Changer d'édition

Le vaccin mis en cause dans 11 décès
Luxembourg 2 min. 26.11.2021
Covid-19 au Luxembourg

Le vaccin mis en cause dans 11 décès

En un mois, 23 nouveaux cas graves ont été enregistrés au Grand-Duché dans la base européenne de pharmacovigilance.
Covid-19 au Luxembourg

Le vaccin mis en cause dans 11 décès

En un mois, 23 nouveaux cas graves ont été enregistrés au Grand-Duché dans la base européenne de pharmacovigilance.
Photo : AFP
Luxembourg 2 min. 26.11.2021
Covid-19 au Luxembourg

Le vaccin mis en cause dans 11 décès

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
A peine 0,23% des vaccinations anti-covid ont fait jusqu'à présent l'objet d'un signalement d'effet indésirable. Mais le dernier rapport de pharmacovigilance ne cache rien sur les 430 situations "graves" relevées.

Onze mois que la campagne vaccinale anti-covid a débuté. Et depuis, scrupuleusement, la division de la pharmacie et des médicaments enregistre chaque effet secondaire signalé. C'est ainsi que le septième rapport de pharmacovigilance vient de rappeler que pour 99,77% des injections, nulle douleur au bras, pas de poussée de fièvre, aucun mal de tête, tournis ou troubles plus sérieux n'ont été rapportés. 

De fait, 841.809 piqûres après la première dose administrée en décembre dernier, seules 1.940 déclarations de ''problèmes de santé'' liés à la vaccination sont remontées aux oreilles des autorités. Donc... 0,23% d'effets indésirables. 

Aussi petit soit le nombre de cas répertoriés, chacun d'eux fait l'objet d'un suivi particulier. Ne serait-ce que pour savoir s'il s'agit d'une perturbation bénigne (et relevant des contrecoups connus) ou de formes plus préoccupantes. En presque un an, 430 cas graves ont ainsi été repérés. Chiffre qui inclut, pour ce bulletin tenu entre le 4 octobre et le 1er novembre dernier, un décès supplémentaire (11 au total, sur les 864 victimes recensées à ce jour) et onze nouvelles hospitalisations (115).

Mais à lire les 17 pages du rapport, un fait inédit est signalé : le cas de deux femmes enceintes et ayant fait l'objet d'une prise en charge à l'hôpital à la suite d'une piqûre anti-covid. Dans un cas, la mort in utero d’un fœtus a été déplorée, dans l'autre des malformations ont conduit à une interruption de grossesse. Toutefois, insistent les autorités, «les données actuelles ne permettent pas de conclure que ces événements sont liés aux vaccins, s’agissant de faits qui peuvent arriver dans la population générale».

Aucune alarme particulière n'a donc été remontée auprès des professionnels de la maternité. Sachant qu'au Grand-Duché, déjà 2.041 femmes enceintes ont reçu au moins une dose de vaccin anti-covid durant leur grossesse. 

Comme depuis le début de la pandémie, ce sont très largement des femmes qui ont signalé des perturbations à la suite de la vaccination. Que ce soit à leur médecin ou à l'adresse mail spécialement ouverte à cet effet

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Comme nombre de pays de l'UE, le Luxembourg peine toujours à atteindre le seuil de 85% de personnes vaccinées voué à contenir la propagation du covid-19. Un phénomène qui encourage les opposants à la vaccination, au moment où le pays connaît une nouvelle vague d'infections.
25.11.2021, Bayern, Rosenheim: Eine medizinische Fachangestellte zieht in einer Kabine im Impfzentrum, das in einem Zelt auf dem Loretowiese untergebracht ist, eine Spritze mit dem Impfstoff Moderna auf. Foto: Peter Kneffel/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le vaccin de Pfizer a été approuvé pour les enfants de 5 à 11 ans par le régulateur européen du médicament. Le Luxembourg serait prêt à passer à cette nouvelle étape, onze mois après le début de la campagne vaccinale.
An Israeli health worker administers a dose of the Pfizer/BioNTech Covid-19 vaccine to a six-year-old child at Clalit Health Services in Jerusalem on November 23, 2021, as Israel begins coronavirus vaccination campaign for children aged five to 11. - Israel on November 14 gave the green light to start vaccinating children aged between five and 11 against Covid-19 using Pfizer/BioNTech jabs, following the example of the United States. It was one of the first countries to launch a vaccination campaign last year using the jabs thanks to a deal with Pfizer that gave it access to millions of doses in exchange for data on the vaccine's efficacy. (Photo by MENAHEM KAHANA / AFP)
48.226 personnes ont déjà bénéficié de la "dose complémentaire". Un passage nécessaire estime le Pr Markus Ollert du Luxembourg Institute of Health. Ce spécialiste de l'immunologie revient sur ce que la campagne vaccinale a révélé.
Entre décembre et septembre, 1.864 signalements ont été reçus par le ministère de la Santé. Dans neuf cas cependant, la personne vaccinée est décédée des suites de l'injection. A relativiser par rapport aux 773.945 doses administrées alors.
29.09.2021, Baden-Württemberg, Stuttgart: Spritzen mit Impfstoff gegen Covid 19 werden im Impfzentrum am Robert-Bosch-Krankenhaus vorbereitet. Am 30. September schließen die Impfzentren im Land. Foto: Bernd Weißbrod/dpa +++ dpa-Bildfunk +++