Changer d'édition

Le variant britannique grimpe toujours
Luxembourg 08.04.2021

Le variant britannique grimpe toujours

La variante d'origine du virus n’apparaît quasiment plus dans les analyses du laboratoire national de santé.

Le variant britannique grimpe toujours

La variante d'origine du virus n’apparaît quasiment plus dans les analyses du laboratoire national de santé.
Photo : dpa
Luxembourg 08.04.2021

Le variant britannique grimpe toujours

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Repérée dans 68% des échantillons analysés par le LNS voilà une semaine, la souche anglaise du covid-19 a encore progressé au Luxembourg. Au point d'atteindre les 74% désormais.

Du 22 au 28 mars dernier, le laboratoire national de santé n'a pu que constater la domination du variant britannique dans les cas d'infection covid luxembourgeois. Sur les 552 échantillons positifs que les chercheurs du LNS ont pu séquencer, à peine, 26% étaient constitués d'une autre souche. Et le virus originel, chinois, n'est quasiment plus d'actualité d'ailleurs.


Un variant «un peu particulier» découvert à Niederkorn
Alors que la réouverture des terrasses deviendra réalité mercredi et qu'une enquête indépendante est en cours pour déterminer les causes de la mort de nombreux résidents de la maison de retraite «Um Lauterbann», l'épidémiologiste Joël Mossong fait un point sur la situation sanitaire.

Il y a un mois tout juste, le rapport Revilux du laboratoire national de santé indiquait ne repérer le variant britannique (B.1.1.7) que dans 62% de ses analyses. La prévalence a donc grimpé considérablement en quatre semaines pour cette déclinaison du virus que l'on sait nettement plus contagieuse. Mais rien en comparaison, par exemple, avec la Suisse où la souche UK constitue désormais 90% des cas de contagion.

De son côté, le variant brésilien a pu être dépisté dans 18% des tests covid+ analysés. 

Le dernier bulletin du LNS porte sur près d'un tiers des cas positifs détectés dans le pays au cours de la semaine en question. Une donnée suffisamment étendue pour être extrapolée à l'ensemble de la situation sanitaire du Grand-Duché où, en treize mois, l'épidémie a déjà fait 762 victimes

Mais surtout la donnée est importante dans le cadre de la poursuite de la campagne de vaccination luxembourgeoise en cours et la diffusion étendue de tests de dépistage. En effet, il convient d'adapter au plus près des souches repérées l'efficacité des sérums injectés (112.764 doses administrées au total) comme des millions de kits de dépistage à diffuser.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pas de congés pour les laboratoires d'analyses
Ces vacances de Pâques sont marquées par un rush des particuliers pour bénéficier d'un dépistage covid. La possibilité retrouvée, même restreinte, de voyager à l'étranger, explique cet empressement.
This handout picture taken on December 9, 2020 shows specialists working on the development of a coronavirus vaccine for animals at a laboratory of the Federal centre for animal health. (Photo by Handout / vetandlife.ru news portal / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / vetandlife.ru news portal / handout " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Le Luxembourg maintient son cap avec AstraZeneca
Après les conclusions de l'EMA, le gouvernement a annoncé mercredi poursuivre son utilisation du vaccin du laboratoire suédo-britannique. Si certains pays émettent toutefois des restrictions, le pays lui ne prévoit pas de «distinction d'âge ou de sexe».
(FILES) In this file photo taken on March 11, 2021 This picture shows vials of the AstraZeneca Covid-19 vaccine in Paris. - AstraZeneca said on April 7, 2021, that two studies conducted by British and European regulators "reaffirmed" that the benefits of its vaccine "far outweigh the risks" despite finding a possible link to rare blood clots. "Overall, both of these reviews reaffirmed the vaccine offers a high-level of protection against all severities of COVID-19 and that these benefits continue to far outweigh the risks," the British/Swedish company said in a statement. (Photo by JOEL SAGET / AFP)
Un test d'abord, la rentrée ensuite
Le ministère de l'Education invite l'ensemble des élèves et personnels de l'enseignement à se faire tester. Un moyen de contrôler la présence ou non du virus avant que jeunes et adultes ne fassent leur rentrée, le 19 avril prochain.
ARCHIV - 30.04.2020, Baden-Württemberg, Baienfurt: Schüler testen eine neue Hygieneschleuse am Eingang der Achtalschule. Nachdem sie die Hände gewaschen haben, desinfizieren sie diese noch. (zu dpa: «Regierung, Schüler, Eltern und Lehrer sprechen über Schulöffnungen») Foto: Felix Kästle/dpa - ACHTUNG: Nur zur redaktionellen Verwendung im Zusammenhang mit der aktuellen Berichterstattung und nur mit vollständiger Nennung des vorstehenden Credits +++ dpa-Bildfunk +++
Déjà 1.583 pompiers vaccinés contre le covid
Les personnels du Corps grand-ducal d'incendie et de secours (CGDIS) font partie des professionnels prioritaires à la vaccination. Et 80% des pompiers invités ont déjà répondu favorablement à l'invitation à recevoir le sérum anti-covid.
Lokales,Unfallübung im Markustunnel.CGDIS.Exercice grandeur nature dans le tunnel Markusberg.Rettungsdienst,Erste Hilfe,Brand,Feuerwehr,Notdienst. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le Grand-Duché mise aussi sur le vaccin CureVac
Même s'il n'a pas encore reçu d'autorisation de mise sur le marché, le ministère de la Santé a déjà précommandé le sérum anti-covid développé par le laboratoire allemand. Une préemption faite via l'Union européenne.
An employee is at work on the vaccine packing line of the factory of British  pharmaceutical company GlaxoSmithKline (GSK) in Wavre on February 8, 2021 where the Covid-19 CureVac vaccine will be produced. - British pharmaceutical group GlaxoSmithKline (GSK) and German biotech firm CureVac announced plans to jointly develop a coronavirus vaccine with the potential to counter multi-variants of Covid-19. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)