Changer d'édition

Le télétravail ne doit pas empêcher de rester actif
Luxembourg 3 min. 28.09.2020

Le télétravail ne doit pas empêcher de rester actif

Pour le Dr Nicole Majery, rester actif ne signifie pas nécessairement pratiquer un sport, mais «mettre du mouvement dans sa vie quotidienne».

Le télétravail ne doit pas empêcher de rester actif

Pour le Dr Nicole Majery, rester actif ne signifie pas nécessairement pratiquer un sport, mais «mettre du mouvement dans sa vie quotidienne».
Photo: Licence CC
Luxembourg 3 min. 28.09.2020

Le télétravail ne doit pas empêcher de rester actif

Anne-Sophie de Nanteuil
Anne-Sophie de Nanteuil
Depuis la pandémie sanitaire et la mise en place du travail à domicile, les comportements sédentaires des résidents et frontaliers augmentent. Avec pour conséquences, alertent les médecins, des risques pour leur santé.

Pour rester en forme, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande de marcher 10.000 pas par jour, soit l'équivalent de six kilomètres. Sauf que si cet objectif semble déjà compliqué à atteindre en temps normal, il s'annonce encore plus ambitieux actuellement, pandémie oblige. Conséquences indirectes du confinement et de l'extension du télétravail, l'activité physique dans la population active peut parfois se réduire à peau de chagrin.  

Si aucune étude n'existe à ce jour sur le travail à domicile et le manque d'activité physique au Luxembourg, les professionnels de santé s'accordent en revanche sur les effets néfastes de ces comportements sédentaires. A en croire les conclusions de l'analyse réalisée en France par l'institut national de recherche et de sécurité des maladies professionnelles (INRS), ces derniers entraînent notamment des «désordres physiologiques» et «des perturbations métaboliques» qui pourraient être observés «dès les premières semaines». 


Le mal de dos et les yeux fatigués des télétravailleurs
Pour de nombreux salariés, la poursuite de leur activité professionnelle à domicile se trouve synonyme d'une situation provisoire. Mais aussi de quelques conséquences physiques qui ne devraient toutefois pas être permanentes, selon les experts.

Comprenez une prise de poids plus ou moins conséquente, liée à «une moindre activité et une augmentation des apports caloriques», alerte le Dr Bruno Pereira, cardiologue et membre de l'AMMD qui a pu observer le phénomène chez certains de ses patients en télétravail. Dans certains cas extrêmes, cette sédentarité forcée par les circonstances sanitaires peut même aboutir à «une surcharge pondérale, voire une obésité».

Mais le problème ne se limite pas à quelques kilos en trop. Car ceux-ci peuvent entraîner «l'apparition d'une hypertension artérielle, d’un diabète de type 2 ou d’une hypercholestérolémie». Autrement dit, autant de facteurs de risque cardiovasculaire qui augmentent alors «la probabilité à moyen et long terme d’un infarctus du myocarde ou d’un accident vasculaire cérébral.». Or, au Luxembourg, les maladies cardiovasculaires représentent la première cause de décès avec 30,8% en 2017.   

Rester «physiquement actif»

Si elle partage ce constat, le Dr Nicole Majery, médecin du travail au sein de l'Inspection du travail et des mines, alerte quant à elle sur l'apparition de maux de dos. «Si vous ne bougez pas assez, vous n'avez pas une musculature abdominale ou dorsale adaptée», prévient-elle. Mais les risques, ajoute-t-elle, sont également «plus indirects».  

Bien qu'il ne soit pas visible dans l'immédiat, le danger ne doit néanmoins pas être sous-estimé. Le risque de «développer des cancers» est ainsi réel, prévient le docteur Majery. En particulier, du sein, ce qui a été «assez bien prouvé». Selon l'OMS, le manque d'activité physique serait en effet responsable de 21 à 25% des cancers du sein

Pour limiter les effets de la sédentarité, les professionnels du secteur médical recommandent donc de bouger. «Ça ne veut pas nécessairement dire pratiquer un sport», rassure néanmoins Nicole Majery. Selon le docteur, «c'est aussi prendre les escaliers, marcher pour aller faire ses courses...». Autrement dit, «mettre du mouvement dans sa vie quotidienne».  


Manche Firmen befürchten, dass die Ablenkung im Homeoffice zu groß ist und greifen häufiger zu Überwachungsmethoden.
55 jours de travail hors Luxembourg pour tous les frontaliers
Le spectre du covid-19 continue de planer sur l'organisation du travail des frontaliers. Qu'ils soient belges, français ou allemands, l'OGBL vise l'équité de tous face au télétravail et a fait ses calculs.

Car l'enjeu est donc de taille. Selon l'OMS, près de 3,2 millions de personnes meurent chaque année dans le monde en raison d'un manque d’exercice, faisant de la sédentarité l'un des dix facteurs de risques de décès les plus importants. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Le télétravail doit rester une option»
Le Conseil économique et social a livré mardi son avis sur le statut à accorder à l'avenir au travail à domicile. Pour les experts du CES, «un règlement doit accompagner ce mouvement de manière constructive pour les salariés concernés».
L'immobilier de bureau contraint de se réinventer
Si le confinement a obligé toutes les entreprises du pays à adopter le travail à distance, le retour en entreprise s'amorce peu à peu. Avec de nouvelles habitudes qui vont impacter, à moyen terme, les stratégies des entreprises en matière d'organisation du lieu de travail.
Wirtschaft, Veränderungen am Büroimmobilienmarkt, Bürogebäude, Cloche d'or, Ban de Gasperich, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Le commerce en overdose de télétravail
Le recours au télétravail a permis de contenir l'épidémie de covid au Luxembourg. Mais l'éloignement persistant de milliers de salariés pénalise durement des commerçants et restaurateurs pour qui l'absence physique de clients devient un virus fatal.
L'accord sur le télétravail prolongé côté belge
A défaut de recevoir la Première ministre belge mercredi (visite annulée), le Luxembourg a reçu confirmation de Bruxelles que le gouvernement belge renouvelait l'accord sur le home-working jusqu'au 31 décembre. A la France de suivre maintenant, l'Allemagne poursuivant elle aussi le dispositif.
A chacun sa responsabilité dans le télétravail
Qui fournit l'ordinateur? Qui veille à la connexion internet ou aux branchements électriques? Qui assure les réparations éventuelles? Autant de questions auxquelles le ministre du Travail, Dan Kersch, vient de répondre.
Coronavirus Home office - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le télétravailleur est-il bien assuré ?
Le travail à distance a modifié le quotidien de milliers de salariés, résidents comme frontaliers. Mais loin de son entreprise, un salarié dispose-t-il toujours de la même couverture en cas d'accident du travail? L'AAA a toutes les réponses.
«Le télétravail doit se faire sur une base volontaire»
Le Conseil économique et social planche actuellement sur la thématique du travail à distance. Pour son président, Jean-Jacques Rommes, «la réglementation rigide doit être simplifiée» mais la question reste «extrêmement complexe», en particulier concernant les frontaliers.