Changer d'édition

Le transport gratuit, formidable «produit d'appel»
Luxembourg 2 5 min. 27.02.2020 Cet article est archivé

Le transport gratuit, formidable «produit d'appel»

En 2019, le nombre d'usagers du tram a progressé de 30% par rapport à l'année d'avant.

Le transport gratuit, formidable «produit d'appel»

En 2019, le nombre d'usagers du tram a progressé de 30% par rapport à l'année d'avant.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 2 5 min. 27.02.2020 Cet article est archivé

Le transport gratuit, formidable «produit d'appel»

Maurice FICK
Maurice FICK
L'annonce de la gratuité des transports publics, qui deviendra réalité ce 1er mars, a provoqué un battage médiatique sans précédent. Elle a, en réalité, permis de faire la promotion de la stratégie de mobilité du gouvernement et de l'image du pays à l'échelle du globe.

L'onde de l'annonce des transports publics gratuits pour les moins de 20 ans au printemps 2018 n'avait pas passé les limites de la Grande Région. Six mois plus tard, celle de la gratuité de tous les transports publics à l'horizon 2020 a fait un carton mondial. Les médias les plus influents de la planète se sont soudainement tournés vers le Luxembourg, ses gros soucis de trafic et «la» solution envisagée par son gouvernement. Cheval de bataille électoral du DP et du LSAP.


L'achat d'un ticket de transport: un geste que les usagers des CFL n'auront plus besoin d'accomplir dès le 1er mars pour les trajets intérieurs, à l'exception des voyages en première classe
Gratuité des transports, mode d'emploi
Dès le 1er mars, bus, trains et trams seront gratuits au Luxembourg. Une première mondiale qui ne va pas sans soulever plusieurs interrogations chez les usagers. Voici un tour d'horizon des tenants et aboutissants de cette mesure qui ne concerne pas les liaisons transfrontalières.

Le petit pays, longtemps perçu par le seul prisme du paradis fiscal, s'est taillé une nouvelle réputation avec un gros titre de rêve: «Le premier pays au monde à rendre le transport public gratuit». 

Le Forum économique mondial, fondation installée à Genève et réunissant des responsables politiques du monde entier, des dirigeants d'entreprise et des intellectuels pour débattre des problèmes les plus urgents de la planète, a mis en avant la «solution de contrôle du trafic» luxembourgeois. Faisant la part belle à un plan Bettel qui donne la priorité à l'environnement.

«C'est vraiment un incroyable hype médiatique. Nous avons eu des dizaines d'articles dans des grands journaux et magazines tels que New York Times, The Guardian, Time, Financial Times, la Frankfurter Allgemeine Zeitung, etc. et des reportages sur BBC, CNN ou ARD sans compter une chaîne de Hong Kong sur laquelle le sujet a été vu par 20 millions de téléspectateurs», raconte Dany Frank, en charge des relations publiques au ministère de la Mobilité.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

La machine s'est remise en route il y a plusieurs jours en prévision de la conférence de presse internationale que donnera François Bausch ce jeudi à 14 heures juste avant le lancement effectif des transports gratuits. Médias internationaux et agences de presse sont accrédités et, confie Dany Frank, «des interviews sont programmées pour ces samedi, dimanche et lundi inclus. Les demandes pleuvent». Même s'il y a eu quelques désistements, entre-temps, dûs au coronavirus.

Faire parler du Luxembourg à l'étranger via ses transports qui ne coûteront plus un cent aux usagers, «c'est le nation branding par excellence ! De cette manière, nous avons mis le Luxembourg sur la carte mondiale et tout le monde se demande où se trouve notre pays», pose la responsable de la communication ministérielle.

«C'est une mesure sociale mais qui va aussi nous aider à voir la mobilité différemment. Surtout la manière dont je me déplace dans l'espace urbain où nous avons le plus de problèmes aujourd'hui avec les embouteillages», résumait il y a plus d'un an, François Bausch (Déi Gréng), ministre de la Mobilité, au micro de France 3. Avant d'enchaîner sur un discours bien rôdé sur le défi du transfert des usagers de la route vers la multimodalité, maître mot de sa politique.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

En même temps que son «scoop», l'artisan Bausch avait dévoilé, en utilisant le registre pâtissier, sa stratégie de communication dès le 21 janvier 2019. «La gratuité des transports publics n'est pas la solution miracle pour faire basculer tous les usagers vers les transports publics, nous le savons très bien. Mais il s'agit de la cerise sur le gâteau de notre stratégie et de nos investissements», avait expliqué le ministre de la Mobilité devant une salle de presse comble  au 22e étage de la tour ministérielle au Kirchberg. 

