Changer d'édition

Le SPFP réclame la tête de deux ministres et du général
Luxembourg 2 min. 05.02.2020

Le SPFP réclame la tête de deux ministres et du général

Christian Schleck, le président du SPAL a, de facto, subi une mutation sanction au sein de l'armée.

Le SPFP réclame la tête de deux ministres et du général

Christian Schleck, le président du SPAL a, de facto, subi une mutation sanction au sein de l'armée.
Photo: Gilles Kayser
Luxembourg 2 min. 05.02.2020

Le SPFP réclame la tête de deux ministres et du général

Maurice FICK
Maurice FICK
L'annulation de la mutation du soldat Schleck par le ministre de la Défense ne suffit pas pour clore le «scandale» aux yeux du Syndicat professionnel de la force publique. Il revendique la révocation du chef d'état-major et la démission de François Bausch et Henri Kox.

Début janvier, François Bausch avait sans doute cru mettre définitivement un terme au feuilleton Schleck. Le ministre de la Défense avait annoncé que l'adjudant-chef de l'armée luxembourgeoise et président du Syndicat professionnel de l'armée (SPAL) conserverait finalement son poste au Bureau de l'information de l'armée et ne serait pas muté. 


L'adjudant-chef Christian Schleck conserve son poste au bureau de recrutement à Luxembourg.
Schleck reste au bureau d’information de l’armée
François Bausch, le ministre de la Défense, a confirmé mardi que l’adjudant-chef de l’armée luxembourgeoise et président du Syndicat professionnel de l’armée (SPAL) conservera sa place auprès du bureau d’information de l’armée et ne sera pas muté à un autre poste.

Mais c'était sans compter sur la pugnacité du SPFP. «Le dossier est loin d'être clos» avait rétorqué dès le 13 janvier le syndicat qui ne lâchera pas le morceau jusqu'à la réhabilitation complète du soldat Schleck. C'est le message, sans équivoque, lancé par le président Pascal Ricquier, mardi soir à Dommeldange: l'affaire ne sera pas abandonnée «jusqu'à ce que l'atteinte à la liberté syndicale de Christian Schleck soit totalement anéantie» et qu'«il y ait aveu au sujet des mensonges racontés au public».

Le feuilleton pourrait bien entamer une deuxième saison. Le SPFP ne revendique plus simplement la démission du chef d'état-major, mais sa «révocation avec effet immédiat» pour avoir menti dans toute cette affaire. En décembre, le général Duschène avait répondu aux accusations du syndicat. Il réclame aussi les démissions de François Bausch, ministre de la Défense, et de Henri Kox, ministre délégué à la Défense du fait de leur «défaillance inexcusable dans une affaire d'une importance constitutionnelle». 

Pascal Ricquier, président du SPFP: «Le document avec signatures par lequel M. Schleck aurait donné son accord n'existe pas! Mais il existe un autre document signé par M. Schleck. Mais avec son désaccord.»
Pascal Ricquier, président du SPFP: «Le document avec signatures par lequel M. Schleck aurait donné son accord n'existe pas! Mais il existe un autre document signé par M. Schleck. Mais avec son désaccord.»
Screenshot vidéo SPFP

Le syndicat va plus loin et demande l'instauration d'une commission d'enquête parlementaire pour rendre toute l'affaire publique et enquêter sur «les graves et systématiques dysfonctionnements au sein de l'armée». Il assure aussi que le Bureau international du travail de Genève «sera saisi dans les prochains jours» pour tout le volet violation de la liberté syndicale. 


SPFP-Präsident Pascal Ricquier (l.) forderte am 26. November den Rücktritt von General Alain Duschène, weil dieser den Präsidenten der Armeegewerkschaft Christian Schleck (r.) wegen seiner gewerkschaftlichen Tätigkeit strafversetzt habe.
Le bras de fer continue dans l'affaire Schleck
Le Syndicat Professionnel de la Force Publique démonte les arguments du général Duschène. L'objectif pour l'état-major, estime le syndicat, «était uniquement de bouger de son poste au BIA» l'adjudant-chef Schleck, à cause de son engagement syndical.

Christian Schleck, pour sa part, déposera une plainte sur base du Code pénal militaire dans les jours à venir. Prenant la parole au cours de la soirée, après un long silence, il a répété sa vérité: «Je n'ai jamais donné d'accord, à aucun moment», sous-entendu pour être réaffecté à un autre poste. Contrairement à ce qu'avait affirmé Henri Kox devant la Chambre des députés sur base d'un courrier que lui avait envoyé l'état-major.

 Tout au long de la soirée d'information, les membres du bureau ont redéballé  toute l'affaire qui avait démarré en mai 2019, de A à Z. S'évertuant à démontrer les « graves et vilains mensonges» racontés par le chef d'état-major et couverts par Henri Kox.


Sur le même sujet

Schleck reste au bureau d’information de l’armée
François Bausch, le ministre de la Défense, a confirmé mardi que l’adjudant-chef de l’armée luxembourgeoise et président du Syndicat professionnel de l’armée (SPAL) conservera sa place auprès du bureau d’information de l’armée et ne sera pas muté à un autre poste.
L'adjudant-chef Christian Schleck conserve son poste au bureau de recrutement à Luxembourg.
Le général Duschène joue l'apaisement
L'adjudant-chef Schleck a jusqu'à la veille de Noël pour formuler ses objections pour le poste proposé et à ce stade, il n'y a «pas une décision de changement d'affectation de poste». C'est en substance la réponse du chef d'état-major qui reste muet sur la sommation.
Le bras de fer continue dans l'affaire Schleck
Le Syndicat Professionnel de la Force Publique démonte les arguments du général Duschène. L'objectif pour l'état-major, estime le syndicat, «était uniquement de bouger de son poste au BIA» l'adjudant-chef Schleck, à cause de son engagement syndical.
SPFP-Präsident Pascal Ricquier (l.) forderte am 26. November den Rücktritt von General Alain Duschène, weil dieser den Präsidenten der Armeegewerkschaft Christian Schleck (r.) wegen seiner gewerkschaftlichen Tätigkeit strafversetzt habe.
Le général Duschène contre-attaque
Trois semaines après le déclenchement de l'affaire Schleck, le chef d'état-major réplique pour la première fois et assure qu'il n'a pas muté d'office l'adjudant-chef en raison de son activisme syndical. Un poste lui a été proposé ce mercredi. Christian Schleck a huit jours pour se prononcer.
«Le chef d'état-major doit être limogé»
Le Syndicat Professionnel de la Force Publique (SPFP) réclame le limogeage du général Duschène pour avoir menti dans l'affaire Schleck. L'adjudant-chef n'aurait jamais signé un document pour accepter une mutation au sein de l'armée. Il se retrouve muselé de fait.
 Parc Hotel Alvisse. PK SPFP - Toute la vérité dans la causa SCHLECK. Photo: Steve Eastwood
L'affaire du soldat Schleck provoque l'ire des syndicats
Après avoir réclamé la tête du général qui dirige l'armée luxembourgeoise, le Syndicat professionnel de la force publique (SPFP) et la CGFP demandent à François Bausch, ministre de la Défense, de stopper la mutation sanction de Christian Schleck.
Ouverture officielle du bureau d'information de l'armée luxembourgeoise.Foto:Gerry Huberty