Changer d'édition

«Le vélo ne peut être l'unique solution» dans la capitale
Luxembourg 2 min. 05.08.2021 Cet article est archivé
Patrick Goldschmidt

«Le vélo ne peut être l'unique solution» dans la capitale

Pour l'échevin Patrick Goldschmidt, pas question de «supprimer toutes les voies pour voitures, même dans l'hypercentre» de Luxembourg-Ville.
Patrick Goldschmidt

«Le vélo ne peut être l'unique solution» dans la capitale

Pour l'échevin Patrick Goldschmidt, pas question de «supprimer toutes les voies pour voitures, même dans l'hypercentre» de Luxembourg-Ville.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 2 min. 05.08.2021 Cet article est archivé
Patrick Goldschmidt

«Le vélo ne peut être l'unique solution» dans la capitale

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Face au dynamisme économique de Luxembourg-Ville qui devrait atteindre les 180.000 résidents et 220.000 emplois d'ici 2035, l'échevin libéral à la Mobilité plaide pour l'essor «de solutions adaptées à chacun». Et donc le maintien de l'accès en voiture au centre-ville.

Même si le développement programmé de l'agglomération sud du pays et de la Nordstad vise à alléger la concentration des déplacements dans et autour de la capitale à l'avenir, Luxembourg-Ville ne devrait pas échapper à l'embonpoint démographique. De quelque 125.000 résidents et 166.000 emplois actuellement, le centre politique et économique du pays devrait atteindre «180.000 habitants et pas moins de 220.000 places de bureau d'ici les 15 prochaines années», assure jeudi Patrick Goldschmidt (DP) sur les ondes de RTL Radio Lëtzebuerg.

Se basant sur les données issues des PAP d'ores et déjà validés dans la capitale, l'échevin à la Mobilité évoque donc le besoin de mettre en place «une approche basée sur une multimodularité adaptée au besoin journalier» des personnes présentes dans les rues de Luxembourg. Autrement dit, d'accélérer les changements de comportement pour délaisser de plus en plus la voiture «au profit des différents modes de transport». Car avec 170.000 véhicules individuels enregistrés chaque jour uniquement en flux entrant, «la limite des capacités est atteinte», assure l'élu libéral.


Die Fahrradfahrer wollen bei der Verkehrsplanung der Hauptstadt stärker berücksichtigt werden.
La «reconquête de la rue» suit son cours
Des centaines de cyclistes ont participé, samedi, au parcours de 14 km à travers la capitale afin de demander la mise en place d'un réseau plus sécurisé au Luxembourg.

Si ce dernier ne cache pas «l'explosion du nombre de vélos désormais en circulation» dans les rues de la capitale, il n'entend pas mettre l'accent sur un seul mode de transport, estimant même que «le vélo ne peut être l'unique solution». En clair: pas question de «supprimer toutes les voies pour voitures, même dans l'hypercentre», mais plutôt de développer des «solutions adaptées à chacun». Fidèle au credo de Lydie Polfer (DP), bourgmestre de la capitale, Patrick Goldschmidt vante notamment «le réseau de bus très performant en place» tout en précisant que «la voiture restera nécessaire».


Politik, Xavier Bettel und Elio Di Rupo, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
«Le télétravail à 100% ne sera pas possible»
En visite officielle ce mercredi au Luxembourg, le ministre-président de la Région wallonne s'est dit favorable au passage de 24 à 48 jours de la limite imposée aux frontaliers belges, mais rappelle que «des déplacements devront avoir lieu». Et plaide pour une mobilité «harmonieuse».

Contacté jeudi par le Luxemburger Wort, l'échevin à la Mobilité précise que cette affirmation «se base sur le retour observé depuis le début de la pandémie, à savoir l'essor spectaculaire des livraisons en lien aussi bien avec l'e-commerce qu'avec celles liées au secteur Horeca, mais aussi avec certains changements d'habitude». Une référence indirecte aux frontaliers qui restent partiellement en télétravail. Ceux-ci ont désormais recours «plus souvent» à la voiture qu'aux transports en commun quand ils doivent se rendre à leur bureau «car cela leur revient moins cher».


Gemeindewahlen, élections communales 2017. Wahlbüro Hesperange. Photo Guy Wolff
Tous les habitants aux urnes le 11 juin 2023
La ministre de l'Intérieur a confirmé la date des prochaines élections communales dans deux ans. Ce n'est qu'en octobre 2023 qu'il sera temps pour le pays de désigner ses nouveaux députés.

Interrogé sur sa volonté de prendre la suite de Lydie Polfer lors des prochaines élections communales de 2023, Patrick Goldschmidt ne s'est pas prononcé, préférant assurer que l'actuelle bourgmestre «réalise un excellent travail» et que «la pandémie a montré qu'il était important d'avoir une personne d'expérience à la tête de la Ville».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La ministre de l'Intérieur a confirmé la date des prochaines élections communales dans deux ans. Ce n'est qu'en octobre 2023 qu'il sera temps pour le pays de désigner ses nouveaux députés.
Gemeindewahlen, élections communales 2017. Wahlbüro Hesperange. Photo Guy Wolff
Impactée elle aussi par la pandémie, la planification du territoire «devrait être repensée pour revenir à échelle humaine», estime Pierre Hurt, directeur de l'OAI. Et surtout être l'occasion «d'engager une réflexion sur les questions fondamentales liées à nos modes de vie».
Wachstum,Logement,Habitation,Wohnungsbau.Finanzplatz,Kirchberg.Foto:Gerry Huberty
Avec une croissance de plus de 30% en dix ans, le dynamisme de Luxembourg-Ville reste fort. Et la tendance ne devrait pas s'arrêter de sitôt au vu des projets détaillés lundi lors du conseil communal.