Il fallait entendre: la gratuité a un prix pour l'Etat luxembourgeois estimé à 41 millions d'euros mais c'est le «produit d'appel» de la stratégie de mobilité que le gouvernement s'évertue patiemment à concrétiser. Une stratégie largement diffusée par François Bausch via différents canaux, dont les nombreuses conférences auxquelles il a participé comme orateur au cours de la dernière année.

Outre l'effet médiatique, cette promotion de la politique de transport a-t-elle eu un effet sur le tourisme au Luxembourg ? C'est trop tôt pour le dire. «L'effet de l'annonce de la gratuité du transport public sur le tourisme n'a pas encore pu être mesuré, mais nous sommes convaincus que cette mesure aura, en combinaison avec nos offres touristiques, un effet positif sur l'attractivité du Grand-Duché du Luxembourg en tant que destination touristique», estime Lex Delles (DP).

Le ministre du Tourisme est d'avis que la gratuité permettra de mettre en  valeur «certaines offres touristiques, notamment celles du domaine du tourisme actif, comme par exemple les sentiers de randonnée CFL de gare en gare. Partir en randonnée et revenir à son point de départ en train est une solution souvent appréciée par de nombreux promeneurs au Luxembourg».

Les offices régionaux de tourisme sont d'ailleurs en train de planifier l'élargissement du réseau de bus RGTR afin d'y intégrer «encore plus d'attractions touristiques, comme par exemple le Schiessentümpel, où un nouvel arrêt de bus est en planification», confie le ministre.

> Le site internet mobilitegratuite.lu donne toutes les infos pratiques sur l'entrée en vigueur de la gratuité dans les transports.


Sur le même sujet

Gratuité des transports, mode d'emploi
Dès le 1er mars, bus, trains et trams seront gratuits au Luxembourg. Une première mondiale qui ne va pas sans soulever plusieurs interrogations chez les usagers. Voici un tour d'horizon des tenants et aboutissants de cette mesure qui ne concerne pas les liaisons transfrontalières.
L'achat d'un ticket de transport: un geste que les usagers des CFL n'auront plus besoin d'accomplir dès le 1er mars pour les trajets intérieurs, à l'exception des voyages en première classe
Le ticket transfrontalier (bien) moins coûteux
Les tarifs transfrontaliers des bus et trains seront revus à la baisse au 1er mars 2020. Conséquence directe de la gratuité des transports au Grand-Duché, annonce le Verkéiersverbond, lundi. Si l'attractivité des transports en commun grimpe, elle fait craindre une saturation.
Une foule sur les quais où passent les trains transfrontaliers n'est pas une rareté, mais elle pourrait se multiplier en cas d'afflux de nouveaux voyageurs.
40% des ménages gagnants avec la gratuité du transport
Le Statec estime que la mesure qui entrera en vigueur le 1er mars 2020 fera économiser 100 euros à un foyer de résidents moyen. Reste à savoir si beaucoup de Luxembourgeois sont prêts à abandonner la voiture pour bus, train ou tram.
Actuellement, 56% des résidents n'ont jamais recours à un moyen de transport en commun pour leurs déplacements.
«A Luxembourg-Ville, les bus seront aussi gratuits»
«Oui, les bus de la Ville de Luxembourg seront aussi gratuits pour les usagers à compter du 1er mars 2020», assure Patrick Goldschmidt, échevin en charge de la circulation et des Autobus de la Ville de Luxembourg. Avant de glisser qu' «il n'y a pas eu de contacts avec le ministre» à ce sujet.
Des tarifs préférentiels ont déjà cours dans les Autobus de Luxembourg-Ville: les seniors paient par exemple leur abonnement annuel 100 euros pour autant de voyages qu'ils souhaitent.