Changer d'édition

«Le transport transfrontalier a besoin de projets concrets»
Luxembourg 4 min. 12.03.2015 Cet article est archivé
Un monorail entre Luxembourg-ville et Thionville?

«Le transport transfrontalier a besoin de projets concrets»

La proposition de la députée UMP fait référence à un projet de monorail canadien, élaboré par un physicien canadien et soutenue par un ex-député.
Un monorail entre Luxembourg-ville et Thionville?

«Le transport transfrontalier a besoin de projets concrets»

La proposition de la députée UMP fait référence à un projet de monorail canadien, élaboré par un physicien canadien et soutenue par un ex-député.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 4 min. 12.03.2015 Cet article est archivé
Un monorail entre Luxembourg-ville et Thionville?

«Le transport transfrontalier a besoin de projets concrets»

Proposée par Anne Grommerch, l'idée d'un monorail reliant Thionville à Luxembourg-Ville n'est pas réalisable d'après François Bausch. On vous explique pourquoi.

(VO) - Proposée par Anne Grommerch, l'idée d'un monorail reliant Thionville à Luxembourg-Ville n'est pas réalisable d'après François Bausch. On vous explique pourquoi.

Un monorail suspendu entre Thionville et Luxembourg-Ville pourrait-il être la solution aux problèmes de circulation, de bouchons que rencontrent quotidiennement les frontaliers?

L'idée émise il y a un an par la députée UMP Anne Grommerch lors d'un conseil communal est commentée aujourd'hui par le ministre du Développement durable et des Infrastructures, François Bausch:

«Je suis très surpris de la sortie médiatique de Madame Anne Grommerch. En effet, celle-ci avait lancé cette idée lors d'un débat dans le cadre d'une discussion sur des nouvelles solutions pour la mobilité transfrontalière sans en avoir thématisé le sujet au préalable avec les responsables politiques au Grand-Duché de Luxembourg».

La proposition de la députée UMP fait référence à un projet de monorail canadien, élaboré par un physicien canadien et soutenue par un ex-député. D'après le site internet qui soutient ce projet du monorail, celui-ci nécessiterait tout d'abord un programme de recherche et de développement qui exigerait un investissement de 200 à 225 millions de dollars et qui se poursuivrait sur une période de 5 ans afin de développer tous les systèmes nécessaires et afin de réaliser un banc d'essai de cinq kilomètres pouvant permettre d'optimiser les éléments du système et de faire la démonstration de l'efficacité et du fonctionnement du monorail.

Pour le ministre luxembourgeois, «Il ne s'agit donc pas d'un projet mais clairement d'une idée pour laquelle une recherche très importante devra être menée et dont la faisabilité devra encore être démontrée avec tous les risques qui y sont rattachés. Or notre transport public transfrontalier nécessite aujourd'hui la mise en œuvre de projets concrets, éprouvés dont les budgets et plannings sont contrôlables. A cet effet, le gouvernement luxembourgeois a retenu en concertation avec les autorités françaises un nombre importants de projets pour améliorer la mobilité franco-luxembourgeoise».

Dédoublement de la ligne ferroviaire

Ainsi, on peut citer entre autre le dédoublement de la ligne ferroviaire Luxembourg-Bettembourg, l'agrandissement et la construction des P&R ainsi que des extensions de l'offre de service sur le rail et les lignes de bus transfrontalières, la construction du tramway dans la capitale ainsi que l'élargissement à 3 voies de l'autoroute A4.

«Des projets s’intégrant dans la stratégie MODU et dans le SMOT réalisé entre le Luxembourg et la Lorraine et réalisables à court ou moyen terme puisque les procédures sont soit en cours ou conclues», poursuit François Bausch, «Nous disposons pour tous ces projets de lois de financement et ils sont prévus dans le programme pluriannuel des dépenses de l'Etat. Tous ces investissements sont donc consacrés à des projets d'infrastructure concrets améliorant la qualité du service, ayant une plus-value importante et permettant ainsi une augmentation considérable des capacités de transport».

Monorail: trop peu d'informations

En ce qui concerne la transposition du projet canadien sur la relation Thionville-Luxembourg, le ministre déplore un manque d'informations et divers inconvénients:

«On peut d'ores et déjà noter que ce monorail ne présente pas un avantage considérable en ce qui concerne le temps de parcours annoncé (20 min) étant donné que les trains nécessitent aujourd'hui 25 minutes. De plus, le train présente une capacité dix fois plus élevée que le monorail (678 contre 60/75 places assises). Il faudrait donc mettre en place un nombre très important de navettes roulant à une cadence élevée. Or, on sait que les cadences élevées combinées avec les vitesses élevées présentent toujours un risque en termes de fiabilité et de sécurité».

Une trentaine de ponts à enjamber

En ce qui concerne les infrastructures, la ligne du monorail devrait enjamber une trentaine de ponts, ce qui engendrerait des surcoûts importants. Mais le ministre Vert y voit un autre inconvénient: «Comme la structure soutenant les rails devrait être installée à une hauteur permettant de surpasser les ponts, l'impact visuel pour la population de même que les conséquences négatives pour les oiseaux et ainsi sur l'environnement ne seraient pas à négliger».

Des piliers dangereux

De plus, le terre-plein central de l'autoroute qui devrait accueillir les piliers supportant les deux rails à implanter dans le terre-plein central de l'autoroute pourraient représenter un danger d'après le ministre: »Tout obstacle latéral peut représenter un risque pour un véhicule en détresse. En conséquence les piliers sont à protéger par un dispositif de retenue (mur de protection en béton ou mur californien). Le terre-plein central n'est pas suffisamment large pour accueillir un tel dispositif», note François Bausch avant de conclure: «Cette idée n'est nullement prête à être réalisée, le coût d'investissement est totalement inconnu et ne constitue donc aucunement une alternative, ni à court terme, ni à moyen voire long terme à tous les projets en voie de réalisation sur base du MoDu précité».


Sur le même sujet

Le Grand-Duché s'est engagé à verser cette enveloppe pour renforcer les liaisons ferroviaires entre la Moselle et le Luxembourg. Et cela passera notamment par la mise en place de trains à conduite semi-automatisée.
Un séminaire intergouvernemental a eu lieu ce mardi matin à Paris dans le cadre de la visite d'Etat du Luxembourg en France. Des accords ont été signés entre les deux pays, notamment sur le cofinancement d'infrastructures pour le trafic frontalier. Explications de notre envoyée spéciale.