Changer d'édition

Le sous-variant BA.5 représente un quart des infections
Luxembourg 09.06.2022 Cet article est archivé
Pandémie au Luxembourg

Le sous-variant BA.5 représente un quart des infections

Le séquençage des échantillons positifs au Covid-19 permet de déterminer le variant ou sous-variant.
Pandémie au Luxembourg

Le sous-variant BA.5 représente un quart des infections

Le séquençage des échantillons positifs au Covid-19 permet de déterminer le variant ou sous-variant.
Photo : Henning Kaiser/dpa
Luxembourg 09.06.2022 Cet article est archivé
Pandémie au Luxembourg

Le sous-variant BA.5 représente un quart des infections

Pascal MITTELBERGER
Pascal MITTELBERGER
Tandis que le nombre de cas positifs au Covid-19 repart à la hausse, Paulette Lenert, ministre de la Santé, rapporte que le sous-variant BA.5 d'Omicron a représenté un quart des infections au cours de la dernière semaine du mois de mai.

Répondant à une question parlementaire des députés CSV Claude Wiseler et Max Hengel, la ministre de la Santé Paulette Lenert a expliqué que le sous-variant BA.5 d'Omicron « est très fortement présent au Luxembourg et représente désormais 25,4% des infections » au Covid-19. Ces données émanent du Laboratoire de la santé, et concernent la semaine 21, du lundi 23 au dimanche 29 mai. Nul doute que la proportion du sous-variant BA.5 a continué d'augmenter depuis cette date.


A vaccine syringe and vial
«Nous visons toujours l'obligation vaccinale»
Malgré la levée des dernières restrictions et une situation sanitaire favorable, il s'agit du meilleur moyen, pour le groupe d'experts, de passer l'automne de la manière la plus sereine possible.

Découvert en Afrique du Sud en janvier dernier, ce sous-lignage d'Omicron est apparu pour la première fois au Luxembourg au début du mois de mai. Le pays a connu une hausse des contaminations de 65% durant la première semaine de juin par rapport à la dernière de mai, avec près de 2.000 tests positifs. Pour Paulette Lenert, le sous-variant BA.5 est « vraisemblablement responsable » de cette augmentation.

Pas plus dangereux que les sous-variants précédents

Néanmoins, la ministre de la Santé se veut rassurante : si BA.5, tout comme BA.4, se transmettent plus facilement d'une personne à l'autre et sont moins facilement contrés par le vaccin, ils ne semblent pas plus dangereux que les autres sous-variants d'Omicron.


Pour le docteur Gérard Schockmel, chacun devrait se faire injecter trois fois un vaccin pour obtenir une protection optimale
Gérard Schockmel insiste sur une surveillance continue
Alors que le nombre de cas positifs au covid repart à la hausse, le Dr Gérard Schockmel ne voit pour le moment pas de quoi s'alarmer. Mais il considère qu'il faut suivre de près les taux d'incidence et l'arrivée de nouveaux variants.

Paulette Lenert a conclu son propos en indiquant que, indépendamment de cette croissance du sous-variant BA.5, le gouvernement et les autorités luxembourgeoises poursuivaient « normalement » leurs préparatifs pour affronter une potentielle nouvelle vague à l'automne prochain.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que les contaminations dues à BQ.1.1 augmentent de plus en plus en France, ce nouveau sous-variant d'Omicron n'a pas encore atteint le Grand-Duché. Mais la présence de BQ.1 est quant à elle attestée depuis sept semaines.
Entre le 30 mai et le 5 juin, les nouvelles infections au coronavirus étaient 65% plus nombreuses que la semaine précédente. Plusieurs indicateurs repassent également au rouge, selon le dernier rapport hebdomadaire de la Santé.
C'est un jugement de principe qui a été rendu par la chambre pénale de Diekirch. Désormais, quiconque assimile les mesures sanitaires du gouvernement aux crimes du nazisme est passible de poursuites.
Das Gericht in Diekirch hat am Donnerstag ein Grundsatzurteil gefällt.
Pratiquer une activité physique régulière pourrait diminuer les symptômes d'une infection au coronavirus. Voilà ce que dévoilent les derniers résultats d'une étude du LIH publiés ce lundi.