Changer d'édition

Le piano rouge qui donne de l'espoir
Le pianiste David Ianni et son «Piano of Hope».

Le piano rouge qui donne de l'espoir

Guy Jallay
Le pianiste David Ianni et son «Piano of Hope».
Luxembourg 5 3 min. 16.05.2018

Le piano rouge qui donne de l'espoir

A l'initiative du pianiste David Ianni, le «Train of Hope» est parti ce mercredi 16 mai de la gare de Luxembourg afin de sensibiliser le monde à la maladie du sang.

Par Léna Tisserant

Le «Train of Hope» (train de l'espoir en français) est parti de la gare de Luxembourg ce mercredi 16 mai à 14 heures en direction de l'Allemagne. Il s'apprête à parcourir plusieurs milliers de kilomètres en quelques jours pour la bonne cause. L'initiative a été lancée par le pianiste David Ianni, en collaboration avec l'Association Don de Moelle du Luxembourg et de son homologue allemand DKMS (Deutsche Knochenmarkspenderdatei) afin de sensibiliser le public à la maladie du cancer du sang et de trouver de nouveaux donneurs de moelle. Avec son projet  «Train of Hope» David Ianni donne de l'espoir à tous ces patients atteints par la leucémie.

Le train traversera toute l'Allemagne avant de finir son voyage le 28 mai prochain à Berlin. Au cours du trajet, David Ianni, accompagné de son «Piano of Hope», donnera des concerts dans les gares de Munich, Stuttgart, Cologne, Leipzig, Hambourg et enfin Berlin.

«La musique apporte un réconfort»

L'association entre musique et maladie est nécessaire selon le pianiste car «la musique apporte un réconfort pour toutes ces personnes qui ont besoin d'aide». L'année dernière, David Ianni a perdu une de ses amies, atteinte de la leucémie. Affecté par ce décès, il a cherché à lancer un projet mélangeant son art avec la maladie dans le but de sensibiliser le public au don de moelle.

Avant le départ du train, l'artiste a interprété deux de ses compositions tirées de son dernier projet «My urban piano», par lequel il s'était lancé le défi de composer douze musiques et clips produits dans douze capitales européennes de la culture. Ce projet se découpe donc en douze épisodes dans lesquels l'artiste dédicace sa composition musicale à la ville qui a produit le clip.

Sur le quai de la gare, il commence par interpréter «Train of dreams» (premier épisode du projet «My urban piano») qu'il avait dédicacé à Luxembourg. Avant de s'engouffrer dans le train, le pianiste joue «Friends», épisode 7 du projet «My urban piano», dont le clip a été tourné à Berlin, dernière étape du voyage. Ce dernier morceau qu'il tient à dédicacer à tous les patients atteints de cancer et leur entourage pour leur «donner force et espoir».

Le piano a été réalisé par Raphael Gindt, un ami du pianiste, avec lequel il travaille depuis de nombreuses années et pour qui il a déjà fabriqué plusieurs instruments pour ses clips. Le «Piano of Hope» couleur rouge vif, une référence certaine à la couleur du sang, sera mis en vente aux enchères lors du “World Blood Cancer Day” le 28 mai prochain à la gare de Berlin. Tous les fonds récoltés seront intégralement reversés pour la cause.

Une sensibilisation nécessaire

«Les probabilités de compatibilité dans le don de moelle sont rares. J'espère que la sensibilisation publique permettra d'augmenter ces probabilités et donc d'augmenter les chances de soigner les malades» explique Claude Hemmer, Président de l'Association Don de Moelle du Luxembourg.

La moelle osseuse a un rôle vital dans le fonctionnement du corps humain. Elle est responsable de la formation de cellules particulières, appelées cellules souches hématopoïétiques, qui produisent l'ensemble des cellules sanguines c'est-à-dire les globules rouges qui transportent l'oxygène, les globules blancs qui luttent contre les infections ou encore les plaquettes qui arrêtent les saignements. Le don de moelle peut donc sauver des patients atteints de maladie du sang comme la leucémie.

Affiche de l'Association Don de Moelle du Luxembourg, partenaire du projet «Train of Hope»
Affiche de l'Association Don de Moelle du Luxembourg, partenaire du projet «Train of Hope»
Guy Jallay

En théorie, un malade a une chance sur quatre d'être compatible avec un frère ou une sœur car ils ont des similitudes dans leur groupe HLA, c'est-à-dire dans leur «carte d'identité biologique» transmise par leurs parents. Lorsqu'il n'y a pas de donneur compatible dans la fratrie, il est donc nécessaire de trouver un donneur non apparenté compatible. Mais la probabilité d'être compatible entre deux individus pris au hasard est infime : 1 chance sur 1 million.

A cette fin, il existe un registre dans lequel les médecins cherchent un donneur dont les caractéristiques génétiques sont aussi proches que possible de celles du malade. Chaque nouvelle inscription augmente donc pour chaque malade les chances de trouver le donneur compatible.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.