Changer d'édition

Le télétravail des fonctionnaires reste négociable
Luxembourg 2 min. 07.06.2021

Le télétravail des fonctionnaires reste négociable

Pour la première fois avec le lockdown ou la crise covid, une grande partie des fonctionnaires d'Etat a pu goûter au home-office. Des négociations sont en cours sur ce dossier.

Le télétravail des fonctionnaires reste négociable

Pour la première fois avec le lockdown ou la crise covid, une grande partie des fonctionnaires d'Etat a pu goûter au home-office. Des négociations sont en cours sur ce dossier.
Photo : dpa
Luxembourg 2 min. 07.06.2021

Le télétravail des fonctionnaires reste négociable

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Depuis octobre, la fonction publique a la possibilité de réaliser quatre jours maximum de travail à domicile chaque semaine. Mais le ministre Marc Hansen n'est pas fermé à une négociation.

Qu'on l'ait adopté ou pas, le télétravail fait désormais partie intégrante des pratiques professionnelles. Dans le privé comme dans le secteur public. Une étude avait d'ailleurs souligné, en novembre dernier, combien les fonctionnaires communaux avaient apprécié le passage à cette nouvelle forme d'organisation. Du côté du ministère de la Fonction publique, la crise covid a mis en évidence la souplesse des services à s'adapter à ce travail à distance jusque-là cité dans les tests mais plus rarement mis en place.


Beaucoup de témoignages après confinement parlent du plaisir d'avoir échappé aux horaires mais mettent surtout en avant la difficulté de travailler chez soi.
Huit salariés sur dix pour le maintien du télétravail
Imposé par le confinement et maintenu dans une partie des secteurs d'activité, le travail à domicile séduirait ceux qui le pratiquent. Les avantages seraient ainsi plus importants que ses inconvénients, révèle l'étude de la Chambre des salariés de Luxembourg publiée ce mardi.

Toutefois à l'avenir, le télétravail pourrait prendre plus d'ampleur dans l'administration d'Etat. Et le ministre de tutelle, Marc Hansen (DP) s'en est expliqué dans une récente réponse parlementaire. Certes, il ne sera certainement pas question de systématiser la situation qu'a tolérée le gouvernement, du 26 décembre au 10 janvier. En pleine reprise des infections covid, il avait été toléré que les fonctionnaires (dont la fonction le permettait) puisse pratiquer le home-office à temps plein. A crise exceptionnelle, réaction exceptionnelle.

Mais, reste que depuis fin octobre 2020, le télétravail reste possible jusqu'à quatre jours hebdomadaires pour les fonctionnaires. Avec l'aval de leur chef de service, cela va de soi. Mais, demain, la donne pourrait changer. La discussion fait même partie intégrante de l'accord salarial signé en mars 2021 entre Etat et syndicats. En parallèle du gel des salaires jusqu'en 2022, le texte indiquait en effet que le télétravail allait obtenir «un nouveau cadre réglementaire».


Homeoffice
«Ce qui manque reste le contact avec les collègues»
S'il possède un certain nombre d’avantages, le télétravail a aussi son revers de la médaille. Pascal Recchia, psychologue du travail, revient sur ces nouveaux obstacles que rencontrent depuis près d'un an celles et ceux qui travaillent à distance.

Au député Marc Goergen (Pirate) qui l'interpellait sur le sujet, le ministre Hansen a assuré que des négociations avaient débuté à ce sujet. Un dialogue entamé avec la CGFP mais «pas encore terminé». Impossible donc de trancher pour l'heure unilatéralement sur un quota hebdomadaire ou annuel précis, mais voilà qui ne saurait tarder. De quoi certainement ravir la classe des fonctionnaires d'Etat dont le nombre ne cesse de croître, de l'ordre de 31.000 employés à ce jour. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le sujet étant trop vaste pour n'être confié qu'aux membres de la commission Travail de la Chambre, un groupe élargi rassemblant des députés d'autres commissions va être créé.
Young daughter plays and works beside her mother in their home office.
La crise covid a bouleversé les modes de travail et vu se multiplier les possibilités de se mettre en retrait de son activité (infection, congé pour raison familiale, quarantaine). Mais ce n'est pas pour autant que les salariés ont déserté leur poste. Au contraire.
Plinpling
Travailler depuis la maison engendre des frais. Mais de l'employeur ou du salarié qui doit assumer les coûts engendrés par cette pratique que la crise covid a développée? Réponse avec Nathalie Moschetti, juriste à la Chambre des salariés.
Imposé par le confinement et maintenu dans une partie des secteurs d'activité, le recours au télétravail fournirait aux salariés qui le pratiquent un «avantage», selon le «Quality of work index 2020», publié mercredi par la Chambre des salariés. Notamment en termes de satisfaction au travail.
Group of businessmen and businesswomen smart working from home. View from side of woman talking to her colleagues about business plan over a video conference.