Changer d'édition

Le Sidor a traité, traite et traitera les déchets covid
Luxembourg 2 min. 16.07.2020 Cet article est archivé

Le Sidor a traité, traite et traitera les déchets covid

Un conditionnement spécifique a été demandé pour les déchets covid non infectieux pris en charge à Leudelange.

Le Sidor a traité, traite et traitera les déchets covid

Un conditionnement spécifique a été demandé pour les déchets covid non infectieux pris en charge à Leudelange.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 16.07.2020 Cet article est archivé

Le Sidor a traité, traite et traitera les déchets covid

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
D'avril à juin dernier, l'usine d'incinération d'ordures ménagères aura avalé et détruit plus de 35 tonnes de déchets hospitaliers en lien avec l'épidémie. Des masques, gants et vêtements de protection qui devraient continuer d'affluer vers le site de Leudelange jusqu'à la fin de l'année.

D'ordinaire, l'incinérateur de Leudelange avale certes 165.000 tonnes de déchets par an, mais une faible part de ce tonnage provient des milieux hospitaliers. Sauf que la pandémie covid-19 est passée par là et que, dans l'urgence, il a fallu trouver une filière d'élimination des protections individuelles des soignants covid-19. Ainsi, du 4 avril au 17 juin, l'usine du syndicat SIDOR a dû traiter 35,52 tonnes de ces matières. L'information a été confirmée par la ministre de l'Intérieur, jeudi. «Mais nous en sommes maintenant à plus de 37 tonnes», indique le directeur du site, Patrick Christophory. 

Taina Bofferding (LSAP) précise, elle, que ces masques, tenues de protection Tyvek, visières et autres gants étaient alors tous issus soit des centres de soins avancés soit des hôpitaux eux-mêmes. Et maintenant?, s'interrogent les députés déi Lénk Marc Baum et David Wagner. Maintenant, le passage de ce type de déchets par les 850° du four du Sidor se poursuit... 


Le traitement des déchets hospitaliers prend du poids
En quelques semaines, les volumes collectés auprès des hôpitaux, laboratoires et autres centres de soin ont augmenté de plus d'un tiers. Un grossissement qui s'explique aussi bien par l'augmentation du nombre de patients traités que l'emploi de plus de protections par les soignants.

Et la ministre ne voit rien de mal à cela. Ce type de déchets appartient en effet à la même catégorie que vêtements, plâtres, draps ou langes. Donc des «déchets dont la collecte et l'élimination ne font pas l'objet de prescriptions particulières vis-à-vis des risques d'infection». D'ailleurs, l'incinération de ces matériaux covid sera poursuivie jusqu'à fin 2020.

Cependant, assure Taina Bofferding, pas question d'expédier vers les installations de Leudelange des ustensiles tels que seringues et autres ustensiles pointus ou coupants, médicaments ou perfusions. Ces derniers présentant des risques infectieux, ils sont pris en charge différemment et dirigés vers des sites de traitement dédiés à l'étranger. La société Lamesch disposant d'un contrat spécifique à cette effet. Et la ministre d'ajouter que, durant la crise, «ces transferts n'ont pas été interrompus».

Formations particulières

Pour conforter les personnels du SIDOR, des mesures particulières ont été prises. Non seulement, tous ont bénéficié d'une formation spécifique de la part de la direction de la Santé et du médecin de l'armée. Mais, de plus, instruction a été donnée pour que ces déchets hospitaliers en lien avec le covid-19 soient conditionnés «dans des sacs en plastique transparent et résistant à la déchirure à rassembler dans un container spécifique avant l'acheminement».

Et Patrick Christophory de se montrer encore plus rassurant sur la prévention du risque d'infection : la plupart du temps ces matières restent stockées quelques jours sur place avant de venir à nous, cela laisse le temps au virus de perdre tout caractère nuisible».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Abandonnée dans les rues ou dans la nature, la protection buccale constitue une pollution bien délicate à éliminer. Face au nombre croissant de masques chirurgicaux trainant au sol, le ministère de l'Environnement envisage de sanctionner les fautifs.
Céline Tellier, la ministre régionale de l'Environnement, refuse que les communes deviennent des «poubelles nucléaires». Cet avis négatif rendu samedi intervient alors que le Luxembourg a fait état la semaine dernière de risques de pollution concernant ses réserves en eau potable.
Avec une circulation réduite à son strict minimum, les éboueurs de la capitale ont, en moyenne, gagné trois heures sur chacune de leurs collectes. Un gain de temps pas forcément synonyme d'allègement des tonnages.
Müllabfuhr der Stadt Luxemburg, Service Hygiène, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort