Changer d'édition

Le rapport LUXEOsys paré au décollage
Luxembourg 5 min. 23.10.2020 Cet article est archivé

Le rapport LUXEOsys paré au décollage

Le satellite LUXSEOSys, s'il vole un jour, assumera des missions de photographies de la surface de la Terre. Notamment pour le compte d'agences liées à l'OTAN.

Le rapport LUXEOsys paré au décollage

Le satellite LUXSEOSys, s'il vole un jour, assumera des missions de photographies de la surface de la Terre. Notamment pour le compte d'agences liées à l'OTAN.
Illustration: Getty Images
Luxembourg 5 min. 23.10.2020 Cet article est archivé

Le rapport LUXEOsys paré au décollage

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Sa facture a quasi doublé, son infrastructure au sol ne sera pas basée au Luxembourg, l'armée grand-ducale ne dispose pas des moyens pour s'en occuper et le flou règne sur les marchés qui ont vu naître ce projet de satellite d'observation. Tout cela fait maintenant l'objet d'un rapport destiné aux députés avant leur vote.

Une semaine. Une semaine pour faire la lumière sur un dossier qui a vu le jour en... . A l'époque, le ministre de l'Economie Etienne Schneider (LSAP) annonçait la possibilité pour le pays de se doter d'un satellite d'observation de la Terre, LUXEOSys. A 170 millions d'euros l'engin, l'affaire semblait opportune. Depuis, le socialiste a quitté le gouvernement, et son bébé a presque doublé en poids. Ainsi, désormais, la facture approcherait les 309 millions estime l'actuel ministre de la Défense.

Un François Bausch (Déi Gréng) qui se retrouve avec ce dossier bien embarrassant sur son bureau. Un dossier à régler au plus vite d'ailleurs. Début novembre est l'échéance fixée aux députés pour dire s'ils donnent leur go à ce satellite. En cas de vote négatif, le ministre a déjà prévenu: il faudra faire une croix sur 145 millions d'euros déjà engagés ou validés. Si les suffrages sont favorables, alors les parlementaires devront accorder la rallonge budgétaire nécessaire. Dans les deux cas, ça sent le soufre.


Politik, Pressekonferenz Minister Francois Bausch zu Militär Satelit LUXEOSys, foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
L'armée joue la grande muette dans l'affaire LUXEOSys
Le général Alain Duschène s'est expliqué lundi devant la commission du Contrôle de l'exécution budgétaire. A l'en croire, ce n'est qu'après l'adoption de la loi que l'armée a pris connaissance des détails concernant le projet de satellite militaire d'observation.

Le sujet est à ce point hors de contrôle que, la semaine passée, ni la Commission de la Défense ni celle du Contrôle budgétaire n'ont pu se prononcer sur l'opportunité d'un tel investissement. D'où l'appel en urgence à Diane Adehm (CSV) et Guy Arendt à réaliser avant leurs prochaines réunions un «rapport préliminaire» pour tenter d'éclairer au mieux les esprits sur la galaxie de questions planant autour du devenir LUXEOSys.

Mission que les deux députés et leurs assistants ont réussi à mener «en compilant l'ensemble des compte-rendus des commissions, des auditions, des tableaux chiffrés...» Une galaxie qui fait maintenant un seul ouvrage.

Au fil des chapitres, la saga reprend forme. Et les interrogations, les suspicions, les doutes de décoller à la lecture de chaque page. Pourquoi a-t-on dit que l'armée grand-ducale prendrait le contrôle du suivi du satellite alors que le chef d'état-major assure qu'elle n'a pas les effectifs compétents en interne, faute d'avoir été missionnée? Pourquoi le ministre Schneider, interrogé à la demande pressante de la Chambre, affirme que Govsat avait les commandes du dossier alors que le directeur de l'agence luxembourgeoise prétend qu'elle devait juste l'accompagner.

