Changer d'édition

Le rôle des anticorps face à la reprise du covid
Luxembourg 4 min. 03.08.2020

Le rôle des anticorps face à la reprise du covid

Pour l'heure, aucun vaccin n'a réussi à apporter une immunité à long terme face au covid-19.

Le rôle des anticorps face à la reprise du covid

Pour l'heure, aucun vaccin n'a réussi à apporter une immunité à long terme face au covid-19.
Photo: shutterstock
Luxembourg 4 min. 03.08.2020

Le rôle des anticorps face à la reprise du covid

Un test développé au Luxembourg permet de mesurer l'efficacité des anticorps face au covid-19. La responsable du projet, le Dr Danielle Perez Bercoff, a répondu aux questions du «Luxemburger Wort».

(ASdN avec Jacques Ganser) - Voilà douze ans que la virologiste Danielle Perez Bercoff effectue des recherches au sein du service Infection et Immunité du Luxembourg Institute of Health. Dans son projet Neutracov, elle tente de mesurer l'effet des anticorps des patients infectés par le covid-19. 

Dr Perez Bercoff, quel est le rôle des anticorps dans l'organisme ?

«Les anticorps, qui se trouvent dans le plasma sanguin, permettent de neutraliser un virus et de l'empêcher d'infecter les cellules de l'organisme. Autrement dit, de se propager. Pour l'heure, notre test montre que la capacité des anticorps à bloquer ce virus est particulière.


A health worker manipulates blood samples of COVID-19-infected patients at the laboratory of Anhembi emergency makeshift hospital in Sao Paulo, Brazil on July 1, 2020. - The Red Cross decried Wednesday the politicisation of the pandemic in many countries, warning that the "divisive" response by leaders in places like Brazil and the United States was taking a heavy toll. The South-American country counts nearly 60,000 deaths from more than 1.4 million cases. (Photo by Miguel SCHINCARIOL / AFP)
Ce qui se cache derrière la stratégie de tests
Six semaines après le début de la campagne, le dépistage national mené par le LIH se poursuit. Mais ce dernier continue aussi de soulever des interrogations, notamment sur la stratégie mise en place par le ministère de la Santé.

Cela signifie-t-il que tous les anticorps ne sont pas efficaces de la même manière ?

«Non, en effet, il y a des différences. Tous les anticorps ne peuvent pas empêcher le virus d'infecter une cellule hôte. Il existe également des anticorps qui marquent le virus. Ils le rendent visible aux cellules tueuses qui pourraient le détruire. Mais pour l'heure, seul le blocage du virus nous intéresse.

Comment mesurer exactement l'efficacité des anticorps ?

«Il y a plusieurs façons de faire des tests : vous pouvez simplement mesurer la quantité d'anticorps produits et vous pouvez vérifier si ces anticorps ont été produits récemment ou il y a longtemps. Mais cela ne nous dit rien sur la qualité des anticorps. Pour développer notre test nous infectons délibérément une cellule hôte avec un virus, en laboratoire, dans un environnement où divers anticorps sont déjà présents. Plus il faut d'anticorps pour prévenir l'infection de la cellule, plus la réponse immunitaire et, logiquement, les anticorps eux-mêmes sont inefficaces.

Un vaccin est conçu pour préparer le système immunitaire à réagir immédiatement.

Dr Perez Bercoff

Et en pratique, comment ces tests peuvent-ils être utilisés ?

«Nous avons un objectif dans le développement de ce test. À moyen terme, l'objectif principal est de développer des méthodes de traitement. Il n'existe actuellement aucun médicament qui puisse guérir un patient atteint de covid-19. Plusieurs médicaments sont en cours de développement, notamment la chloroquine ou de la cortisone. Cependant, ces derniers ont été développés pour d'autres maladies et une guérison, au vrai sens du terme, n'est pas encore possible. Nous nous concentrons donc de plus en plus sur les traitements au plasma.

Votre test permet-il alors de mesurer l'efficacité des anticorps ?

«Exactement. Afin de savoir si le plasma ainsi obtenu est vraiment efficace, il est testé avant d'être administré au patient. Il existe différents niveaux d'efficacité, nous recherchons alors celui qui est le plus efficace et qui peut réellement aider le patient. L'avantage est que le nombre de donneurs de plasma potentiels, c'est-à-dire de patients guéris, est en constante augmentation. En outre, le plasma peut facilement être congelé et réutilisé si nécessaire.

Le traitement au plasma est-il une innovation ? 

«Pas vraiment car il a déjà été utilisé pour la grippe ou le virus Ebola. En ce qui concerne le covid-19, nous en sommes encore au début : nous sommes dans la phase d'expérimentation et de recherche.


