Changer d'édition

Le variant britannique domine désormais
Luxembourg 2 min. 12.02.2021 Cet article est archivé

Le variant britannique domine désormais

Le Laboratoire national de santé va améliorer son outil de séquençage pour analyser plus d'échantillons, plus vite.

Le variant britannique domine désormais

Le Laboratoire national de santé va améliorer son outil de séquençage pour analyser plus d'échantillons, plus vite.
Photo : dpa
Luxembourg 2 min. 12.02.2021 Cet article est archivé

Le variant britannique domine désormais

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le dernier rapport du Laboratoire national de santé confirme la progression de la souche B.1.1.7 au Luxembourg. Elle a doublé en importance en une semaine, selon le séquençage de la dernière semaine de janvier.

Dans 39% des derniers échantillons séquencés par le Laboratoire national de santé, pour la détection des souches de Sars-COV2 en circulation, c'est bien le variant britannique qui a été identifié. De quoi le classer en tête des «variants préoccupants» signalés désormais au Luxembourg. Pour le LNS, il y avait donc  au 31 janvier, 114 infectés covid porteur de cette déclinaison. Et les scientifiques d'analyser : «Ce variant semble avoir un impact épidémiologique considérable, car il a une transmissibilité plus élevée (plus efficace et plus rapide)».


A researcher collects plasma with an electronic micropipette to analyze the results of the clinical study at Inotrem's laboratory in Vandoeuvre-les-Nancy, eastern France, on February 08, 2021. - The hospital resuscitation service conduct clinical trials with nangibotide of Inotrem, initially developed to fight septic shock but which could have effects on the most severe Covid-19 (novel coronavirus) patients by reducing excess of TREM-1 molecules. (Photo by JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)
Les variants fragilisent le sort de la Moselle
Le département français a vu flamber, sans explication, les contaminations avec les souches anglaise, brésilienne et sud-africaine du virus. Au point que l'Etat s'apprête à annoncer des mesures particulières pour ce territoire frontalier.

Reste qu'au total, les analyses menées ont permis d'identifier 18 variants du covid. Huit nouveaux cas de variant sud-africain ont aussi été mis en évidence sur cette semaine 4/2021, auxquels s'ajoute un signalement rétroactif du variant brésilien. 

Le variant d'origine allemande, un temps surnommé «luxembourgeois» est le second par importance parmi les données de séquençage (21%). Mais la déclinaison japonaise n'a toujours pas fait son apparition sous les microscopes.

Pour le LNS, il est important de signaler que ces taux ne s'appliquent que sur les échantillons qu'il a pu décrypter. Autrement dit que ces chiffres ne sauraient être extrapolés à l'ensemble de la population positive au covid. Mais d'ici la fin du mois, les équipes du Laboratoire vont affiner leur diagnostic de la situation. En effet, elles pourront alors séquencer jusqu'à 300 échantillons de CoV-2 du SRAS provenant de différentes régions et de différents groupes d'âge. Des résultats pourra donc être établi «un reflet clair de la circulation des différents variants au Luxembourg».


Le futur Observatoire national devra notamment publier les résultats de ses études et évaluer l'état de santé de la population du pays.
L'Observatoire de la santé se concrétise
Composé d’experts, ce nouvel «outil de documentation, d’observation et d’analyse» permettra d’orienter les politiques du ministère de la Santé, en l’aidant notamment à avoir une vue d’ensemble de l'état de santé de la population.

Mieux encore, avec le nouvel outil (plus performant) dont disposeront ces scientifiques, le séquençage se fera bien plus rapidement qu'aujourd'hui. De quoi obtenir «une épidémiologie en temps réel avec des estimations précises de la fréquence des variants en circulation».

En attendant, la bonne nouvelle du moment est que la grippe (qui devrait être à son pic) a bel et bien disparu des cabinets de consultation luxembourgeois. Le réseau Sentinelle en place sur tout le territoire traduit cette désertion grippale; phénomène qui a été constaté sur l'ensemble de la planète. Le covid aura au moins eu cela de bon, enfin surtout l'application des gestes barrières (masque, gel et nettoyage des mains).


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Surveillées comme le lait sur le feu de crainte qu'elles ne débordent, les nouvelles souches du coronavirus ne semblent pas connaître de changement dans leur répartition au Luxembourg.
PRODUKTION - 22.04.2021, Nordrhein-Westfalen, Münster: Prof. Alexander Mellmann, EHEC-Experte, Facharzt für Mikrobiologe und Hygiene am Universitätsklinikum Münster untersucht Proben verschiedener Keime, die auf Petrischalen kultiviert werden. Mellmann leitet das Nationale Konsiliarlabor für das HUS-Syndrom, der schwersten Erkrankungsform des Darmskeims, und pflegt eine der weltweit größten Sammlungen an EHEC-Erregerstämmen. Am 1. Mai 2011 war der erste Patient an blutigem Durchfall erkrankt. Die Suche nach der Herkunft des Keims dauerte Monate. Am Ende galten Bockshornkleesamen aus Ägypten für die Anzucht von Sprossen als Auslöser. Forscher aus Münster entschlüsselten das Erbgut des Erregers. Welche Schlüsse haben die Behörden seitdem gezogen? Gibt es Langzeitfolgen für die Betroffenen? (zu dpa «Schlimmster Ehec-Ausbruch: Was den Darmkeim 2011 so tückisch machte») Foto: Guido Kirchner/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Dommage collatéral de la pandémie sanitaire, la santé physique des plus jeunes serait mise à mal. Du moins, selon les pédiatres et nutritionnistes du pays. Un phénomène qui pourrait avoir des conséquences bien au-delà de la crise.
L'organisme mondial a annoncé mercredi que le vaccin anti-covid pouvait bien être administré aux plus de 65 ans et dans les pays où circulent des variants, mais l'agence européenne du médicament veut savoir quels vaccins sont vraiment efficaces contre ces variants.
A health worker prepares a dose of the AstraZeneca/Oxford Covid-19 vaccine at a temporary vaccine centre set up at City Hall in Hull, northeast England on February 10, 2021. (Photo by Paul ELLIS / AFP)
La ministre de la Santé a confirmé que le Laboratoire national de Santé avait confirmé 6 cas positifs au variant britannique du covid-19. Mais aucun échantillon n'a mis en lumière d'autres formes du virus.
A scientist works on Covid-19 samples to find variations of the virus, at the Croix-Rousse hospital laboratory in Lyon, central eastern France, on January 14, 2021. (Photo by JEFF PACHOUD / AFP)