Changer d'édition

Le vaccin arrivera directement de Belgique
Luxembourg 5 4 min. 18.12.2020 Cet article est archivé

Le vaccin arrivera directement de Belgique

Si le Luxembourg devrait disposer d'1,3 million de vaccins, cette quantité sera répartie entre laboratoires agréés au fil des semaines.

Le vaccin arrivera directement de Belgique

Si le Luxembourg devrait disposer d'1,3 million de vaccins, cette quantité sera répartie entre laboratoires agréés au fil des semaines.
Photo : AFP
Luxembourg 5 4 min. 18.12.2020 Cet article est archivé

Le vaccin arrivera directement de Belgique

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Les premières doses vaccinales livrées au Grand-Duché n'auront probablement que 260 km de route à faire. C'est en effet l'usine Pfizer de Puurs, en région flamande, qui devrait produire les doses validées par l'Agence du médicament.

Le suspense ne fait guère de doute. La présidente de la Commission a promis, jeudi, un vaccin anti-covid pour le 27 décembre, une seule composition est en cours d'habilitation par l'Agence européenne des médicaments qui doit se décider ce 21 décembre. Donc, lundi, la formule proposée conjointement par les laboratoires Pfizer/BioNTech devrait être retenue. C'est alors vers Puurs que tous les regards se tourneront, compris ceux du Luxembourg.


A medical professional prepares a syringe with a dose of the Pfizer/BioNTech Covid-19 vaccine, before it is administered to a patient at Croydon University Hospital in south London on December 8, 2020. - Britain on December 8 hailed a turning point in the fight against the coronavirus pandemic, as it begins the biggest vaccination programme in the country's history with a new Covid-19 jab. (Photo by Dan CHARITY / POOL / AFP)
L'employeur ne doit pas se mêler de vaccination
Choisir ou non de se faire vacciner relève de la vie privée et ne constitue nullement une obligation professionnelle. «Cela même pour les professions de santé», indique la Chambre des salariés.

Car c'est de l'usine Pfizer de cette cité du nord de la Belgique (entre Anvers et Bruxelles) que proviendra la première vague de vaccins espérés par le Grand-Duché, comme pour le reste de l'Union.  

D'ores et déjà, le Haut-Commissariat à la protection nationale a balisé le terrain sur le territoire national. Validant l'organisation qui sera appliquée dans le premier centre de vaccination à ouvrir dans le pays  (au Hall Victor-Hugo, dans la capitale) et en déterminant déjà les lieux où seront d'abord centralisés l'ensemble des flacons du précieux sérum.

En Belgique, l'entreprise Pfizer se prépare à cette commande depuis des mois. Elle a d'ailleurs renforcé ses lignes de production et ses effectifs en conséquence (plus de 3.000 employés). Et pas la peine de douter de ses capacités : l'usine produit déjà habituellement 400 millions de vaccins et autres médicaments injectables chaque année.

La firme ne se contentera pas de gérer la production et le conditionnement des vaccins, elle assurera aussi le transport. En camion frigorifique pour le Luxembourg. Soit 260 km de trajet assurés par des partenaires retenus par le seul géant pharmaceutique. «Nous utiliserons des capteurs thermiques équipés d'un GPS afin de suivre l'emplacement et la température de chaque cargaison sur l'itinéraire prédéfini», indique une porte-parole de l'entreprise. 

Pour l'entreposage, à chaque Etat de s'équiper de telle sorte que le vaccin puisse être stocké dans les conditions requises. A commencer par le respect des -75°C recommandés pour préserver jusqu'à six mois les qualités des milliers d'ampoules reçues.

Au Grand-Duché, choix a été fait de s'équiper notamment des réfrigérateurs ultra-basse température fabriqués, à Hosingen, par la firme luxembourgeoise B Medical Systems

Gare à la température

Ensuite, en fonction des lieux de conservation du vaccin et de leur injection (hôpital, centre de vaccination, équipes mobiles), d'autres contenants seront à déployer. Et la firme de rassurer : «Les conteneurs thermiques Pfizer, dans lesquels les doses arriveront, peuvent être utilisés comme unités de stockage temporaire en les remplissant de glace sèche tous les cinq jours». De quoi permettre un stockage efficace pour 30 jours maximum.

Le vaccin peut également être remisé entre 2 à 8°C sans rien perdre de ses qualités pendant cinq jours. Un réfrigérateur «classique» suffirait alors. «Mais, avertit Pfizer, une fois décongelés et stockés dans ces conditions, les flacons ne peuvent plus être recongelés et réemployés.» C'est noté. Bon, alors il arrive quand ce vaccin (gratuit et non obligatoire)? Les soignants l'attendent en priorité, pour eux-mêmes comme pour voir se calmer l'épidémie covid qui compte à ce jour 428 victimes et 8.242 infections actives dans le pays. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le ministère de la Santé reconnait que 115 doses du traitement (coûteux et remis en cause par l'OMS) ont été commandées. Le médicament est employé dans le cadre de l'étude Discovery sur la lutte contre le covid-19.
Vials of the drug Remdesivir lie during a press conference about the start of a study with the Ebola drug Remdesivir in particularly severely ill patients at the University Hospital Eppendorf (UKE) in Hamburg, northern Germany on April 8, 2020, amidst the new coronavirus COVID-19 pandemic., Image: 513025894, License: Rights-managed, Restrictions: , Model Release: no, Credit line: Ulrich Perrey / AFP / Profimedia
Avant d'établir sa stratégie de vaccination, le gouvernement avait promis de s'appuyer sur l'avis du comité national d'éthique. Ses membres ont eu 12 jours pour étudier cette problématique contrainte par le faible nombre de doses vaccinales attendues dans un premier temps.
HANDOUT - 29.11.2020, Rheinland-Pfalz, Mainz: Ein Mitarbeiter des Mainzer Unternehmens Biontech hält ein Fläschen mit Corona-Impfstoff in der Hand. (zu dpa «Auch Golf-Staat Bahrain lässt Impfstoff von Biontech und Pfizer zu») Foto: BioNTech SE/dpa - ACHTUNG: Verwendung nur bis zum 09.12.2020 +++ dpa-Bildfunk +++
Le Luxembourg réservera ses premières doses de vaccin anti-covid aux personnels de santé, résidents comme frontaliers. Dans l'espoir de créer un premier «bouclier sanitaire» face à l'infection.
Nurse Care Coordinator, Silvana Di Florio (C), wearing protective gear, prepares to enter in the COVID-19 Intensive Care Unit (ICU) of the Tor Vergata hospital on November 24, 2020 in Rome. - Italy, the first European country to be hit by the global coronavirus pandemic, on November 23, 2020 passed the threshold of 50,000 deaths from Covid-19. Most took place earlier this year, but around 15,000 deaths have been reported since the beginning of September. (Photo by ANDREAS SOLARO / AFP)