Changer d'édition

Le «poids extrêmement lourd» des loyers en centre-ville
Luxembourg 2 min. 27.03.2020 Cet article est archivé

Le «poids extrêmement lourd» des loyers en centre-ville

Le «poids extrêmement lourd» des loyers en centre-ville

Photo: LW
Luxembourg 2 min. 27.03.2020 Cet article est archivé

Le «poids extrêmement lourd» des loyers en centre-ville

Maurice FICK
Maurice FICK
La crise du coronavirus a conduit à une fermeture forcée des commerces mais les loyers continuent d'être dus. Malgré l'appel à la solidarité du Premier ministre, l'Union des propriétaires freine. L'UCVL réagit et lance un appel à son tour.

Soucieuse de maintenir un commerce attractif dans les différents quartiers de la capitale, l'Union commerciale de la ville de Luxembourg (UCVL) cherche à limiter les immanquables conséquences que la crise sanitaire du coronavirus aura sur le secteur. Alors que les rideaux des cafés et restaurants sont baissés depuis douze jours, l'UCVL réagit à la polémique déclenchée par l'Union des propriétaires cette semaine.


Le brin de flexibilité de l'Union des propriétaires
En réaction aux propos de Georges Krieger à contre-courant du vent de solidarité actuelle, une partie de la classe politique est rapidement montée au créneau. Mais si le président de l'asbl garde le cap, il laisse toutefois entrevoir une plus grande souplesse.

A contre-courant de l'appel à la solidarité par temps de crise du gouvernement Bettel, Georges Krieger, son président, avait lancé un appel à ne pas renoncer aux loyers des locaux commerciaux. Même s'il a nuancé quelque peu ses propos ce vendredi en invitant chaque propriétaire à «évaluer la situation par rapport à son locataire».  

Ne pas oublier les bailleurs

L'ennui est que les entreprises touchées, voient leur chiffre d'affaires s'écrouler, certaines «ne percevant même plus aucune rentrée d'argent», assure l'UCVL et de ce fait, le loyer - tout comme les frais de personnel - qui doit continuer à être versé, représente «un poids extrêmement lourd pour ces commerces de centre-ville». 

L'UCVL lance, par conséquent, un appel à la solidarité «aux bailleurs, en tant que partenaires des commerçants, de soutenir les commerçants par le renoncement aux loyers pendant toute la durée de la fermeture administrative forcée.» 


Lokales,Schluss mit Party,Geschlossene Lokale in der Hauptstadt. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
L’Union des propriétaires à contre-courant
Alors que les annonces et initiatives se multiplient en réponse à la crise provoquée par la pandémie mondiale, l'asbl en charge de la défense des propriétaires a appelé les bailleurs privés à ne pas agir, du moins pour le moment. Une déclaration que dénoncent certains partis.

A contrario, l'union commerciale, voit les bailleurs commerciaux comme des investisseurs et partenaires essentiels du commerce et estime qu'«il serait utile que le gouvernement étudie des possibilités de soutien à leur égard» vu le caractère exceptionnel de la situation. 

L'UCVL dit espérer que la pratique de certaines communes - comme Luxembourg et Esch-sur-Alzette - d'exonérer de loyer les exploitants de commerces détenus par l'administration communale, se généralisera pour les autres bailleurs publics.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les commerces de la capitale sous perfusion
Déjà pris en tenaille par des chantiers qui n'en finissent plus, des loyers jugés prohibitifs et l'implantation de nouveaux centres commerciaux en périphérie, les commerces du quartier de la Gare et de la Ville-Haute apparaissent au bord de l'asphyxie suite à la crise sanitaire.
online.fr, Lokales, Geschäfte schaffen es nicht mehr nach der Krise Corona weiter bestehen zu bleiben, Bahnhofviertel, quartier de la gare, faillite, Geschäfte am Rande der Firmenpleite,  Gebäude durchgehend zur avenue de la gare avenue de la liberté  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le brin de flexibilité de l'Union des propriétaires
En réaction aux propos de Georges Krieger à contre-courant du vent de solidarité actuelle, une partie de la classe politique est rapidement montée au créneau. Mais si le président de l'asbl garde le cap, il laisse toutefois entrevoir une plus grande souplesse.
L’Union des propriétaires à contre-courant
Alors que les annonces et initiatives se multiplient en réponse à la crise provoquée par la pandémie mondiale, l'asbl en charge de la défense des propriétaires a appelé les bailleurs privés à ne pas agir, du moins pour le moment. Une déclaration que dénoncent certains partis.
Lokales,Schluss mit Party,Geschlossene Lokale in der Hauptstadt. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Un appel à «la responsabilité et à la solidarité»
Le Premier ministre a annoncé ce mercredi - comme il l'avait déclaré mardi - que le pays se trouve désormais officiellement en état de crise pour dix jours dans un premier temps. Il a reconnu qu'il ne savait pas combien de temps aller durer l'épreuve à laquelle est confronté le pays.
Lokales,Livestream Briefing Premier Xavier Bettel zur Corona Krise. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Des activités publiques «sévèrement limitées»
Xavier Bettel annonce ce dimanche soir la fermeture des restaurants, des cafés et des musées. Les épiceries, elles, resteront ouvertes. Cette annonce intervient près de 48 heures après l'annonce du premier décès lié au virus et 72 heures après la fermeture de tous les établissements scolaires jusqu'au 29 mars.