Changer d'édition

Le stress post-traumatique sous contrôle
Luxembourg 3 min. 13.05.2020

Le stress post-traumatique sous contrôle

Dans les quatre centres hospitaliers luxembourgeois une procédure avait été mise en place pour soutenir à la fois familles et soignants.

Le stress post-traumatique sous contrôle

Dans les quatre centres hospitaliers luxembourgeois une procédure avait été mise en place pour soutenir à la fois familles et soignants.
Photo: AFP
Luxembourg 3 min. 13.05.2020

Le stress post-traumatique sous contrôle

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Sur le «front» de la pandémie depuis de longues semaines, le personnel médical demeure sous pression. Pour autant, le ministère et les personnels de santé s'accordent à dire que tout a été mis en place pour minimiser les impacts psychologiques de la crise sanitaire.

(DH) - Si l'après-11 mai marque pour certains une nouvelle étape vers le retour à une vie quasi «normale», il n'en est pas de même pour les soignants qui n'envisagent pas de relâchement. Accompagnateur de malades en fin de vie, en soins intensifs ou en phase de réanimation, le personnel médical reste sous pression depuis de longues semaines et le stress post-traumatique apparaît partout comme une menace. A des degrés divers, mais «beaucoup moins chez nous», assure Mareike Bönigk, en charge de la cellule de crise mise en place par le ministère de la Santé.

Et si de récentes études sur la pandémie de covid-19 en Chine, et particulièrement à Wuhan, ont montré que 72% des soignants avaient éprouvé des symptômes de détresse, le personnel médical exerçant au Grand-Duché semble préservé. «Certes, la mort fait partie du quotidien d'un hôpital, mais les proportions, la rapidité avec lesquelles les patients décèdent et la difficile présence des familles peuvent générer un sentiment de déshumanisation», révèle un clinicien du secteur privé. «Sentiment qui peut apparaître traumatisant», admet-il en précisant «qu'aucun membre du personnel exerçant au Luxembourg» ne l'avait contacté. 


Lok , Coronavirus , Sars-CoV-2 , Covid-19, Xavier Bettel und Paulette Lenert besuchen Hopital Kirchberg , Hopitaux Robert Schuman , Mundschutz , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Dans les coulisses de l'hôpital Kirchberg
Comment vit un établissement de soins au cœur de l'épidémie? Xavier Bettel et Paulette Lenert ont eu des réponses en visitant, après le CHL, les installations des hôpitaux Robert Schuman.

Pour faire face à d'éventuels appels à l'aide du personnel soignant, les quatre cliniques du pays ont pris les devants. «Une procédure avait été mise en place pour soutenir à la fois familles et soignants», indique Mareike Bönigk.    

A commencer par la hotline (tél.: 8002 8080), en service dès le 31 mars, et véritablement prise d'assaut. Mais, ce qui peut paraître paradoxal, très peu de demandes ont émané du secteur médical. Trois raisons expliquent ce phénomène d'après Mareike Bönigk. En premier lieu, parce que les équipes sont «fort bien formées», explique-t-elle . «Et cet aspect psychologique fait partie de leur bagage.» «Deuxièmement, en raison des procédures adoptées au sein des hôpitaux avec la présence constante de collègues psychiatres et psychologues à leurs côtés. Et au final, parce que la situation n'était finalement pas si grave.»

En définitive, le Luxembourg semble avoir pris le plus grand soin de ses soignants, même si les données concernant le personnel frontalier s'étant adressé à un service spécialisé dans leur pays de résidence restent difficilement quantifiables. 

Alors que certains spécialistes annoncent une recrudescence des infections, le Grand-Duché apparaît ainsi paré à gérer une éventuelle deuxième vague de l'épidémie de coronavirus. Du côté des patients, comme du personnel soignant. «Sur ce que j'ai vu et étant donné notre préparation, nous éviterons le pire», insiste la responsable de la cellule de crise.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La réserve sanitaire se met en veille
Les personnes recrutées par l'Etat pendant l'état de crise ont reçu l'autorisation de reprendre leurs activités mais elles devront rester à disposition du ministère de la Santé à raison de 16h par semaine selon Marc Hansen. Une approche que ne partage pas l'opposition qui évoque un système inégalitaire.
Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 Stock  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Former plus d'infirmières en partenariat avec la France
Si la pandémie semble marquer quelque peu le pas ces derniers jours, l'idée d'accroître les personnels de santé continue de faire son chemin. Pour cela, Xavier Bettel plaide pour la mise sur pied d'une école spécialisée financée par Paris et le Grand-Duché.
visite aménagements Covid-19 au CHEM - Xavier  Bettel - Paulette Lenert - - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le diagnostic mesuré de Paulette Lenert
La ministre de la Santé a fait le point sur la gestion de la crise du covid-19, mardi, avec la Commission de la Santé. Si Paulette Lenert se veut rassurante, elle rappelle toutefois que le chemin à parcourir reste long.
Déposez vos angoisses au 8002 8080
Anxiétés, soucis domestiques ou liés au télétravail, solitude: la hotline ouverte au début de la crise du covid-19 offre aussi un soutien psychologique multilingue. Depuis le 1er avril, deux psychologues dûment qualifiés veillent au bien-être des citoyens confinés en détresse.
2.000 appels/jour pour la hotline covid-19
Dix-huit lignes sont désormais activées pour répondre à toutes les inquiétudes en lien avec l'épidémie de coronavirus. A l'appareil, les personnels du CGDIS et d'autres administrations répondent 24h/24.
Les généralistes en première ligne, les kinés dans le flou
A partir de mercredi, les maisons médicales auront la mission d'accueillir les patients qui présentent de sérieux symptômes du coronavirus. Si cette décision vise à préserver les urgences des hôpitaux, d'autres acteurs de la santé attendent toujours des précisions de la part du ministère.
26.10.10 Maison medicale, rue Michel Welter.Foto:Gerry Huberty