Changer d'édition

Le retour sur les bancs de l'école au centre du débat
Luxembourg 01.05.2020 Cet article est archivé

Le retour sur les bancs de l'école au centre du débat

L'échange entre l'auteur de la pétition, le ministre de l'Education nationale et les députés se tiendra mercredi au cercle municipal.

Le retour sur les bancs de l'école au centre du débat

L'échange entre l'auteur de la pétition, le ministre de l'Education nationale et les députés se tiendra mercredi au cercle municipal.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 01.05.2020 Cet article est archivé

Le retour sur les bancs de l'école au centre du débat

Alors que quelque 6.000 élèves de classes terminales devront reprendre lundi le chemin des lycées, les interrogations restent nombreuses sur les suites à donner pour le reste des élèves. Les députés échangeront mercredi sur ce sujet suite au succès de la pétition demandant un retour en septembre.

(Jmh) - Le succès foudroyant de la pétition n°1.550 demandant le retour à l'école des élèves en septembre prochain oblige les députés à agir. Mercredi prochain, ces derniers participeront donc à une heure d'actualité sur ce thème. Un échange de vues qui fera suite à la poursuite des échanges en commission parlementaire qui auront eu lieu dans la matinée avec Claude Meisch (DP), ministre de l'Education nationale.

Selon Nancy Arendt (CSV), présidente de la commission des Pétitions, citée par nos confrères de L'essentiel, l'organisation de ce dispositif dans un délai aussi court a entraîné la mise en place «d'aménagements». Car si la loi oblige les députés à respecter un délai de 42 jours, «les questions légitimes» soulevées ont poussé un comité d'experts à donner leur accord pour accélérer la procédure. Des questions notamment liées à ce que Nancy Arendt appelle le «risque sanitaire» et qui devraient bénéficier «de réponses la semaine prochaine».

Retour échelonné

Pour éviter que ce genre de cas ne se représente à l'avenir, les membres de la commission des Pétitions réfléchissent à la possibilité de modifier les modalités d'organisation des débats initiés par des pétitions. Des réflexions qui ne seront pas menées ces prochaines semaines, mais «une fois la crise actuelle passée», assure Nancy Arendt, citée par nos confrères. Pour rappel, depuis 2014 et la mise en place des pétitions électroniques, 33 débats ont été organisés à l'initiative de revendications citoyennes.

A noter que cet échange de vues se tiendra deux jours après le retour dans les lycées de quelque 6.000 élèves de classes terminales. Le calendrier actuel annoncé par le gouvernement prévoit que les quelque 39.200 élèves du secondaire retournent en classe le 11 mai, tandis que les 50.000 enfants inscrits au fondamental, ainsi que ceux fréquentant les crèches ou les structures d'accueil doivent le faire le 25 mai prochain. 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

En moins de trois jours, la pétition 1550 a largement atteint le quorum requis des 4.500 signatures pour provoquer un débat à la Chambre des députés. Plus de 5.500 personnes réclament que crèches, écoles et lycées n'ouvrent pas avant septembre.
Le retour annoncé des élèves de dernière année de secondaire le 4 mai prochain ne plaît pas à l'UNEL et au SEW/OGBL qui demandent vendredi la mise en place d'une dispense de présence physique jusqu'à la fin de l'année. Tout en demandant la possibilité de rencontrer les enseignants.
Lokales, Escher Lyzeum, Lycée de garçons, Examen, Abi Abschluss Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Alors que les premiers élèves doivent retourner dans leur établissement scolaire dans une dizaine de jours, de nombreux citoyens se sont mobilisés pour retarder ce début de retour à la normale. Des demandes adressées à la commission des Pétitions, qui s'est tenue ce mercredi.
Colin, 10 years old, whose school was closed following the Coronavirus outbreak, does school exercises at home in Washington on March 20, 2020. - As millions of families hunker down amid the coronavirus crisis, the sudden reality of schooling from home risks widening the education gap between those with the means and support to keep up with lessons, and those who risk falling behind. (Photo by Eric BARADAT / AFP)