Changer d'édition

Le télétravail à l'heure des changements
Luxembourg 4 min. 21.05.2020

Le télétravail à l'heure des changements

Seuls 31% des salariés sont restés à leur poste au Luxembourg depuis le début du confinement, mi-mars.

Le télétravail à l'heure des changements

Seuls 31% des salariés sont restés à leur poste au Luxembourg depuis le début du confinement, mi-mars.
Photo: dpa
Luxembourg 4 min. 21.05.2020

Le télétravail à l'heure des changements

Les deux mois de confinement passés ont prouvé l'efficacité du télétravail. Mais le cadre légal reste trop restrictif pour donner à cette forme d'organisation plus d'ampleur à l'avenir.

(pj avec Morgan KUNTZMANN) Le télétravail? Aujourd'hui, on lui prête toutes les vertus. Il a sauvé des vies, selon l'argumentation de la directrice du Liser. Sans doute. Il aura permis à ce que le produit intérieur brut du Luxembourg ne chute pas aussi fortement que dans les autres États de l'UE. Selon la dernière publication du Statec, 69% des salariés du pays seraient ainsi passés à cette forme de travail à domicile ces dernières semaines. Un chiffre boosté par le confinement et à mettre en relation avec les données 2019 quand, en moyenne, il était estimé que 20% de la main-d'oeuvre avait pu opter dans l'année à cette formule.

Mais aussi bénéfique qu'ait pu être ce passage, reste que le télétravail peine à trouver un cadre légal au Grand-Duché. Un problème qu'a dernièrement soulevé à la Chambre le député Marc Spautz (CSV). «Le Home Office apporte beaucoup de bonnes choses aux gens. Economie sur les trajets domicile-travail, moins d'embouteillages, réduction des émissions de CO2. Mais quand votre employeur peut-il vous joindre? Quand pouvez-vous rester hors ligne? Qu'en est-il de la sécurité au travail? Comment s'assurer en cas d'accident? L'employeur est-il autorisé à contrôler le lieu de travail de l'employé?»

Sans même parler des incertitudes subsistant pour les 200.000 frontaliers. Selon son pays de résidence, chacun se retrouve sous une réglementation différente. Certes, pendant l'état de crise, les jours télétravaillés ne seront pas décomptés comme à l'habitude. Mais ce n'est qu'une pause temporaire, il est devenu pressant de régler cette question (qui joue sur la fiscalité des salariés et l'organisation des entreprises) avec les voisins français, belges et allemands. La discussion est d'autant plus urgente que la fin probable de l'état de crise approche (le 24 juin).

Le député Charles Margue (Déi Gréng) s'en préoccupe d'ailleurs. «Sur quel état de crise les accords binationaux sur le télétravail ont-ils été pris? Le français ou le luxembourgeois, par exemple? Car en termes de date de sortie, cela va faire une grande différence.» En conséquence, les députés demandent à ce que les accords bilatéraux avec les Etats voisins soient bien vite renégociés. Avec cet objectif pour le Grand-Duché : voir les salariés belges, français ou allemands bénéficier de plus de jours (hors fiscalité) de télétravail qu'avant la crise. 

 Qui paye quoi?

Sven Clement (Piraten) a déposé un projet de loi en ce sens. Mais selon le député, il y a aussi un aspect social à ne pas négliger : «Alors que les propriétaires qui ont déjà un bureau peuvent le déduire de leurs impôts, d'autres qui travaillent en appartement ou qui ont peu d'espace doivent travailler dans leur cuisine sans déduction possible». 

Marc Baum (Déi Lénk) prolonge la réflexion en rappelant qu'historiquement, l'employé fournit sa main-d'œuvre à son employeur qui, lui, lui offre son cadre. Mais dans la formule télétravail, le travailleur met à disposition non seulement l'espace de travail mais aussi l'électricité nécessaire à l'exécution de ses missions sur ordinateurs, quand ce n'est pas l'accès à son réseau internet personnel. «Comment cela pourrait-il être financé?», s'interroge le parlementaire. Sans oublier les problématiques de santé spécifiques à cette pratique.

La balle est désormais dans le camp des différentes commissions de la Chambre qui devront répondre à tous ces aspects. Que ce soit pour le secteur privé ou l'administration luxembourgeoise, elle aussi amenée à télétravailler plus à l'avenir. Patrons, employés et politiques ont pu juger de la pertinence du dispositif ces dernières semaines, il faut donc battre le fer du temps qu'il est chaud.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le commerce en overdose de télétravail
Le recours au télétravail a permis de contenir l'épidémie de covid au Luxembourg. Mais l'éloignement persistant de milliers de salariés pénalise durement des commerçants et restaurateurs pour qui l'absence physique de clients devient un virus fatal.
«Les feux sont au vert pour le télétravail des frontaliers»
Le ministre du Travail est confiant : les pourparlers entre le Luxembourg et les Etats voisins sur la prolongation de dérogation fiscale des télétravailleurs au-delà du 31 août avancent bien. Au-delà, Dan Kersch explique sa vision sur le juste encadrement du home-office.
ITW Dan Kersch, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
«Il faut réfléchir à des logements modulables»
Si les ouvriers ont pu retrouver leurs chantiers depuis le 20 avril dernier, des centaines de milliers de personnes restent contraintes de travailler à domicile. Un nouveau défi qui pousse les architectes à repenser l'habitat.
immo location
shutterstock
«Énormément de gens s'en sortent vraiment bien»
Devenu la norme au sein des entreprises depuis l'instauration du confinement, le télétravail dévoile des fragilités au sein des différentes organisations, mais aussi des potentiels parfois insoupçonnés. Explications avec Susanne Habran-Jensen, psychologue du travail et coach en entreprise.
Lokales, Télétravail, Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le mal de dos et les yeux fatigués des télétravailleurs
Pour de nombreux salariés, la poursuite de leur activité professionnelle à domicile se trouve synonyme d'une situation provisoire. Mais aussi de quelques conséquences physiques qui ne devraient toutefois pas être permanentes, selon les experts.
Gramegna et les «rumeurs» de 48 jours de télétravail
Alors qu'un accord de principe prévoyant notamment un doublement du seuil légal du travail à domicile entre la Belgique et le Luxembourg avait été conclu en mai dernier, le ministre des Finances indique jeudi que le texte «n'avait pas pour objet de couvrir le télétravail».