Changer d'édition

Le réseau Sentinelle sur ses gardes jusqu'en décembre
Luxembourg 3 min. 26.05.2021

Le réseau Sentinelle sur ses gardes jusqu'en décembre

Le réseau de vigilance implique aussi nombre de pédiatres établis au Luxembourg; les enfants étant sujets à d'autres formes d'infection respiratoire que les adultes.

Le réseau Sentinelle sur ses gardes jusqu'en décembre

Le réseau de vigilance implique aussi nombre de pédiatres établis au Luxembourg; les enfants étant sujets à d'autres formes d'infection respiratoire que les adultes.
Photo : Shutterstock
Luxembourg 3 min. 26.05.2021

Le réseau Sentinelle sur ses gardes jusqu'en décembre

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Habituellement, la surveillance des infections respiratoires circulant dans le pays s'achève au printemps. Mais cette année, covid oblige, le Laboratoire national de santé et les professionnels de santé échangeront leurs données jusque fin 2021.

Des années qu'entre le début de l'hiver et la fin du printemps, des médecins généralistes mais aussi des pédiatres rapportent chaque semaine au Laboratoire national de santé (LNS) combien de patients ils ont reçus pour une infection respiratoire. Des années que ce «réseau Sentinelle» est essentiellement employé à mesurer l'intensité et la nocivité des vagues de grippe saisonnière. Mais voilà, cette année, le rapport des professionnels ne s'arrêtera pas avec l'été. «Comme le programme Revilux cherche à déterminer la présence de n'importe quelle infection respiratoire aiguë, et que le covid en provoque, il a été décidé de prolonger la veille au moins jusque fin 2021», annonce le Pr Tamir Abdelrahman.


Plus de 17.000 échantillons covid+ en stock
Le Laboratoire national de santé ne se contente pas de séquencer une partie des tests covid positifs du Luxembourg, il les conserve également. Une banque de données majeure pour suivre l'évolution du virus.

Pour le chef du département de microbiologie, voilà l'assurance qu'en plus des données du ministère de la Santé, le LNS va continuer à recevoir des informations du terrain. D'ailleurs, l'importance des informations relayées depuis les cabinets médicaux concernent moins le suivi régulier du SARS-CoV2 que des autres infections.

«On a ainsi noté au Luxembourg, comme partout ailleurs sur le globe que la grippe n'avait quasiment pas fait de malades durant cet hiver», note le spécialiste. A contrario, les rhumes ont continué à circuler normalement, masque ou pas masque, distanciation ou non. «Des phénomènes intéressants à étudier sur cette épidémie qui n'a que dix-huit mois.»

Les infections respiratoires aiguës actuellement en circulation. En rose, le covid.
Les infections respiratoires aiguës actuellement en circulation. En rose, le covid.
Source : LNS

Voilà donc Revilux reparti pour un semestre inédit, scrutant à la loupe l'évolution des rhinopharyngites, la diminution des bronchiolites chez les tout-petits, les angines, les pneumonies, etc. «Ce sont des maladies dont nous connaissons les schémas de progression, mais il s'agit aussi de voir comment la population se trouve touchée par ces infections respiratoires dans le cadre d'une autre pandémie virale qui a très clairement pris le dessus sur toutes les autres en importance et en gravité», souligne le Pr Tamir Abdelrahman.

"Les infections liées aux rhinovirus n'ont pas diminué contrairement à la grippe qui a été quasi invisible", ont pu constater le Pr Tamir Abdelrahman et son équipe.
"Les infections liées aux rhinovirus n'ont pas diminué contrairement à la grippe qui a été quasi invisible", ont pu constater le Pr Tamir Abdelrahman et son équipe.
Photo : Laurent Antonelli

Une épidémie dont semaine après semaine le LNS note la moindre inflexion, la plus petite variation. «Le virus chinois, originel, a aujourd'hui totalement disparu du Luxembourg», note le chercheur. Ou disons qu'il a muté et que désormais le séquençage hebdomadaire des nouvelles souches permet de distinguer quel variant a trouvé au Grand-Duché de quoi se propager. Au dernier bilan, le variant britannique restait ultra-dominant, avec une présence dans presque 81% des échantillons positifs au covid analysés.

