Changer d'édition

Le variant indien toujours aussi discret
Luxembourg 20.05.2021

Le variant indien toujours aussi discret

La semaine passée, les équipes du Laboratoire national de santé ont séquencé plus de la moitié des nouveaux tests covid+ relevés parmi la population.

Le variant indien toujours aussi discret

La semaine passée, les équipes du Laboratoire national de santé ont séquencé plus de la moitié des nouveaux tests covid+ relevés parmi la population.
Photo : dpa-Zentralb
Luxembourg 20.05.2021

Le variant indien toujours aussi discret

La souche tant redoutée n'a pas trouvé un terrain favorable pour se déployer au Luxembourg. A peine quatre nouveaux cas signalés en une semaine. Le variant britannique restant le plus à craindre à l'heure où les infections covid baissent significativement.

(pj) Il a suffi de quelques mots de Boris Johnson, en fin de semaine dernière, pour que l'Europe replonge la tête dans ses statistiques et actualise ses données sur la progression -ou non- du variant indien. Car aux dires du Premier ministre britannique, la souche reprenait une telle vigueur dans son pays qu'elle pouvait venir en remettre en question le calendrier de déconfinement. Il est vrai que celui qui avait été infecté au printemps dernier, venait d'être alerté aussi bien par l'agence de santé publique anglaise que via une note de synthèse alarmante du groupe de modélisation du Conseil scientifique britannique. Les deux laissaient entendre que cette déclinaison du virus avait une «surcontagiosité potentielle de 50 % par rapport au variant anglais». 


A health worker takes a swab sample from a woman to test for the COVID-19 coronavirus at the triage center 'Centrum' at the Sint-Vincentiusziekenhuis, in Antwerp on July 30, 2020. - The Covid-19 contamination numbers are on the rise, especially in the Antwerp city center. The National Security Council has announced more strict coronavirus measures, that went into effect yesterday, in an attempt to try and keep the contamination level as low as possible. (Photo by JONAS ROOSENS / Belga / AFP) / Belgium OUT
Traquer le covid, cela s'apprend au LNS
Le Laboratoire national de santé a mis en place une formation destinée à celles et ceux qui seraient amenés à devoir pratiquer des tests naso/oropharyngés. Et cela ne s'adresse pas seulement aux blouses blanches.

Mais si l'Angleterre constate une recrudescence de ce variant, il n'en est rien au Luxembourg. Et le dernier rapport du Laboratoire national de santé donne toujours la souche indienne très largement minoritaire parmi les nouveaux cas d'infection. Cas qui eux-mêmes sont désormais sous la barre des 100 dépistages positifs/jour. En une semaine, les équipes du LNS n'ont repéré que quatre infections avec ce variant. Pas de quoi affoler les autorités donc.

La situation reste d'ailleurs relativement stable dans la répartition épidémiologie enregistrée. Entre le 3 et le 9 mai, la souche britannique restait toujours prédominante. Représentant 81,1% des contaminations (contre 82% la semaine précédente). Suivaient, de loin, le variant sud-africain (6,8% des cas contre 10,8% auparavant) et le variant brésilien. Avec une prévalence de 4,5% des cas, celui-ci continue à se faire une place plus importante parmi la population en relation avec le virus. Son importance aura ainsi quadruplé, en proportion, en trois semaines seulement.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Présente dans 73,7% des échantillons testés par le laboratoire national de santé au cours de la semaine écoulée, la mutation indienne du covid prévaut à nouveau sur la souche brésilienne, selon les analyses publiées vendredi.
Le Laboratoire national de santé constate ce jeudi que la mutation indienne du covid représente 36% des cas au Luxembourg, contre 50,5% pour le variant anglais. Un chiffre qui prouve la forte contagiosité de cette souche du virus.
Le Laboratoire national de santé a mis en place une formation destinée à celles et ceux qui seraient amenés à devoir pratiquer des tests naso/oropharyngés. Et cela ne s'adresse pas seulement aux blouses blanches.
A health worker takes a swab sample from a woman to test for the COVID-19 coronavirus at the triage center 'Centrum' at the Sint-Vincentiusziekenhuis, in Antwerp on July 30, 2020. - The Covid-19 contamination numbers are on the rise, especially in the Antwerp city center. The National Security Council has announced more strict coronavirus measures, that went into effect yesterday, in an attempt to try and keep the contamination level as low as possible. (Photo by JONAS ROOSENS / Belga / AFP) / Belgium OUT
Combien d'immunisés face au covid parmi la population? Pour avoir la réponse, plus besoin de s'appuyer sur une prise de sang en laboratoire, quelques gouttes sur un buvard suffisent. Et, depuis début mai, tout cela se passe via les stations du Large Scale Testing.
Le Laboratoire national de Santé n'a toujours pas trouvé de traces de cette souche dans les tests covid analysés par ses soins. Par contre, le variant britannique est bien devenu majoritaire dans le pays.
(FILES) In this file photo taken on January 25, 2021 a biochemist prepares samples as she works on a XAV-19 anti covid treatment as part of a clinical trial run at the Xenothera Biotech laboratory at Nantes University hospital, western France. - The Nantes-based biotech company Xenothera, created in 2014, is conducting a clinical trial in around twenty hospitals to test the therapeutic effectiveness of a Covid-19 treatment based on polyclonal antibodies, which is intended for patients at the beginning of their hospitalisation, the company announced on February 24, 2021. (Photo by LOIC VENANCE / AFP)