Changer d'édition

Le variant japonais-brésilien toujours absent du pays
Luxembourg 05.02.2021

Le variant japonais-brésilien toujours absent du pays

Les équipes du LNS sont, pour l'heure, en mesure de séquencer environ 10% de l'ensemble des dépistages covid effectués.

Le variant japonais-brésilien toujours absent du pays

Les équipes du LNS sont, pour l'heure, en mesure de séquencer environ 10% de l'ensemble des dépistages covid effectués.
Photo : AFP
Luxembourg 05.02.2021

Le variant japonais-brésilien toujours absent du pays

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le Laboratoire national de Santé a détecté 15 variants du SARS-CoV durant la dernière semaine de janvier. Et la souche britannique du virus n'arrive qu'en seconde position des séquençages les plus fréquents.

Depuis l'apparition de la variante britannique du SARS-CoV2 dans ses analyses, le Laboratoire nationale de santé ne cesse de pister la fameuse souche B.1.1.7 au Luxembourg. Et dans son dernier rapport, le LNS confirme que cette forme du virus a déjà été repérée dans 47 échantillons sur les 791 qu'il a pu séquencer. Et pas la peine d'extrapoler le taux de prévalence (6%) à l'ensemble de la population, cela ne ferait pas sens, estiment les spécialistes. De quoi rassurer quelque peu sur la diffusion au Grand-Duché de ce variant reconnu comme plus contagieux que le covid-19 «original».

Actuellement, les équipes du LNS sont en mesure de séquencer environ 10% de l'ensemble des dépistages covid effectués. Soit 384 tests positifs reçus la semaine dernière, mais dont les résultats ne sont connus qu'au bout de quelques jours. Depuis mars, ce sont 4.142 échantillons positifs qui ont pu être séquencés. De quoi mettre en évidence désormais 15 variants, contre 10 encore en tout début d'année 2021.

Le variant britannique n'est actuellement pas encore dominant. Il occupe la seconde place dans les détections. Mais les autres souches actuellement sources de préoccupation ne représentent, dans les laboratoires, que peu de cas. Ainsi, le variant sud-africain n'est apparu que dans 0,5% des cas. Soit quatre individus infectés par cette souche depuis sa détection première le 11 janvier dernier.

Quant au variant brésilien-japonais, aucun séquençage ne l'a détecté pour le moment. Cette souche serait la moins sensible aux vaccins anti-covid actuellement mis sur le marché.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pas d'affolement du côté des variants covid
Surveillées comme le lait sur le feu de crainte qu'elles ne débordent, les nouvelles souches du coronavirus ne semblent pas connaître de changement dans leur répartition au Luxembourg.
PRODUKTION - 22.04.2021, Nordrhein-Westfalen, Münster: Prof. Alexander Mellmann, EHEC-Experte, Facharzt für Mikrobiologe und Hygiene am Universitätsklinikum Münster untersucht Proben verschiedener Keime, die auf Petrischalen kultiviert werden. Mellmann leitet das Nationale Konsiliarlabor für das HUS-Syndrom, der schwersten Erkrankungsform des Darmskeims, und pflegt eine der weltweit größten Sammlungen an EHEC-Erregerstämmen. Am 1. Mai 2011 war der erste Patient an blutigem Durchfall erkrankt. Die Suche nach der Herkunft des Keims dauerte Monate. Am Ende galten Bockshornkleesamen aus Ägypten für die Anzucht von Sprossen als Auslöser. Forscher aus Münster entschlüsselten das Erbgut des Erregers. Welche Schlüsse haben die Behörden seitdem gezogen? Gibt es Langzeitfolgen für die Betroffenen? (zu dpa «Schlimmster Ehec-Ausbruch: Was den Darmkeim 2011 so tückisch machte») Foto: Guido Kirchner/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le variant brésilien inaperçu au Grand-Duché
Le Laboratoire national de Santé n'a toujours pas trouvé de traces de cette souche dans les tests covid analysés par ses soins. Par contre, le variant britannique est bien devenu majoritaire dans le pays.
(FILES) In this file photo taken on January 25, 2021 a biochemist prepares samples as she works on a XAV-19 anti covid treatment as part of a clinical trial run at the Xenothera Biotech laboratory at Nantes University hospital, western France. - The Nantes-based biotech company Xenothera, created in 2014, is conducting a clinical trial in around twenty hospitals to test the therapeutic effectiveness of a Covid-19 treatment based on polyclonal antibodies, which is intended for patients at the beginning of their hospitalisation, the company announced on February 24, 2021. (Photo by LOIC VENANCE / AFP)
Les variants mettent K.-O. le milieu scolaire
A compter de lundi, et pour une semaine, tous les élèves devront poursuivre leur scolarité à domicile en raison de la «légère recrudescence» du nombre de cas positifs enregistrés dans les établissements du pays. Une décision justifiée par le besoin de «faire preuve de prudence».
ARCHIV - 31.08.2020, Baden-Württemberg, Hemmingen: Eine Lehrerin mit Mund- und Nasenschutz steht in einer Grundschule. (zu dpa: «Grundschulen und Kitas öffnen? Baden-Württemberg berät Sonderweg») Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Une étude sur la combinaison des vaccins anti-covid
L'université d'Oxford a annoncé jeudi se pencher sur l'utilisation de deux doses de vaccins issues de laboratoires différents chez un même patient et tester leur efficacité pour protéger la population contre le coronavirus.
ARCHIV - 29.12.2020, Argentinien, Firmat: Eine Person zeigt ein Fläschchen mit dem Impfstoff Sputnik V. Nach Kritik an fehlenden belastbaren Studien haben russische Forscher weitere Details zu dem Corona-Impfstoff Sputnik V veröffentlicht. (zu dpa «Mehr Details zu russischem Corona-Impfstoff: Hohe Wirksamkeit») Foto: Patricio Murphy/ZUMA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++