Changer d'édition

Le transport du futur vaccin anticovid reste un défi
Luxembourg 3 min. 13.11.2020 Cet article est archivé

Le transport du futur vaccin anticovid reste un défi

Cargolux est «habituée à transporter des produits pharmaceutiques par avion», souligne Richard Forson, CEO de l'entreprise luxembourgeoise.

Le transport du futur vaccin anticovid reste un défi

Cargolux est «habituée à transporter des produits pharmaceutiques par avion», souligne Richard Forson, CEO de l'entreprise luxembourgeoise.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 3 min. 13.11.2020 Cet article est archivé

Le transport du futur vaccin anticovid reste un défi

Transporter le précieux liquide ne s'improvise pas. S'il existe des possibilités, le stockage reste néanmoins une option à ne pas négliger, assure jeudi le directeur général de la compagnie aérienne luxembourgeoise Cargolux.

(ASdN) - L'espoir d'un vaccin contre le covid-19 grandit. Mais alors que le produit prometteur, développé par Pfizer, se trouve toujours en cours d'essais cliniques, l'attention se tourne déjà vers la manière dont une dose peut être fabriquée et transportée dans les quantités nécessaires pour permettre une vaccination d'une grande partie du monde.

Le premier problème consiste en son transport. «Aucun avion, même un cargo spécialement construit» ne pourrait conserver les vaccins à la température de -80°C spécifiée par la société pharmaceutique américaine pour son vaccin, affirme jeudi Richard Forson et cité par Bloomberg. Pour le directeur général de Cargolux Airlines International, entreprise basée au Luxembourg, la «seule option viable» résiderait donc en une expédition dans des «boites personnalisées».

Pas de demande concrète

«Le conteneur lui-même peut rester à température ambiante parce qu'il est protégé à l'intérieur», rassure néanmoins le dirigeant de la compagnie aérienne luxembourgeoise, toujours cité par Bloomberg lors d'un webinaire du London Aviation Club, ajoutant que la capacité ne serait pas un problème. «Tous les avions de passagers dans le monde seront mobilisés pour transporter ces vaccins», a-t-il déclaré.   

Au Luxembourg, les ressources logistiques - qui jouent un rôle clef dans le transport de matériel sanitaire depuis le début de la crise - sont bien en place. «Nous avons beaucoup de capacités dans ce contexte», assure ainsi Gilles Feith, CEO de Luxair. Pour autant, «on n'a pas eu de demande concrète à ce jour», confirme ce vendredi celui également en charge du Cargo Center.


Cargolux en tant que pont aérien (26.04.2020)
La logistique a renforcé la lutte contre le covid-19
L'une assure le pont aérien, l'autre sert la logistique nationale. Les sociétés Cargolux et CFL multimodal jouent un rôle primordial dans le transport, le stockage et la livraison de matériels sanitaires depuis le début de la crise du covid-19.

Un autre obstacle potentiel pourrait être «l'apparition de goulots d'étranglement ailleurs dans la chaîne d'approvisionnement», a par ailleurs alerté Richard Forson lors du webinair. Selon l'entreprise Pfizer, la boîte contenant le vaccin n'aura en effet qu'une durée de vie de dix jours et elle ne pourra être qu'ouverte que de manière limitée.

Le défi du stockage

«Nous sommes assez habitués à transporter des produits pharmaceutiques par avion», a-t-il affirmé, se voulant rassurant. «L'important, c'est le dernier kilomètre, pour l'amener à l'hôpital ou à la clinique où il sera utilisé». Pour lui, la meilleure solution serait néanmoins que le vaccin soit fabriqué dans le plus grand nombre d'endroits possible, «plutôt que de produire des milliards de doses et de les faire voler autour du monde». 

Mais même dans ce cas, le stockage constituera un énorme défi, affirme Richard Forson. «Vous devez avoir une capacité de refroidissement», a précisé celui qui exploite également un réseau mondial d'entreposage et de distribution par la route, en plus de sa flotte de 30 avions-cargos. En l'occurrence, si l'acquisition d'un tel équipement pourra se faire en Occident, cela risque de poser davantage de problème en Afrique, en Amérique du Sud ou dans d'autres pays en développement.    


(FILES) In this file photo taken on August 8, 2020, a nurse shows a COVID-19 coronavirus vaccine produced by Chinese company Sinovac Biotech at Sao Lucas Hospital in Porto Alegre, southern Brazil. - Chinese pharmaceutical firm Sinovac Biotech on November 10, 2020 stood by the safety of its Covid-19 vaccine after Brazilian regulators halted trials in the South American country citing an "adverse incident" involving a volunteer recipient. (Photo by SILVIO AVILA / AFP)
Vague d'espoir liée au vaccin anti-covid-19
L'annonce par le groupe pharmaceutique Pfizer que son sérum réduisait de 90% le risque de tomber malade du virus suscitait mardi un immense optimisme à travers le monde, l'Union européenne estimant qu'elle pourrait avoir un vaccin autorisé d'ici «début 2021».

Pour rappel, Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ont apporté en début de semaine des nouvelles prometteuses sur un éventuel vaccin contre le covid-19. L'étude, réalisée dans le cadre d'un essai sur des dizaines de milliers de volontaires, a ainsi montré que leur vaccin serait efficace à plus de 90%.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Rien avant le premier trimestre 2021. Tel est le nouveau délai annoncé par la ministre de la Santé concernant la livraison des 420.000 doses vaccinales promises par l'Europe pour lutter contre la propagation du covid-19.
impfen
L'annonce par le groupe pharmaceutique Pfizer que son sérum réduisait de 90% le risque de tomber malade du virus suscitait mardi un immense optimisme à travers le monde, l'Union européenne estimant qu'elle pourrait avoir un vaccin autorisé d'ici «début 2021».
(FILES) In this file photo taken on August 8, 2020, a nurse shows a COVID-19 coronavirus vaccine produced by Chinese company Sinovac Biotech at Sao Lucas Hospital in Porto Alegre, southern Brazil. - Chinese pharmaceutical firm Sinovac Biotech on November 10, 2020 stood by the safety of its Covid-19 vaccine after Brazilian regulators halted trials in the South American country citing an "adverse incident" involving a volunteer recipient. (Photo by SILVIO AVILA / AFP)
Pour la troisième fois, ce 7 octobre, Etat, syndicats et patronat se retrouvent autour de la table pour évoquer le sort à réserver aux personnels Luxair, Cargolux et Luxairport. Quelque 4.800 emplois en plein brouillard sur leur avenir.
Wi , Konsequenzen Lux-Airport und Luxair nach Coronakrise , Flughafen Luxemburg , Sars-Cov-2 , Covid-19 , Foto:Guy Jallay/Luxemburger wort
Son long nez caractéristique est tout bleu parce qu'il porte un masque de protection. Un des gros porteurs de la compagnie de fret aérien luxembourgeoise porte ainsi un message contre le covid-19.
L'une assure le pont aérien, l'autre sert la logistique nationale. Les sociétés Cargolux et CFL multimodal jouent un rôle primordial dans le transport, le stockage et la livraison de matériels sanitaires depuis le début de la crise du covid-19.
Cargolux en tant que pont aérien (26.04.2020)