A photo shows vaccines in prefilled, single-use syringes before the inspection and packaging phase at the French pharmaceutical company Sanofi's world distribution centre in Val de Reuil on July 10, 2020. (Photo by JOEL SAGET / AFP)
Un vaccin contre le covid-19 testé à grande échelle
Les Etats-Unis lancent lundi la dernière phase clinique d'un vaccin potentiel contre le virus, tandis que l'épidémie a fait plus de 655.000 morts à travers le monde.

Le deuxième domaine d'application du test concerne le développement de vaccins. Comment l'envisagez-vous ?

«Un vaccin est conçu pour préparer le système immunitaire de manière à ce qu'il puisse réagir immédiatement et intensivement en cas d'infection virale. Environ 200 laboratoires dans le monde travaillent sur différents types de vaccins. Il existe des vaccins stimulant la production d'anticorps et d'autres activant les cellules immunitaires et se concentrant sur un pathogène spécifique. Avec nos tests, nous pouvons mesurer la réponse immunitaire après la vaccination. Il est alors possible d'apporter des corrections ou d'exclure immédiatement les substances qui ne seraient pas efficaces. Toutefois, nous ne saurons si un vaccin est réellement efficace que lorsqu'un grand nombre de personnes vaccinées seront exposées au virus dans des conditions réelles.

Qu'en est-il de l'immunité permanente face au covid-19?

«Nous ne savons pas. Une chose est sûre: le nombre d'anticorps dans le sang diminue à nouveau après quelques mois. Les études sur la vague de Sars-1 qui a frappé la Chine en 2002-2003 (également causée par un coronavirus) n'ont montré qu'une courte immunité. Cela signifie pour nous que le développement d'un vaccin qui ne produit que des anticorps est plus susceptible d'être une solution à court terme. Mais cela pourrait ne pas suffire. À long terme, vous avez besoin d'un vaccin qui produit à la fois des anticorps et une réponse cellulaire.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Des anticorps pour 3% de la population
Les responsables de Research Luxembourg ont communiqué ce jeudi les résultats de la troisième vague de tests de l'étude CON-VINCE. La présence de plus en plus grande d'anticorps ne signifie pas pour autant «que les gens sont définitivement immunisés contre le coronavirus».
A scientist works at the microbiology laboratory of the Gregorio Maranon General Hospital in Madrid on June 5, 2020. - Microbiologists have to deactivate the virus in the samples prior to proceeding to the extraction of the ribonucleic acid (RNA) in order to get the PCR COVID-19 tests results. (Photo by PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP)
L'UE envisage des contrats d'achat anticipé de vaccins
Bruxelles a dévoilé ce mercredi sa stratégie pour accélérer la mise au point, la fabrication et la distribution de vaccins contre le covid-19. En échange d'un certain nombre de doses, la Commission financera une partie des coûts supportés par les laboratoires.
(FILES) This file photo taken on April 29, 2020 shows an engineer displaying an experimental vaccine for the COVID-19 coronavirus that was tested at the Quality Control Laboratory at the Sinovac Biotech facilities in Beijing. - China has mobilised its army and fast-tracked tests in the global race to find a coronavirus vaccine, and is involved in several of the dozen or so international clinical trials currently under way. (Photo by NICOLAS ASFOURI / AFP) / TO GO WITH Health-virus-China-vaccines,FOCUS by Ludovic EHRET
Possible de trouver un vaccin d'ici fin 2020
Spécialiste des virus, le Dr Gérard Schockmel fait confiance aux laboratoires pour trouver d'ici six mois la parade au covid-19. Et cela sans négliger les contrôles indispensables pour éviter effets secondaires ou accentuation de l'infection.
Chief Scientific Officer Dr Jeff Drew, holds samples of the potential oral vaccine for the COVID-19 illness that are being tested for temperature stability in the Stabilitech laboratory in Burgess Hill south east England, on May 15, 2020. - The scientists at Stabilitech are one of the teams attempting to develop a vaccine for COVID-19. Ingested in a capsule into the gut, Stabilitech's potential oral vaccine aims to prompt an immune response in mucosal cells in the respiratory system and elsewhere in the body. The firm believes that will be more effective in tackling respiratory illnesses like coronavirus. The British government is touting the country as a global leader in the big-money investment race to find a vaccine for COVID-19. (Photo by BEN STANSALL / AFP) / TO GO WITH AFP STORY BY JOE JACKSON
«Pouvoir tester la population à grande échelle»
Impliqué dans la recherche d'un protocole de lutte contre la pandémie, l'institut luxembourgeois de la santé milite pour augmenter le nombre de personnes testées au covid-19. Explications avec le professeur Markus Ollert, responsable du service recherche.
Der Forscher unterstützt, dass die Immuntests und Therapien möglichst made in Luxembourg sind - und jeder einen Covid-19-Pass erhält.