Pourquoi aussi cette budgétisation qui semble fantaisiste? On parle de 170 millions au départ, contre 350 il y a peu, puis 309 millions après que les services du ministère eurent jeté un œil sur le plan de financement. Pas sérieux tout cela pour un dossier qu'Etienne Schneider certifiait comme «sans mauvaise surprise»...

Le choix du bureau italien OHB-I pose lui aussi question. Qui l'a retenu, sur quels critères, après quel appel d'offres? Comment se fait-il que cette seule société se soit retrouvée à l'origine du Luxembourg Earth Observation System » (études), de son développement (cahier des charges) puis de l'élaboration du marché? Trop de flou, là encore.

Triste constat

Autant d'ingrédients qui font de LUXEOSys un bon sujet de polar, s'amuseront les uns. Les autres pouvant réclamer que le dossier ne fasse l'objet de plus d'investigations. Pourquoi nul ne demande l'ouverture d'une commission d'enquête parlementaire? Pourquoi aucun élu ne demande à ce que le rapport compilé par Diane Adehm et Guy Arendt et les différents éléments soient étudiés par la Cour des comptes? Un député préfère sourire en avançant sa propre piste : «Parce que si l'on s'engage dans l'une ou l'autre voie, le satellite sera déjà en orbite que nous n'aurons toujours pas reçu leurs conclusions.» Ciel, quel triste constat!

Prochain épisode: mardi 27 octobre, 16h, où le «rapport» sera d'abord étudié par la Commission du contrôle de l'exécution budgétaire. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

LUXEOSys descendu en flamme par l'opposition
CSV, ADR, Déi Lenk et Pirate ne se contenteront pas de voter contre l’impressionnante rallonge budgétaire demandée pour financer le satellite, ils réclament l'ouverture d'une commission d'enquête.
Objectif Lune pour la Luxembourg Space Agency
Son nom est Artemis. Ce programme dirigé par la Nasa vise à un retour de l'homme sur le satellite de la Terre d'ici 2024. Franz Fayot, le ministre de l'Économie a signé mardi l'accord qui formalise la collaboration entre la Nasa et l'agence spatiale luxembourgeoise.
Compte à rebours brûlant pour LUXEOSys
Les députés luxembourgeois ont jusqu'à début novembre pour dire si oui ou non le satellite commandé pourra effectivement décoller. En attendant, ils continuent à essayer de comprendre comment la facture du projet a pu doubler.
TOPSHOT - This NASA handout photo shows a view from the International Space Station of Hurricane Florence off the US east coast in the Atantic Ocean on September 10, 2018. - Hurricane Florence threatening the southeastern coast of the United States strengthened Monday morning into a Category 3 "major" hurricane, the National Hurricane Center said.
The NHC said the Atlantic hurricane's maximum sustained winds have increased to nearly 115 miles per hour (185 kilometers per hour) with higher gusts."Florence is expected to be an extremely dangerous major hurricane through Thursday," it said. (Photo by Handout and Ricky ARNOLD / NASA / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / NASA / RICKY ARNOLD" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Ce satellite qui ne tournait pas rond
Le matin en commission parlementaire, et le soir face à la presse, le ministre de la Défense François Bausch a évoqué tous les éléments qui avaient détourné de son orbite financière le satellite LUXEOSys. Un dossier dont le lancement était plus qu'incertrain.
Politik, Pressekonferenz Minister Francois Bausch zu Militär Satelit LUXEOSys, foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Etienne Schneider devra rendre des comptes à la Chambre
L'ancien ministre de la Défense a-t-il volontairement caché des informations concernant le coût réel du futur satellite Luxeosys? A l'heure où la facture de l'engin vient de doubler, plusieurs députés réclament l'ouverture d'une commission d'enquête.
11.11. Wi / Min Cooperation / PK Space Law Luxembourg / Space Mining / Etienne Schneider und Jean Louis Schiltz / Etienne Schneider Foto:Guy Jallay