Changer d'édition

Le virus fatal pour le niveau du chômage
Luxembourg 3 min. 20.04.2020 Cet article est archivé

Le virus fatal pour le niveau du chômage

La hausse spectaculaire des chiffres du chômage est étroitement liée à la pandémie.

Le virus fatal pour le niveau du chômage

La hausse spectaculaire des chiffres du chômage est étroitement liée à la pandémie.
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 3 min. 20.04.2020 Cet article est archivé

Le virus fatal pour le niveau du chômage

Avec 18.398 demandeurs d'emploi recensés au 31 mars, le chômage enregistre une hausse de 17,5% sur un an. Mais c'est bien sûr depuis quelques semaines, et en lien avec l'épidémie de covid-19, que le nombre de demandeurs d'emploi a grimpé en flèche.

(ASdN) - Emploi et virus ne font pas bon ménage. Les mesures de confinement ont ainsi bouleversé le monde du travail avec, au 31 mars, pas moins de 6.000 à 7.000 demandes de chômage partiel. Le ministre du Travail Dan Kersch (LSAP) a, lui, déjà fait savoir que plus de 73.000 personnes bénéficiaient désormais de cette mesure. Mais l'état des lieux mensuel de l'Agence pour le développement de l'emploi reflète pour la première fois, et cela sans surprise, le fort impact de la crise sanitaire. 

Le nombre de demandeurs d’emploi résidents s’établit ainsi à 18.398 au 31 mars, soit une hausse de 17,4% sur un an. Le mois dernier, ils étaient 16.652 inscrits.  Le taux de chômage au pays passe donc de 5,5% le mois dernier, à 6,1%. Pour rappel, le taux de chômage le plus élevé au cours de ces 25 dernières années date de mai 2014 avec 7,17%.    

Dans le courant du mois de mars, l’ADEM a donc ouvert 3.142 nouveaux dossiers de demandeurs d’emploi résidents, soit 25.2% de plus qu’en mars 2020. Une hausse qui intervient logiquement à la suite des mesures de confinement annoncées par le gouvernement. En effet, cet afflux serait principalement dû aux travailleurs intérimaires de la construction, secteur totalement à l’arrêt depuis lors.  


180.000 salariés en chômage partiel
Depuis mi-mars, le gouvernement a déjà débloqué 372 millions d'euros pour assurer 80% du salaire brut d'employés privés de travail en raison de la crise sanitaire. Aujourd'hui, 9.933 entreprises sont concernées.

Mais les autres secteurs ne sont pas moins épargnés, et le marché du travail tourne au ralenti. En mars, seuls quelque 2.400 postes vacants ont été déclarés à l’ADEM, soit une diminution de 35% en un an. La grande majorité de ces postes, 72%, ont d’ailleurs été déclarés pendant la première quinzaine du mois, soit avant l'annonce des mesures de confinement par Xavier Bettel (DP).  

Quant aux demandeurs d’emploi, ils peinent à retrouver un poste, et sortent forcément moins vite du chômage. Seuls 1.942 dossiers ont donc été clôturés - quelle qu’en soit la raison – le mois dernier. Et si l’ADEM propose habituellement des mesures spécifiques de réinsertion, elles sont, elles aussi, à l’arrêt. Dans la deuxième quinzaine de mars, aucun demandeur d’emploi n’a ainsi pu bénéficier de ce dispositif.  

La première phase de déconfinement, commencée ce lundi, devrait toutefois inverser la tendance ces prochaines semaines. Même si des secteurs comme l'hôtellerie-restauration sont particulièrement pessimistes sur le maintien du nombre de recrues dans les mois à venir.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Si, lundi, le secteur de la construction est autorisé à reprendre le travail au Grand-Duché, chaque Etat adopte d'autres règles, d'autres modes et d'autres dates pour envisager un retour à la normale.
TOPSHOT - People walk past a mask and eyes stapled to a tree in Melbourne on April 20, 2020, as the southern Australian state of Victoria recorded just one new case of coranavirus overnight. - Vicotria has recorded 1,329 confirmed cases with 15 deaths. (Photo by William WEST / AFP)
Le ministre des Travaux publics, François Bausch, relancera prioritairement les chantiers d'Etat là où la circulation n'a pas encore retrouvé ses droits. Histoire d'avancer plus vite et avec le moins de nuisance dès lundi 20 avril.
wort online.fr. Baustelle Pont Buchler,Tram,Bonnevoie. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Si, dès le 20 avril, le secteur de la construction redémarre au Luxembourg, le ministre du Travail a redit combien il comptait sur les chefs d'entreprise et les salariés pour que la sécurité sanitaire soit privilégiée.
Employees wearing face masks work at a construction site of a bridge in Wuhan in China's central Hubei province on March 24, 2020. - China announced on March 24 that a lockdown would be lifted on more than 50 million people in central Hubei province where the coronavirus first emerged late last year. (Photo by STR / AFP) / China OUT
L’annonce par le gouvernement de la réouverture des chantiers dès lundi a sonné le réveil d’un secteur en sommeil depuis près d’un mois. Dans ce contexte, Romain Schmit, le secrétaire général de la Fédération des Artisans, n’envisage pas de ralentir à nouveau l’activité cet été.
Arbeiter beim arbeiten, congé collectif, Foto Noëllia Alvarez
Les représentants de la CLC, de la Fédération des artisans et de l'Horesca répondent avec virulence à des propos tenus par le ministre du Travail, Dan Kersch (LSAP). Ils lui reprochent notamment de mettre tous les indépendants dans le même panier en les taxant de riches.
Politik, Pressekonferenz Dan Kersch, Romain Schneider, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Depuis mi-mars, le gouvernement a déjà débloqué 372 millions d'euros pour assurer 80% du salaire brut d'employés privés de travail en raison de la crise sanitaire. Aujourd'hui, 9.933 entreprises sont concernées.