Changer d'édition

Le variant indien s'implante au Luxembourg
Luxembourg 28.04.2021

Le variant indien s'implante au Luxembourg

Le dernier rapport du Laboratoire national de santé se base sur l'analyse de la moitié des tests positifs au covid de la semaine du 12 au 18 avril dernier.

Le variant indien s'implante au Luxembourg

Le dernier rapport du Laboratoire national de santé se base sur l'analyse de la moitié des tests positifs au covid de la semaine du 12 au 18 avril dernier.
Photo : AFP
Luxembourg 28.04.2021

Le variant indien s'implante au Luxembourg

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Si la souche britannique reste -et de loin- la forme de covid la plus répandue au Grand-Duché, une nouvelle déclinaison du virus vient de faire son apparition sous les microscopes du LNS.

Si le rythme des contaminations (et des hospitalisations) a baissé ces dernières semaines, le Laboratoire national de Santé (LNS) lui continue à observer les différentes formes de covid en circulation dans le pays. Au terme du séquençage de 687 tests positifs sur la semaine du 12 au 18 avril, les équipes du LNS ont ainsi noté que le variant anglais ne perdait rien de sa vigueur. Au contraire. Présent dans 81% des analyses la semaine dernière, il a maintenant été repéré dans près de 86%.


20.04.2021, Niedersachsen, Braunschweig: Eine Intensivpflegerin versorgt auf der Intensivstation am Klinikum Braunschweig einen an Covid-19 erkrankten Patienten. Die Corona-Infektionszahlen steigen - und auch auf den Intensivstationen des Landes müssen wieder mehr Patienten behandelt werden. Die Verantwortlichen sehen eine ernste Lage, rechnen aktuell aber nicht mit einer Überlastung des Systems. (zu dpa "Ministerium: Lage auf Intensivstationen «ernst, aber beherrschbar») Foto: Ole Spata/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'épidémie covid change de visage
Si le rythme des infections n'a guère varié cette dernière quinzaine, le profil des personnes touchées par le virus et celles hospitalisées s'est rajeuni. Un effet positif de la vaccination des seniors, mais une source de préoccupation nouvelle pour les autorités.

Une domination qui reste toujours préoccupante aux yeux des autorités. En effet, cette souche (apparue au Luxembourg dès le 12 décembre dernier) semble plus facilement transmissible d'un individu à l'autre, et avec des effets plus lourds sur la santé des patients. 

Loin derrière, le variant sud-africain a pu être repéré dans 8,8% des échantillons évalués, tandis que le variant brésilien (présent depuis janvier dernier) lui n'a été dépisté que dans cinq cas sur ce lot. Soit moins de 1 % des nouvelles contaminations hebdomadaires.

En fait, c'est l'arrivée du variant B.1.617 qui a retenu l'attention des équipes du LNS lors de cette dernière série d'analyses. Le «soi-disant double mutant» comme ils l'appellent avait été annoncé en Belgique, le voici maintenant présent sur le Grand-Duché. Repéré dans trois cas seulement, donc là encore pas de panique à avoir. Il a aussi été signalé au Royaume-Uni (avec 132 contaminations en tout au 21 avril), en Irlande, en Allemagne, en Italie, en Suisse et en Espagne.

Les scientifiques étudient si ce variant indien a développé plus ou moins de défense face aux anticorps, plus particulièrement ceux présents dans les vaccins.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La souche tant redoutée n'a pas trouvé un terrain favorable pour se déployer au Luxembourg. A peine quatre nouveaux cas signalés en une semaine. Le variant britannique restant le plus à craindre à l'heure où les infections covid baissent significativement.
Im Labor müssen die Proben zunächst mehreren Verfahren unterzogen werden. Dabei kommen erprobte Labortechniken zum Einsatz.
Le ministère de la Santé indique que le taux d'infectiosité au sein des établissements de santé ne dépassait pas les 1,2% entre le 15 mars et le 18 avril. Ce qui représente un risque inférieur à celui d'autres maladies nosocomiales.
07.01.2021, Großbritannien, London: Krankenschwestern arbeiten auf einem Korridor einer Akut-Station im St. Georges Krankenhaus. Wegen der rasant steigenden Zahl von Corona-Patienten geraten Krankenhäuser in Großbritannien immer stärker unter Druck. (zu dpa: "Britische Kliniken wegen Corona zunehmend unter Druck") Foto: Victoria Jones/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Dès la fin de cette semaine, le ministère de la Santé luxembourgeois débutera l'envoi des invitations pour la plus grande part de la population résidente. Des adolescents aux quinquas, à chacun son tour désormais.
26.04.2021, Kanada, Montreal: Ein Mitarbeiter filmt die Impfung einer Kollegin in einer COVID-19-Impfklinik am CAE-Hauptsitz. Im Montrealer Hauptquartier des Flugsimulationstechnologie-Herstellers begann ein Programm der Provinz zur Durchführung von Impfungen in großen Unternehmen. Foto: Paul Chiasson/The Canadian Press via ZUMA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le Laboratoire national de Santé n'a toujours pas trouvé de traces de cette souche dans les tests covid analysés par ses soins. Par contre, le variant britannique est bien devenu majoritaire dans le pays.
(FILES) In this file photo taken on January 25, 2021 a biochemist prepares samples as she works on a XAV-19 anti covid treatment as part of a clinical trial run at the Xenothera Biotech laboratory at Nantes University hospital, western France. - The Nantes-based biotech company Xenothera, created in 2014, is conducting a clinical trial in around twenty hospitals to test the therapeutic effectiveness of a Covid-19 treatment based on polyclonal antibodies, which is intended for patients at the beginning of their hospitalisation, the company announced on February 24, 2021. (Photo by LOIC VENANCE / AFP)