Changer d'édition

Le secret médical, cet oublié de la téléconsultation
Luxembourg 2 min. 10.08.2020

Le secret médical, cet oublié de la téléconsultation

Jusqu'à la mi-juillet, les raisons des arrêts de travail étaient visibles par l'employeur.

Le secret médical, cet oublié de la téléconsultation

Jusqu'à la mi-juillet, les raisons des arrêts de travail étaient visibles par l'employeur.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 10.08.2020

Le secret médical, cet oublié de la téléconsultation

Anne-Sophie de Nanteuil
Anne-Sophie de Nanteuil
Si consulter son médecin à distance a ses avantages en pleine pandémie sanitaire, la pratique aurait aussi son revers de la médaille. Car les certificats d'incapacité de travail, transmis directement au format électronique, indiquaient jusqu'à récemment le code de diagnostic. Les raisons médicales, pourtant confidentielles, étaient alors à la vue de l'employeur.

Avec la pandémie sanitaire, les médecins ont dû s'adapter. Pour faciliter l'accès aux soins et éviter les risques de contamination dans les salles d'attente, la téléconsultation a ainsi été plébiscitée comme jamais. A l'issue de ces consultations à distance, les documents du médecin pouvaient être transmis au patient au format électronique, et notamment les certificats d'incapacité de travail. Finies donc les copies spécifiques à transmettre à l'employeur et à la CNS. Mais avec un seul et même PDF a disparu la possibilité de cacher le code de diagnostic, rendant les raisons de l'arrêt visibles aux yeux de tous.


Près de 190 téléconsultations par jour au Luxembourg
En deux semaines, près de 3.000 téléconsultations ont déjà réalisées via eConsult mais la Caisse nationale de santé et l’Agence eSanté s'activent pour la rendre plus accessible aux patients. Près de 390 patients infectés sont déjà suivis par Maela.

Une pratique allant à l'encontre du secret médical, alerte le député Sven Clément (Piraten) dans une question parlementaire. Une accusation dont se défend Romain Schneider (LSAP). Car pour le ministre de la Sécurité sociale, le patient dispose de «plusieurs options». Ainsi, s'il ne demande pas à son médecin de lui envoyer une copie spécifique par voie postale, au patient de rayer lui-même le code de diagnostic avant de transmettre le certificat d'arrêt de travail à son employeur. Mais encore fallait-il le savoir, car de nombreuses omissions ont pu être notées. 

«La CNS a constaté que certains assureurs avaient envoyé le certificat médical tel quel à leur employeur, sans se soucier de savoir s'ils voulaient ou non communiquer avec le code de diagnostic.», admet Romain Schneider. Face à ce constat, la Caisse nationale de santé n'a cependant pas manqué de réagir.


Lokales, Centre Medical Avancé, Luxexpo The Box, Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Un système réorganisé pour assurer une médecine de crise
La ministre de la Santé a détaillé, lundi, la nouvelle organisation du système de santé mise en place pour faire face à la pandémie de covid-19. Un défi logistique et administratif de taille.

Des améliorations ont ainsi été apportées au logiciel, initialement développé dans l'urgence engendrée de la pandémie sanitaire. La nouvelle version, en place depuis le 14 juillet 2020, permet à l'assuré d'obtenir une copie du certificat d'arrêt de travail sans code de diagnostic pour son employeur.

Ces soucis désormais corrigés, la nouvelle version numérique du dossier médical apportait son lot d'avantages. Et notamment «simplification administrative considérable», souligne le ministre Schneider. Sachant que les patients gardent toujours la possibilité de demander à leur médecin tous leurs documents au format papier. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Le covid-19 nous a téléportés dans l'ère numérique»
Marc Stein, président de la Société luxembourgeoise de psychologie raconte comment se sont passées ces dernières semaines dans les cabinets. Le praticien jette les bases sur le futur d'une profession dont les codes pourraient bouger à la suite à la pandémie.
Près de 190 téléconsultations par jour au Luxembourg
En deux semaines, près de 3.000 téléconsultations ont déjà réalisées via eConsult mais la Caisse nationale de santé et l’Agence eSanté s'activent pour la rendre plus accessible aux patients. Près de 390 patients infectés sont déjà suivis par Maela.
L'arrêt maladie électronique reste illégal
Si en France et en Allemagne, obtenir «des arrêts de travail de courte durée» via un site internet de télémédecine est toléré, cette pratique apparaît comme hors la loi au Luxembourg. «Elle n'est pas réglementaire» estime la Caisse nationale de santé (CNS).