Et les cas graves dans les hôpitaux ne devraient pas exploser comme cela a pu être le cas en fin d'année dernière. 

À l'avenir, cependant, nous devrions apprendre que toute personne souffrant d'une maladie respiratoire aiguë doit porter un masque et garder ses distances. Par respect pour ses semblables.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'impact du virus a forcément été majeur dans l'activité 2020 de la Caisse nationale de santé. Non seulement au niveau des dépenses engendrées par l'épidémie mais aussi dans les modes opératoires de la CNS.
Lokales, Corona-Virus Covid19,  Covid-Intensivstation CHDN Ettelbrück, ( schriftliches Einverständnis des Patienten zur Publikation ) Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Les quelque 38.000 personnes ayant reçu le vaccin Janssen devront recevoir une nouvelle dose, a décidé vendredi le Conseil de gouvernement. Toutes devront recevoir une deuxième injection du vaccin Pfizer/BioNTech ou Moderna afin de bénéficier d'un «booster vaccinal».
A compter de ce 18 octobre, les adolescents qui le souhaitent pourront recevoir première ou deuxième dose anti-covid directement dans leur établissement scolaire.
ARCHIV - 07.10.2021, Sachsen, Großpösna: Eine Frauenärztin impft eine Schwangere mit dem Impfstoff «Vaxigrip Tetra 2021/2022» vom Hersteller Sanofi Pasteur Europe gegen Grippe. (zu dpa «Frauenärzte rufen Schwangere zur Grippeschutz-Impfung auf») Foto: Jan Woitas/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Une centaine voilà un mois, un millier il y a deux semaines, et maintenant plus de 3.500 participants. Aucun doute : les opposants aux mesures sanitaires ou sociales liées à l'épidémie se fédèrent de plus en plus.
Au lendemain de l'annonce par le Premier ministre de menaces de mort proférées à son encontre, le directeur de la Santé indique vendredi être la cible de «messages de plus en plus agressifs», signe d'une crispation depuis les annonces autour du futur régime CovidCheck.
Digitaler Impfpass, Impfung, Corona, München, Bayern, Deutschland
Oui, le virus reste impactant même après l'injection d'une dose ou de deux doses anti-covid. Très faiblement toutefois, comme vient de le rapporter le ministère de la Santé alors que plus de 408.000 personnes disposent d'un schéma vaccinal complet au Luxembourg.
Familljendag  - Esch/Alzette -  - 18/09/2021 - photo: claude piscitelli
Le Luxembourg a mis en place depuis plusieurs mois un suivi des mamans ayant reçu un vaccin anti-covid, avant et après la naissance de leur enfant. A ce jour, aucun effet secondaire n'a été repéré.