Changer d'édition

Le soutien passe aussi par l'écoute
Luxembourg 2 min. 16.08.2019

Le soutien passe aussi par l'écoute

Après la violence des vents, il a fallu que les victimes puissent témoigner pour se soulager. Le Groupe de soutien psychologique est alors entré en action.

Le soutien passe aussi par l'écoute

Après la violence des vents, il a fallu que les victimes puissent témoigner pour se soulager. Le Groupe de soutien psychologique est alors entré en action.
Photo: Laurent Blum
Luxembourg 2 min. 16.08.2019

Le soutien passe aussi par l'écoute

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Directement après la tornade de vendredi dernier, le Groupe de soutien psychologique a été déployé à Pétange et Bascharage. De quoi procurer du réconfort aux victimes en leur permettant d'évacuer leur stress immédiat. Retour sur les faits, une semaine après le désastre.

La dernière fois que le Groupe de support psychologique avait été appelé sur un Plan Novi, c'était en juillet 2016. C'était au lendemain des graves inondations qui avaient frappé le nord du pays. Vendredi 9 août, à peine la tornade venait-elle de balayer Pétange et Bascharage que cette cellule était à nouveau demandée sur le terrain.

Deux jours durant, le LAVI (lieu d’accueil des victimes indemnes) a été installé au beau milieu des communes sinistrées. Un point d'écoute à Bascharage, un autre à Pétange. «Au total, 32 membres du Groupe se seront relayés pour écouter celles et ceux qui le demandaient», témoigne Patrick Friedgen, chef de la structure.


Jamais un sinistre d'origine naturelle n'aura causé autant de dégâts dans le pays.
La tornade engendre 100 millions d'euros de dégâts
Estimés à dix millions d'euros dans un premier temps, les sinistres occasionnés par les terribles conditions climatiques de vendredi dernier atteignent ce mercredi le chiffre de 100 millions d'euros.

De quoi a-t-il été question lors de ces entretiens? «Secret professionnel», tranche le responsable. Mais l'on imagine facilement les témoignages après la fureur des rafales de vent. Le ciel qui s'obscurcit, les objets qui volent au travers des rues, le paysage de désastre qui remplace votre décor quotidien, l'inquiétude pour soi, les siens, sa maison.

Pourtant, il ne faut pas croire que parce que la catastrophe est majeure, le choc s'avère plus dévastateur. «Le drame collectif a quelque chose de rassurant pour celui qui l'a vécu, qui y a survécu. Il n'est pas seul et pourra donc être compris par d'autres semblables», assure le responsable des "chasubles violettes".

Reste qu'il faut savoir écouter la peur, la détresse. Les personnels du groupe sont formés et testés à cela. «Exprimer rapidement ses sentiments après un tel traumatisme, face à une personne attentive, permet d'évacuer bien des angoisses pour les jours à venir», témoigne le membre du CGDIS. Le danger, c'est le fameux syndrome post-traumatique bien connu des militaires de retour du combat mais qui touche aussi les victimes des catastrophes naturelles ou des drames de la vie.

Les jours suivant le passage de la tornade, cinq familles auront ainsi été particulièrement suivies, sans parler des dizaines de contacts pris au hasard des rencontres, des échanges. Sachant que la cellule a aussi comme mission d'orienter les personnes en recherche d'un soutien plus suivi. «Nous pouvons conseiller, par exemple, de prendre contact avec le groupe permanent d'encadrement psycho-traumatologique du ministère de la Famille ou des professionnels locaux», indique Patrick Friedgen.

Sur le terrain, les membres du groupe sont reconnaissables à leur chasuble violette.
Sur le terrain, les membres du groupe sont reconnaissables à leur chasuble violette.
Photo:

Dans le cas de la tornade, le rôle du Groupe de soutien psychologique aura également consisté à répondre aux appels reçus sur la hotline, spécialement ouverte. En 48 heures, plus de 700 sollicitations sont parvenues au 8002 8080. Toutes ont obtenu une réponse.





Sur le même sujet

Les sinistrés assurés du soutien des collectivités
Deux réunions d’information ont permis aux élus d’apporter, mardi soir, des réponses aux sinistrés de la tornade du 9 août dernier. Les communes de Pétange et de Bascharage ont rappelé l'ensemble des mesures de soutien à disposition.
Petinger Bürgermeister Pierre Mellina und Familienministerin Corinne Cahen bei der Informationsversammlung am Dienstagabend.
La tornade bouleverse le congé collectif
Ce mardi après-midi, une réunion devrait déterminer quels corps de métiers peuvent rompre le congé collectif. Une mesure devant accélérer l'arrivée des ouvriers pour réparer les dégâts après l'événement météo sur Pétange et Bascharage.
Les dégâts à Pétange et Bascharage devraient approcher les dix millions d'euros. Pas question pour les artisans luxembourgeois de passer à côté des travaux à mener dès maintenant.
La tornade aura parcouru 14 km
MétéoLux a pu analyser la formation et le déroulement du cyclone qui a impacté Pétange et Bascharage. Le phénomène aurait pris naissance près de Reims avant de forcir en Lorraine-Nord, en Wallonie et au sud du Luxembourg avant de s'évanouir.
La tornade aura impacté trois pays: France, Belgique puis Luxembourg.