Changer d'édition

Le virus s'arrêterait-il aux portes des établissements?
Luxembourg 4 min. 01.07.2020

Le virus s'arrêterait-il aux portes des établissements?

Selon la ministre de la Santé, aucun doute, «personne ne s’est infecté à l’école». Une affirmation bien incertaine.

Le virus s'arrêterait-il aux portes des établissements?

Selon la ministre de la Santé, aucun doute, «personne ne s’est infecté à l’école». Une affirmation bien incertaine.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 4 min. 01.07.2020

Le virus s'arrêterait-il aux portes des établissements?

Anne-Sophie de Nanteuil
Anne-Sophie de Nanteuil
Si des cas de contamination ont été relevés dans plusieurs établissements scolaires du pays, le gouvernement en est certain : ce n'est pas en cours que les élèves ou les enseignants ont été infectés.

Depuis la reprise des cours en mai, au moins 17 élèves ont été officiellement testés positifs au covid-19, dont neuf lycéens. Au moins cinq cas ont par ailleurs été signalés du côté des enseignants. Des infections survenues malgré les mesures sanitaires strictes mises en place dans les établissements scolaires. Mais du côté du gouvernement, la ministre de la Santé se veut rassurante, évoquant des «cas isolés». 

Selon Paulette Lenert (LSAP), les infections à l'école ou les niveaux supérieurs resteraient ainsi «tout à fait limitées jusqu'à présent», rappelant que quelque 100.000 élèves ont repris le chemin de l'école en mai dernier. Et bien que notamment trois élèves d'une même classe dans un lycée de la capitale aient été détectés positifs au même moment, la ministre réfute là encore l'idée d'un «foyer de contagion». D'ailleurs, elle l'assure : «personne ne s’est infecté à l’école».

Moins de 2% des hospitalisations

Une affirmation bien catégorique alors que des zones d'ombre perdurent autour de la question de la propagation du virus. Ceci étant, plusieurs études internationales tendent toutefois à minimiser le rôle des enfants dans la propagation du virus, à l'instar de celle réalisée par l'institut RIVM aux Pays-Bas. «Le virus est essentiellement propagé entre les adultes et entre un membre de la famille adulte aux enfants», précisent ses auteurs, assurant que la propagation du virus entre enfants ou d'un enfant à un adulte est «moins courante». 

Un argument que viennent appuyer les statistiques nationales. Ainsi, sur les 955 hospitalisations recensées depuis le début de la pandémie au Luxembourg, moins de 2% des sujets étaient âgés entre 0 et 19 ans. Quant aux infections actives, elles ne sont guère plus importantes : 9% chez les 0-9 ans et 6% chez les 10-19 ans, contre 26% chez les 25-34 ans.

Des chiffres d'infection faibles qui s'expliquent notamment par le fait que la plupart des jeunes «s'avèrent asymptomatiques», précisait dès mi-mai le Dr Rudi Balling. Autrement dit, ils ne présentent aucun symptôme de l'infection pulmonaire. Et s'ils peuvent «être en principe contagieux, ils le sont probablement moins», détaillait ainsi le directeur du Luxembourg Centre for Systems Biomedicine.

Un dépistage continu

Si le risque d'être contagieux apparaît donc limité pour les enfants et adolescents, le gouvernement tient à rappeler la mise en place d'un «concept de sécurité strict». Ainsi, outre les récréations en décalé, les flux de circulation dans les bâtiments scolaires réglementés ou encore maintien de la fermeture des cantines, des tests sont réalisés chaque semaine dans les établissements scolaires.


La fête est finie pour le covid-19
Alors que le virus circule toujours, la police constate de plus en plus de rassemblements massifs prohibés. Bars ne respectant pas les consignes et fêtes privées vont-ils devenir les nouveaux clusters de l'épidémie? François Bausch assure que la vigilance va s'accroître.

Plus concrètement, un élève sur cinq peut se faire dépister dans le cadre du dépistage national. Idem pour les enseignants. Un dépistage qui, dans le secondaire et le fondamental, a déjà impliqué 1.582 tests. Quand un test s'avère positif, les autorités sanitaires réalisent un traçage, par le biais d'entretiens individuels. Les personnes qui ont eu un contact rapproché avec la personne infectée, sont alors mises en «quatorzaine» et soumises elles aussi à un test. 

Mais avec des infections en hausse ces derniers jours, les mesures sanitaires pourraient bien être à nouveau renforcées. Le Premier ministre Xavier Bettel (DP) doit ainsi prendre la parole ce mercredi après-midi. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Aucune infection n'est passée par une école»
S'il est reconnu que 12 clusters covid-19 ont bien été repérés dans les écoles et lycées du pays, les ministères de la Santé et de l'Education persistent à vouloir convaincre que ce n'est pas en classe que le virus s'est transmis. Convaincu?
Onze cas de contaminations au lycée
Depuis la reprise du secondaire, neuf élèves et deux enseignants ont été testés positifs au covid-19. Un lycée de la capitale a même vu trois élèves d'une même classe détectés infectés au même moment. La ministre de la Santé a évoqué, lundi, les dispositifs activés pour éviter toute contamination supplémentaire.
Middle school pupils attend a lesson in their classroom, on June 22, 2020 in Boulogne-Billancourt, outside Paris, as primary and middle schools reopen in France. - After six weeks of unsteady school sessions and more than three months of class at home to fight against the spread of the new coronavirus Covid-19, French pupils and middle school students return to class on June 22, thanks to a lighter health protocol. (Photo by Thomas SAMSON / AFP)
«Trop tôt pour parler d'une seconde vague»
Le coronavirus connaît depuis vendredi une nouvelle vigueur au Luxembourg avec 91 nouveaux cas. Si Paulette Lenert, ministre de la Santé, s'en «inquiète», il n'est pas question pour Claude Meisch, ministre de l'Éducation, de remettre en question le regroupement des classes prévu ce lundi.
Nurses transfer a COVID-19 patient to the Critical Patients Unit, at Barros Luco Hospital, in Santiago, on June 24, 2020. - An increasing COVID-19 death toll is leaving the Chilean healthcare system on the blink of collapse. (Photo by Martin BERNETTI / AFP)
Les écoliers bientôt tous réunis
L'heure des retrouvailles a sonné. Divisés en deux groupes depuis un mois, les enfants inscrits à l'école fondamentale seront à nouveau tous rassemblés dès lundi. Un nouveau pas vers la normalité, malgré des mesures sanitaires toujours de rigueur.
Primärschule Cycle 1-4 in Lallingen Esch Alzette. Foto: Guy Wolff
Les enfants retrouvent un peu leur liberté
Fermées depuis le 16 mars, les aires de jeux vont pouvoir rouvrir, pour le bonheur des petits, comme des parents. Une mesure annoncée mercredi soir et justifiée par des chiffres encourageants.
Présentation de l'assurance-qualité pour la prise en charge des enfants et des jeunes dans les crèches, maisons relais et maisons de jeunes avec Claude Meisch.Foto:GerryHuberty
Une rentrée sous contrôle
Crainte et contestée, la reprise des écoliers des classes du fondamental s'est finalement déroulée, comme prévu, lundi matin. Une organisation complexe, mais maîtrisée.
Lokales, Rentrée in Bettemburg (Schoul am Duerf), Schule, Maske, Maskenpflicht, Corona, Covid-19, Schoulrentrée, Grundschule, Fondamental, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort