Changer d'édition

Le sort réservé à la Moselle préoccupe Asselborn
Luxembourg 2 min. 22.02.2021

Le sort réservé à la Moselle préoccupe Asselborn

Jean Asselborn continue à faire pression pour que la libre circulation reste la règle entre Etats de la Grande Région.

Le sort réservé à la Moselle préoccupe Asselborn

Jean Asselborn continue à faire pression pour que la libre circulation reste la règle entre Etats de la Grande Région.
Photo : Anouk Antony
Luxembourg 2 min. 22.02.2021

Le sort réservé à la Moselle préoccupe Asselborn

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Affaibli par l'explosion des nouveaux variants sur son sol, le département français pourrait voir l'accès à l'Allemagne se restreindre dès ce lundi. Une solution impensable pour le ministre des Affaires étrangères luxembourgeois.

La flambée des cas positifs (et la multiplication des infections aux nouveaux variants) en Moselle fait trembler l'Allemagne. Au point que la question de la fermeture de la frontière avec la France est redevenue d'actualité. Si le gouvernement sarrois et luxembourgeois sont opposés à pareille mesure, la décision pourrait venir directement de la capitale allemande. Berlin serait même prête à imposer un test obligatoire à tout résident du département français qui viendrait à se rendre sur son territoire.


08.02.2021, Österreich, Salzburg: Grenzkontrolle beim Grenzübergang Marktschellenberg in Fahrtrichtung Salzburg. Mit der Lockerung des Lockdowns wurden die Grenzkontrollen zu allen Nachbarländern intensiviert, um Reisebewegungen auf ein Minimum zu reduzieren und damit die Einhaltung der Corona-Maßnahmen besser überwachen zu können. Jeder Reisende muss künftig beim Grenzübertritt einen negativen Corona-Test vorlegen. Foto: Barbara Gindl/APA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Bruxelles tente d'éviter la pagaille aux frontières
L'UE tente de mettre de l'ordre dans les restrictions à la libre circulation après les fermetures de frontières décidées par l'Allemagne et la Belgique contre la propagation des variants, en dépit des recommandations adoptées au niveau européen.

Pour le ministre des Affaires étrangères luxembourgeois, pas question de voir s'appliquer pareille restriction de circulation. Et à cela Jean Asselborn (LSAP) avance une raison : «Notre système de santé s'effondrera si 60% des employés de nos hôpitaux, maisons de retraite et soins installations, ne peuvent plus entrer.» S'il peut accepter l'idée de tests rapides, le ministre repousse donc toute interdiction de circulation. Une hypothèse qui pourrait devenir réalité dès ce lundi 22 février. 

Avec l'un des pires taux d'incidence de toute la France, la Moselle risque ainsi d'entrer dans la liste rouge de l'Allemagne. Un choix que ne manque pas de relayer toute la presse allemande, sachant que ce 22 février Angela Merkel et les autorités sanitaires pourraient décider de réviser le niveau d'alerte pour la Grande Région. 

Publié dans les journaux du groupe Funk, un rapport dans lequel les autorités dessinent le profil éminemment dangereux du département français évoque une possible fermeture des frontières entre la Sarre et la Moselle, avec des tests obligatoires émergeant comme une solution pour le mouvement de milliers de frontaliers. 

Dans une interview à la rédaction de RND / Sonntag, Jean Asselborn a rappelé que «l'Allemagne, le Luxembourg, la France et la Belgique ont créé l'espace Schengen», cet espace de libre circulation des biens et des personnes. En ce sens, il rappelle que «chaque jour, 100.000 personnes viennent de France, 50.000 d'Allemagne et 50.000 de Belgique vers le Luxembourg». Par  conséquent «nous ne devons pas rendre la vie difficile à ces centaines de milliers de passagers qui traversent la frontière». 

Situation préoccupante

Le département français de la Moselle reste pour l'heure classé juste en dessous de l'échelle de risque allemande, comme «zone à risque». Cependant, avec l'un des taux d'incidence du covid-19 les plus élevés de France (avec environ 283 infections pour 100.000 habitants) la situation de ce territoire voisin du Grand-Duché reste préoccupante.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Test PCR obligatoire entre Moselle et Allemagne
La France va demander des tests PCR négatifs de moins de 72 heures pour les déplacements non professionnels de frontaliers entre l'Allemagne et le département de la Moselle. La mesure pourrait être effective dès le lundi 1er mars.
Medical staff carry out a COVID-19 PCR tests in a "Partybus" with music and disco lights converted into a mobil lab in Ishoj, Denmark, on February 23 2021 amid the novel coronavirus / COVID-19 pandemic. (Photo by Mads Claus Rasmussen / Ritzau Scanpix / AFP) / Denmark OUT
Quelles mesures aux frontières de la Grande Région ?
Suivant les recommandations de l'Union européenne, le Luxembourg et ses voisins ont mis en place des restrictions pour limiter les va-et-vient des voyageurs. Tour d'horizon des règles à respecter avant de se rendre à l'étranger.
ARCHIV - 10.04.2020, Niedersachsen, Nordhorn: Ein mit Atemschutzmaske ausgerüsteter Beamter der Bundespolizei hält eine Kelle ("Halt Polizei") an der Grenze zu den Niederlanden. Foto: Friso Gentsch/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
«Ne pas punir le Luxembourg qui teste beaucoup»
Alors que le Grand-Duché se retrouve placé par l'Allemagne, pour la deuxième fois en quelques semaines, sur la liste des pays à risque, Malu Dreyer, la ministre-présidente de Rhénanie-Palatinat, monte au créneau. Et plaide pour une meilleure prise en compte des particularités.
L'Allemagne freine le passage aux frontières
L'Allemagne bloquera toute circulation venant de Suisse et d'Autriche. Les travailleurs frontaliers français pourront passer. Le Luxembourg n'entre actuellement pas dans les restrictions mises en place à compter de lundi.
15.03.2020, Mecklenburg-Vorpommern, Ahlbeck: Ein polnischer Beamter steht am Grenzübergang Ahlbeck - Swinemünde. Polen hat seit Sonntagmorgen wegen der Corona-Krise für alle Ausländer die Grenzen geschlossen. Polnische Staatsbürger dürfen zwar weiterhin einreisen, müssen aber in Quarantäne. Foto: Stefan Sauer/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++