La juste réponse vaccinale

Mais dans les analyses du LNS, chaque variant a droit à la même attention, aux mêmes efforts de compréhension sur ses origines et ses capacités de développement. «Par exemple, en analysant les situations où le variant brésilien avait causé des infections, nous avons vu qu'il s'était développé plutôt par cluster que de façon généralisée. En se transmettant par exemple plus au sein d'un même foyer qu'à l'extérieur de façon incontrôlée.»

Maintenant, via la biobanque de plus de 17.000 échantillons covid+ qu'elles ont constituée, les équipes du Laboratoire national de santé vont pouvoir se pencher plus encore sur cette nouvelle forme d'infection respiratoire liée au coronavirus. «Avec notamment cette question à résoudre de savoir quelle réponse vaccinale adopter face à quel variant. Mais pour l'instant, la vaccination fait bien son office. Il faudra voir après l'été ce qu'il en est», envisage d'ores et déjà le Pr Tamir Abdelrahman.

 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

D'ici au mois de juillet, 30% des médecins devraient pouvoir transférer les informations de paiement des consultations à la CNS, indique jeudi le ministère de la Sécurité sociale. Et ce, avant l'arrivée d'une application dédiée au cours de l'été.
Le gouvernement, conscient de la nécessité de former mieux et plus de personnels soignants, va ouvrir une série d'enseignements supérieurs. Un plus pour le cursus des infirmiers mais aussi des futures sages-femmes et assistants en radiologie.
20.04.2021, Sachsen, Leipzig: Die Studentin Lea (r) übt unter Anleitung von Bianca Hünlich, Lehrkraft für Hebammenkunde, das Aufnehmen eines Neugeborenen in der Lernklinik der Medizinischen Fakultät. Die Übung ist Teil des ersten Semesters im Modul "Hebammenhandeln in der Schwangerschaft". Die beiden jungen Frauen studieren mit 24 Kommilitoninnen seit Anfang April Hebammenkunde an der Universität Leipzig. Nach mehr als 20 Jahren gilt nun durch das neue Hebammengesetz: Wer Hebamme werden will, muss ein Bachelorstudium absolvieren. Foto: Jan Woitas/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Repérée dans 68% des échantillons analysés par le LNS voilà une semaine, la souche anglaise du covid-19 a encore progressé au Luxembourg. Au point d'atteindre les 74% désormais.
ARCHIV - 01.01.2020, USA, Washington: Die vom National Institute of Allergy and Infectious Diseases zur Verfügung gestellte Elektronenmikroskopaufnahme zeigt das Coronavirus SARS-CoV-2, das von einem Patienten in den USA isoliert wurde und aus der Oberfläche von im Labor kultivierten Zellen austritt. (zu dpa «WHO-Experten bekräftigen These des Corona-Ursprungs beim Tier») Foto: Niaid-Rml/ZUMA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le Laboratoire national de Santé n'a toujours pas trouvé de traces de cette souche dans les tests covid analysés par ses soins. Par contre, le variant britannique est bien devenu majoritaire dans le pays.
(FILES) In this file photo taken on January 25, 2021 a biochemist prepares samples as she works on a XAV-19 anti covid treatment as part of a clinical trial run at the Xenothera Biotech laboratory at Nantes University hospital, western France. - The Nantes-based biotech company Xenothera, created in 2014, is conducting a clinical trial in around twenty hospitals to test the therapeutic effectiveness of a Covid-19 treatment based on polyclonal antibodies, which is intended for patients at the beginning of their hospitalisation, the company announced on February 24, 2021. (Photo by LOIC VENANCE / AFP)
Depuis mars, les échanges entre médecins et patients ne se font plus seulement en présentiel. Question santé aussi, le "à distance" a pris une nouvelle dimension depuis le début de l'épidémie covid.
Close up of a mother consulting with her doctor with her baby in the lap