Changer d'édition

Le "PIBien-être" mesure la situation des ménages luxembourgeois
Luxembourg 2 min. 22.11.2013 Cet article est archivé

Le "PIBien-être" mesure la situation des ménages luxembourgeois

Francis Schartz, président du CSDD, Guy Kneip, président du Conseil économique et social, et Serge Allegrezza, président du groupe de travail des deux institutions qui ont développé le PIBien-être.

Le "PIBien-être" mesure la situation des ménages luxembourgeois

Francis Schartz, président du CSDD, Guy Kneip, président du Conseil économique et social, et Serge Allegrezza, président du groupe de travail des deux institutions qui ont développé le PIBien-être.
Photo: Maurice Fick
Luxembourg 2 min. 22.11.2013 Cet article est archivé

Le "PIBien-être" mesure la situation des ménages luxembourgeois

Contrairement au PIB qui ne mesure que la production marchande, le "PIBien-être" permet de mesurer le bien-être des ménages luxembourgeois grâce à 63 indicateurs. L'outil est opérationnel annoncent ses concepteurs. Le nouveau gouvernement compte bien s'en servir.

Mesurer les transactions monétaires ne suffit plus aux décideurs politiques pour prendre des décisions qui concernent le réel bien-être de leurs concitoyens.

Jusqu'ici la vie de la famille, cellule fondamentale de la société, n'entrait pas dans le calcul  du PIB (Produit intérieur brut) qui "mesure exclusivement la production marchande. C'est sa faiblesse", concède le Dr Serge Allegrezza, directeur du STATEC et président du groupe de travail qui a planché sur l'outil permettant le combler cette lacune à l'avenir: le "PIBien-être".

Après trois années de travail, une large consultation de la société civile et deux rapports techniques, le Conseil économique et social (CES) et le Conseil supérieur pour un développement durable (CSDD) ont rendu public, vendredi, leur avis commun sur le PIBien-être.

Le PIBien-être c'est quoi?

C'est un outil qui "permet de mesurer le bien-être des ménages de façon objective grâce à 63 indicateurs subjectifs pour disposer de données factuelles et mener plus qualitativement le dialogue social à l'avenir", résume Guy Kneip, président du Conseil économique et social.

Répertoriés en 11 catégories (emploi, logement, santé, bien-être subjectif, etc.) les 63 indicateurs permettent de disposer de données précises sur l'espace locatif par personne, la durée des trajets entre le domicile et le travail, la fréquence des contacts sociaux ou la confiance dans les institutions par exemple.

Initiée en 2009 par le gouvernement sortant, l'idée de mesurer le PIBien-être dipose à présent de l'outil. Reste à activer cet "instrument pour le développement au Luxembourg", comme le caractérise Francis Schartz.

Le président du CSDD, compare volontiers le PIBien-être à "un cockpit dans lequel le pilote doit veiller à 63 boutons pour diriger l'avion dans la bonne direction".

Le "pilote" étant le gouvernement. L'avis commun sera remis par le CES et le CSDD au formateur et au ministère d'Etat avec le souhait d'être mandaté sans attendre par le futur gouvernement.

"Le PIBien-être sera pris en considération par le nouveau gouvernement. Il veut poursuivre le travail", assure Guy Kneip. Avant de glisser à Serge Allegrezza que le STATEC "n'a pas à s'en faire en ce qui concerne les ressources" nécessaires.

Avec les moyens dont il dispose, le directeur du STATEC pense pouvoir faire parler "la moitié des 63 indicateurs" dans un "premier jet disponible au premier semestre 2015". Un rapport sur le PIBien-être devant idéalement être publié tous les deux ans.

Maurice Fick